Culture et identité

« Réunir des femmes de toutes couleurs, origines, de l’athée à la croyante »

Le Groupe de Femmes et Alliés de toutes Religions, Spiritualités et Philosophies

Jean Fabrice Nativel / 6 octobre 2010

Le Groupe de Femmes et Alliés de toutes Religions, Spiritualités et Philosophies nous parle de ce qu’il cultive et sème sur cette terre de La Réunion. Fraternité.

Vous étiez des participantes à la seconde Journée de la Fraternité (1), que retenez-vous de ce rendez-vous ?

- Que le plus important pour la fraternité, c’est de la vivre au quotidien. Cette journée de dimanche (NDLR : 26 septembre 2010) a existé pour rappeler à chaque participant ou spectateur que parler de la fraternité, ça peut être beau, mais que la mettre en pratique, c’est mieux. Ce jour, les membres du GDIR (auquel certaines de nous adhérent aussi) ont mis en commun kari, salades et desserts. Chacun a pu aller ainsi de table en table partager son kok o vin, gato patat… et se régaler. Une manière de mieux se connaître et de dialoguer, même avec les plus timides. Cette fraternité s’est manifestée aussi par l’accueil très chaleureux aux habitués du Colosse qui sont venus participer à la fête — attirés par la banderole, la musique, le moring, les chants, le maloya, le fonkèr…

« Dans un esprit fraternel et spirituel »

Vous êtes du Groupe de Femmes et Alliés de toutes Religions, Spiritualités et Philosophies, qu’est-ce qui vous réunit ?

- Justement, la fraternité ! Depuis 2002, nous avons créé ce groupe pour réunir des femmes de toutes couleurs, origines, de l’athée à la croyante, pour le plaisir d’être ensemble, dire des prières ou des textes selon les convictions et nous soutenir en échangeant des réflexions sur l’éducation, la paix, l’inter-culturalité dans les familles… Nous nous intéressons autant à l’actualité qu’aux grands thèmes permanents comme les couples mixtes, le sens du jeûne dans les différentes religions ou pratiques… Nos rencontres annuelles sont ouvertes au grand public et les mensuelles à nos maris, compagnons, enfants, amis. Dans un esprit fraternel et spirituel.

Le respect des diversités et de l’unité

Qu’est-ce qui guide le groupe ?

- La spiritualité — qui n’est pas que religieux — avant tout dans le respect de ses diversités et de l’unité. Chacune peut allier le respect de sa propre conviction, de sa pratique personnelle avec le respect de celles d’autrui, également s’unir dans les valeurs communes : l’Unité au centre d’une roue dont les rayons représentent la diversité des religions, spiritualités et philosophies.
« Nous communions dans la démarche commune : pour nous, toute musique, toute pensée, toute parole a un effet. Nous le vivons dans le respect :

- de l’unité dans la diversité : tous, de tradition ou religion, agnostiques, animistes, ancestrales, athées, bahaïs, bouddhistes, confucianistes, chrétiens, hindouistes, juifs, musulmans, taoïstes…

- des lois et des valeurs de notre république comme la Liberté, l’Égalité et la Fraternité,

- de l’absence de prosélytisme, de sectarisme, d’élitisme, de syncrétisme,

- de notre bonne volonté active au quotidien comme dans les événements et rencontres que nous impulsons pour un monde meilleur, plus juste, plus harmonieux, solidaire ici et maintenant, d’une part, pour l’équilibre, la santé retrouvée, avec la nature préservée, d’autre part »
(2).

« Qui croit au ciel ou qui n’y croit pas »

On connaît un peu mieux ce qui vous anime. Mais d’où vient votre inspiration ?

- De la nécessité de créer un endroit où retrouver des femmes et alliés “qui croient au ciel ou qui n’y croient pas” et qui valorisent ce qu’il y a de beau et de bon en chaque être humain. Côte à côte, nous osons envoyer des prières ou des pensées altruistes et positives. Nous nous sommes inspirées aussi de la Rencontre inter-traditions d’Assises du 27 octobre 1986 (organisée par Jean-Paul II) et de celle de la Rochette du 30 avril 1997 (animée par le Dalaï-Lama) ; là où, pour la première fois, des religions africaines étaient à la même hauteur que les religions bouddhiste, chrétienne, hindouiste, juive, musulmane… ainsi que l’agnostisme.

La Réunion est un monde d’inspiration pour ce groupe de femmes dont la volonté et l’action sont d’œuvrer pour une meilleure entente et entraide. Une de leurs applications est l’animation d’ateliers pour enfants.

Jean-Fabrice Nativel

(1) Organisée par le Groupe de dialogue inter-religieux (GDIR) au Colosse Saint-André.
(2) Extrait de la Charte du Groupe de Femmes et Alliés de toutes Religions, Spiritualités et Philosophies, à laquelle il faut adhérer pour en devenir membre.


Kanalreunion.com