Culture et identité

Quand le gouvernement français soutenait l’apartheid

Ce que rappelle l’histoire

Témoignages.re / 16 octobre 2013

Quand l’apartheid dominait l’Afrique du Sud, il avait des soutiens en France. Comment imaginer que ce régime ait pu installer un consulat à La Réunion sans l’aval du gouvernement français ?



JPEG - 99.4 ko
Compte-rendu d’un dîner entre "gens bien" à Paris, où les interlocuteurs français de l’ambassadeur sud-africain n’hésitaient pas à soutenir l’apartheid, aux motifs que « la communauté blanche doit se protéger », ou alors que « l’effort des Sud-Africains mérite le respect ».

Lundi, lors de la première journée de visite en Afrique du Sud, le président de la République a déclaré ceci en présence du président de l’Afrique du Sud, un dirigeant de l’ANC : « la France a été à vos côtés pendant les années d’oppression et elle sera encore à vos côtés pour les années de développement » .

Si pour la seconde partie de la phrase, rien n’est encore écrit, il est clair que pour la référence historique, François Hollande fait fausse route.

La France est en effet un des pays qui a soutenu le régime de l’apartheid. Les Réunionnais en ont eu une illustration concrète avec l’installation d’un consulat d’Afrique du Sud à Saint-Denis. Une telle présence diplomatique n’a pas pu se faire sans l’aval des autorités françaises, alors que sous l’impulsion du PCR, les Réunionnais dénonçaient le régime raciste de Pretoria.

Quand au partenariat noué entre Paris et les dirigeants de l’apartheid, il impliquait ouvertement des proches du gouvernement comme le rappelle cet article. Cela faisait alors près de 15 ans que Nelson Mandela était en prison, il allait encore passer 12 années derrière les barreaux.

Ce n’est qu’au moment où le combat des Sud-Africains et des progressistes dans le monde a fait basculer l’opinion mondiale que le gouvernement français a suivi le mouvement.


Kanalreunion.com