Culture et identité

“Sak nou wa”

Le Port - Exposition de photos

Témoignages.re / 22 novembre 2012

La commune du Port organise l’exposition de photos “Sak nou wa” le samedi 24 novembre 2012 dans le quartier Say & Piscine, à l’angle de l’avenue du 20 Décembre 1848 et de la rue William Blake.

JPEG - 29.8 ko

“Sak nou wa” est une expérience photographique qui donne la parole aux habitants de la ville du Port. Elle leur permet de s’exprimer sur leur milieu, à l’aide de petits appareils photos jetables. Dans ce projet, il n’y a aucun souci, ni aucune volonté d’apprentissage aux techniques de la photographie. La libération de toute marche à suivre permet à chacun de s’exprimer comme il le désire. C’est un regard sur soi-même. C’est aussi la découverte d’un milieu avec l’œil de celui qui y habite ; de plus, cela permet à chacun d’être acteur et auteur dans sa ville, au travers de clichés et d’expositions.

Le 18 octobre 1997, au cœur de la SIDR en ville du Port, a eu lieu un premier “Sak nou wa”. Quinze ans après, quartier après quartier, des milliers de prises de vues, de rencontres et de discussions ont eu lieu au travers de l’image.

Ainsi, à partir de ce premier travail, une dynamique a été mise en place. Aujourd’hui, c’est le secteur de Say & Piscine, toujours dans la commune du Port, que nous montre un groupe de 80 habitants qui a vécu cette expérience.

Grâce à ce projet, un millier de clichés ont été pris par les habitants du quartier Say & Piscine. C’est peut-être la ville la plus photographiée par ses habitants aujourd’hui !

Ce qui constitue une magnifique mémoire visuelle, un véritable patrimoine, dont l’aspect novateur est d’être issu directement du vécu des habitants, en héritage aux générations futures.

Cette expérience pose une question : la photographie amène-t-elle l’individu à s’accepter et à s’investir dans la vie sociale ?

“Zistoir la vi” de Dominique Blanc (texte de 1998)

En 1998 débutait le projet “Sak nou wa” sur le quartier SIDR. Un projet ambitieux et original, puisqu’il voulait donner la parole aux habitants, au travers de l’expression photographique.

Un système simple : un appareil-photo et des pellicules mis à la disposition des habitants et une seule consigne : “immortaliser” ce que l’on veut. Simple au départ, mais à l’arrivée, un constat beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Car, à travers ces photos, on découvre l’extraordinaire faculté de tout un chacun à développer un regard particulier sur son environnement. On découvre aussi que si l’écrit n’est malheureusement pas bien maîtrisé par tous (et on pourrait alors se poser la question de l’individu et de son rapport à l’école), les visuels sont beaucoup plus ludiques. Passées les premières minutes d’hésitation « -Vais-je oser prendre cette photo ? », on se lance dans le bain, et, peu à peu, on finit par décrire SA réalité.

C’est ainsi qu’une quinzaine d’habitants du quartier Say & Piscine ont sillonné pendant plusieurs mois leur quartier. Chacun a donné une vision différente des choses, si bien qu’on en arrive non pas à un résultat figé, mais à une série de strates, un puzzle difficile à reconstituer, vision fugitive de la vie d’une cité, d’une rue, d’une place, d’un appartement...

De l’enfant qui sourit à l’objectif en tournant le dos à la télévision du salon en passant par les tags sur les murs, un hommage à Bob Marley, des jeunes sur un banc ou une femme assise en haut des marches d’un escalier, il n’y a en fait qu’un lien ténu, graphiquement parlant, mais si dense socialement. C’est l’expression, toute simple, de la vie — de celle de tous les jours, de ce quotidien qui ne l’est pas tant que ça.

On avait un peu tendance à oublier le rôle social de l’image. Les habitants de Say & Piscine, eux, s’en sont souvenus. Non seulement parce qu’ils nous donnent à voir et à échanger, mais aussi parce qu’ils ont redécouvert leur environnement, investi leur milieu et démontré qu’ils pouvaient s’exprimer, et de qu’elle manière !


Kanalreunion.com