Culture et identité

Représenter La Réunion

Le bal tamoul pour la première fois en France

Geoffroy Géraud-Legros / 31 mai 2011

Succès pour la première présentation en France du bal tamoul réunionnais

« Obli pa nout tradisyon Tamoul » : le nom de l’association issue de la "Sapèl la mizèr" résonne comme un mot d’ordre. Invocation à regarder en arrière, pour rendre hommage aux anciens, à ceux qui se sont battus dans la nuit coloniale pour rester eux-mêmes. Mais cette identité, nous précise Dionys Singaïny, fils du charismatique fondateur de la "Sapèl la mizèr", c’est celle des Malbars, Tamouls de La Réunion. « Na ankor d’moune i aksept pa et i respek pa le métissage. Nou, nou porte une tradisyon rénioné, é kan ou di rénioné, forséman ou di : "métissé". Lo bal Tamoul i sorte dann l’Inde, mé la transformé. La ‘ni in tradisyon rénioné, é nout kamarad Danyèl Waro la ni sant sanm nou. Na poin méyèr symbol. Si nou la parti an Frans, sé po ni roprézante Larénion. Pour sa ni utiliz bon pé matériaux i sort’ Larénion minm. Lo boi, la tol… na détroi i di lé moin joli, mé nou nou rode pa le gran spektak. Nou nou vé rès nou minm. Mon papa Singaïny Daniel la batayé. Dann tan, fopa kroir. Té dur. Si la tèr Villèle, li la batrayé pou la Sapèl la mizèr. Pou nout dignité, pou nout fierté. Zordi, si nou ran pa lomaz, si nous fé pa viv toute sak lu la fé, ali èk son bann kamarad, avèk toute sat d’moune la lité, so tradisyon la i sa disparèt. »

Succès public en attendant décembre

La visite a en tous cas remporté un beau succès : salle comble, et trois cents personnes environ pour cette première édition du bal tamoul dans l’Hexagone. « Navé d’moune la diaspora, la di nou la résof zot kèr. Mé anou osi, sat la résof osi nout kèr, sé lo pubilc fransé. Na d’moune la chante ansanm nou… nou té vréman anndan, banna té anndan ». L’association doit repartir en décembre. Dionis souhaite que ce déplacement puisse bénéficier de meilleures conditions de subventions. Il est vrai qu’à la suite d’une série de dysfonctionnements et de malentendus, la Région n’a financé que deux billets d’avion. Les dynamiques enfants de la Sapèl la mizèr ont su pallier ce déficit. Espérons qu’en décembre, l’institution fera preuve d’un intérêt accru pour cette manifestation, qui met en valeur une dimension essentielle de l’identité des Réunionnais.

G.G.-L.


Kanalreunion.com