Culture et identité

Se divertir pour mieux réfléchir et agir

Sainte-Suzanne : à l’appel du collectif Femmes Ansamb

Témoignages.re / 7 mars 2011

C’est sous le signe du Sport que le Collectif Femme’Ensemb de Sainte-Suzanne a souhaité décliner l’édition 2011 de la traditionnelle Journée internationale de la femme. Une manière symbolique de rappeler que la poursuite de la lutte en matière des droits humains devra nécessairement se conjuguer à un rythme de haut niveau.

Une salle dédiée à l’un des plus grands zarboutan nout péi et un programme empreint du début à la fin d’un militantisme joyeux.
C’est cette dimension résolument militante qui en ont entouré la journée d’animation organisée hier par le Collectif Femme’Ensemb de Sainte-Suzanne.
En effet, à l’occasion de la traditionnelle Journée internationale des femmes, le Collectif avait choisi la salle des fêtes pour marquer l’événement.
« Pour célébrer dignement cette journée, il nous a semblé important d’organiser notre programme d’animations dans ce lieu baptisé en 2004 par M. Paul Vergès "Salle des Fêtes Gérose Barivoitse Le Rwa Kaf". C’est un honneur et une fierté pour nous de nous retrouver dans cette salle dédiée à ce grand zarboutan », a déclaré en effet Clémence Moutalou, la présidente du Collectif Femm’Ensemb de Sainte-Suzanne, maître d’œuvre de cette grande journée d’animations et surtout de réflexion.
Au-delà des divertissements proposés et tournés sur le sport, cette journée a permis de faire le point sur la place et le rôle des femmes à La Réunion, dans les pays frères de l’océan Indien et du monde entier. Une occasion pour le Collectif Femme’Ensemb de Sainte-Suzanne de rappeler sa solidarité à toutes les victimes des atrocités aussi diverses que variées faisant injure à la dignité humaine : exclusions, injustices, inégalités, chômage, précarité, violences, abus, guerre, misère, etc.
« Si notre Collectif est tourné prioritairement sur la cause des femmes, nous ne devons pas perdre de vue que notre lutte s’inscrit dans le cadre de la bataille générale pour le respect des droits humains et la conquête de nouveaux espaces de liberté. C’est ensemble, dans la concertation, le dialogue, le respect mutuel que nous avancerons, et ces avancées seront profitables à toutes et à tous », a insisté Clémence Moutalou, particulièrement émue de l’appropriation par les femmes de la commune de cette journée et surtout des messages délivrés : les femmes n’ont en effet pas manqué de se saisir du plateau musical pour déclamer sous des airs de maloya des tranches de leurs vies se confondant entre courage et souffrances ! Des morceaux d’improvisations puisant directement dans leurs vécus. Des tours de chants réussis.
En d’autres termes, hier à Sainte-Suzanne, bien au-delà d’un combat sectoriel, c’est la cause du genre humain qui été portée par un collectif de femmes, appelant à une amplification de la mobilisation pour l’accentuation d’une lutte solidaire, fraternelle visant la réhabilitation de chaque être humain dans tous ses droits au respect de sa dignité de manière globale et... durable.
Ce qui passe par l’expression unanime et sans appel d’un refus ferme, revendicatif aux unes et aux autres d’être « fêtée(s) un jour et maltraitée(s) méprisée(s), niée(s) tous les autres jours ! »

M.S.


Kanalreunion.com