Culture et identité

« Sé in filozpofi d’la vi, in rogard si la vi, mon moun, mon péï »

Maloya : Patrimoine mondial de l’UNESCO

Jean Fabrice Nativel / 30 septembre 2010

Maloya, maloya ou lé not batman kèr ! Kan nou ékout a ou sov koman, i fo nou bouj nout kor, nou bat nout min. Na in nafèr i spas, in nafèr i ramèn a nou dan’d pasé, i amèn nou dan prézan é i balans a nou dan fitir. Do pi in nan, maloya lé rokoni o Patrimoine mondial de l’UNESCO. Shomin pou ariv la lété dir ! Nou l’ad’mand in dé zartis koman zot la rankont maloya, é kosa so mizik i roprézant pou zot. Ala, kosa zot la répond a nou.

Riki

« I fo lé jeun i pran maloya an min »

« Maloya, moin la biny dodan dopi tan ti ! La famiy té fé in gran servis kabaré, sèrvis malgas, dan kartyé Fon’d Bak an désamb. In tan apré, moin la kréé la Troup Fon’d Bak an famiy. Nou té joué partou, dan kartyé, dan tit fèt. Fin lé zané 70, nou la sort in ti 45 tours, la mèm épok la Troup Résistans di Sid, la Troup Lélé, lo groupe Foyer Kèr Ségnan... Apré, moin lé parti Kalou Pilé dan lé zané 80. Apré ankor, la Troupe Takamaka Jakline Farérol. Po rotrouv a moin Radyo Fèstival apré la libésyon dé zond. Mon nafèr, lété’d promouvoir la mizk lokal, sirtou maloya. Avèk la libérasyon dé zond, na in nafèr lété importan, nou la pu mèt maloya an avan. Avan sa lété tabou, intèrdi... Té joué solman maloya le 20 Désamb ! Orézman zordi, nou joué tout lané. Fo pa oublyé ké sé not rasine — té joué maloya apré in dir journé. Sé in lonèr ke le maloya lé rokoni dan mon’d antyé », partage-t-il.
« Dan Léko dé zartis si KOI, mi mèt la misik lokal an général mé plis maloya. I fo domoun la pa ont de konèt ousa zot i sort, zot lidantité, ou sa zot zonbriy lé koupé. Maloya, pou moin sé nout fason viv, nout rasine, lad’dan ou koné kosa oufé, ousa ou la débarké... Moin lé kontan ban’d troup maloya i ésèy profésyonaliz. I fo lé jeun i pran maloya an min, in relé ant lé zansyin é zot » !


Belinda Justine

« Li té dig’ dig’ mon kor, té fé rédi mon dé grin ’d’pwavr’ dési mon tèt’ » 

« Koman ilé, a lorizin’ mon papa William Justine lé in ségatyé, donk la kaz mi antan séga mé zamé maloya, du koté mon monmon Marie-France Maden, son band’ frèr’ Jerry Maden lété branché Bob Marley afon, lot’ tonton Thierry Maden lété an mod’ USA ék son takon dalon konm Tina Turner, The Commodors, The Temptation, Diana Ross, Marvin Gaye, Aretha Franklin, Donna Summer… manman !!!!!!! Mi giny’ soulang’ aou èk in ta lo non ankor, é du kou lo maloya, mon maloya mala koni ali ké d’si lo tar, vréman d’si lo tar », se souvient-elle.
« A shak fwa mi té antan ali, té konm si li té koz dan’ mon zorey, li té dig’ dig’ mon kor, té fé rédi mon dé grin ’d’pwavr’ dési mon tèt’, é dési la fin té karès’ mon kèr, sé in sansayon i fo viv’ pou konpran ali. Maloya néna pé tèt’ in dizan é kèk’ pousyèr ké mala fé son konésans’, sat’ mi konpran pa sé poukwé mon ban’ monmon, papa la pa apran a nou sa, mala la maziné pandan lontan, astèr m’la konpri ké mèm’ zot’ la pa koni maloya, mint’nan, si mi té viv’ dan’ lé o ou biyin ayèr ké Sin-D’ni, riskab, somanké maloya noré été koté mon pyé d’ kèr dépi bonèr dan mon zèn tan », soupire-t-elle.


Baster

« Le maloya est avant tout pour moi la musique des esclaves » 

« Ma rencontre avec le maloya remonte à mon enfance. Je suis né dans un quartier populaire de la Ville de Saint-Pierre, Basse-Terre, qui fût jusqu’à la fin des années 80 un quartier agricole entouré de champs de canne et de maïs, arrosé par le grand canal (Saint-Étienne ). À cette époque, chaque famille avait sa basse-cour. Le chant du coq le matin, le cri des boeufs et des cabris rythmaient notre quotidien. Il n’y avait pas encore de route, ni d’électricité et d’eau courante. Bien que de religion catholique, beaucoup de familles pratiquaient le service cabaret ou le "service malbar". On allait à la messe le dimanche, on marchait sur le feu le 1er janvier, on invitait nos ancêtres défunts à danser le maloya le 1er novembre. L’appel à la prière se faisait au son du rouleur pour les descendants d’esclaves et des tambours malbars pour les descendants d’engagés indiens. Nous étions les premiers enfants de coeur, les premiers fidèles à cette partie de nous-mêmes qu’on a pendant très longtemps banni », décrit l’artiste.
« Le maloya est avant tout pour moi la musique des esclaves qui ont su pendant la dure période de l’esclavage préserver leur culture, leur unité et surtout d’affirmer leur différence et leur fierté », dit-il.


Stéphane Grondin

« Moin la rankont — maloya — kan nout té fé ban’d parti lo dimanche, dan kakar kom sak Firmin Viry an 1989, an ékoutan lémisyon Dédé Moris “Karambol”, navé mèm in publisité pou zariko rouj ou lo Rwa Kaf té joué maloya. É mon papa té fé kayamb avèk la fib koko. Mi souvyin moin la ékonomizé pou achèt mon promyé kasèt maloya, té i a pèl “Namouniman” — Gramoun Lélé. Moin la komans joué maloya avèk marmaye kartyé la Kroizé — Sin-Josèf —. Pli tar, la done lo group Mélanz Nasyon. La mèm mèm, moin la komans konèt Danyèl Waro, Firmin Viry, Simon Lagarrigue, Cimendef, Gramoun Bébé, Gramoun Baba, Manan — é byin antandi Gramoun Sello —… Moin la komans konèt osi sèrvis kabaré a laj 16 zan an févryé 1997 la kaz Madame Imouza té habit ant la kaz Madame Zaza et Madame Kaf dan kartyé Joli Fon Sin-Pièr. La moin la komans konèt ou sa maloya i sort vréman, la osi moin la rankont d’ot chantèr, dot misyin… Moi té sa Kabaré Basin Martin, la kaz ban’d Gado Sin-Pol », évoque le président de Maloyallstars.
« Le maloya la permèt a moin kas in pé le systèm, dékouvre in parti ma pèrsonalité, dékouv a moin moin mèm, moin té fabrik mon ban’d zinstriman, moin la dékouv in talan manuèl caché, in fasèt la kultur réyonèz, la rouv mon lèspri, la rouv a moin bokou port dan la vi, moin la rankont mèrvéyé moun, moin la sort dé jan dan fénoir kom Gramoun Simon ». Zordi pou se jeun maloyèr « valorizé lo ban’d gramoun — Sello — » est un devoir.


Simangavol

« Le maloya porte mes racines, mon histoire, ma culture » 

« Enfant dérasiné étant née et ayant grandi en métropole, c’est assez tardivement, vers l’âge de 11/12 ans lors de mes premières vacances à La Reunion que je découvre le son du maloya et d’autant plus fort que cela se passe lors d’un service kabaré. Ce fut une réelle prise de conscience pour moi : de mon identité, de ma culture, de mes origines. Après tant d’années passées à baigner dans une culture européenne, je découvrais enfin ma propre culture à travers le maloya que j’entendais de la voix des miens », note Katy. Et de souligner « le maloya représente pour moi une part entière de mon identité : le maloya porte mes racines, mon histoire, ma culture et cela est d’autant plus fort pour moi personnellement puisqu’il m’a permis de comprendre, de construire, d’assumer fièrement et de revendiquer toute ma négrité ».


Zorkri Maloya

« Tombé amoureux » 

« Moin na poin momon, papa, famiy la biny lad’dan », confie Frédérik Mayo. Une rencontre, celle avec Éric Pounouss — le musicien — lui révèlera les facettes du maloya qu’il croyait résumé au côté « festif », au « boudoum, boudoum ». C’est bien plus que cela et avant tout « un état d’esprit ». Cette musique est porteuse « de messages », « d’amour ». « Moin la rotrouv a moin, mon vérité » et une une partie de son « histoire ». En bref, il en est « tombé amoureux ».

www.myspace.com/zorkrimaloya


Tiloun

« Sak mi pans, sak midi, sak mi di, sak mi lé, é sak mi fé » 

« Moin lé pa v’nu o maloya, maloya la trap a moin », se précise Tiloun. Cette musique est à la fois, un « éxutoire » et « in maniyèr mèn la vi » selon lui et sa façon d’être « sak mi pans, sak midi, sak mi di, sak mi lé, é sak mi fé ». Mais encore ? « Sé in filozpofi d’la vi, in rogard si la vi, mon moun, mon péï, lékonomi, le sosiyal, le politik, le sexe, la viyolans, les addictions », approfondit cet artiste de la Source.

www.myspace.com/tiloun974


Kiltir

« Moin lété dan’d vant mon momon » 

Le premier contact avec le maloya s’est passé quand « moin lété dan’d vant mon monmon ». Cette musique est « in maniyèr rotrouv a nou pou fé la fèt an famiy, pou pèrpétué la tradysiyon nout zansèt ». « Mon mémé i fezé sèrvis kabaré », explique-t-il. Elle signifie aussi « thérapie, échapatoire ». « Sam’di soir, nou lété otour din roulèr, la anpèsh a nou dalé kasé, brizé ». Sans rancune et sans arrière pensée, Kiltir la joue. Que l’on soit descendants d’esclaves ou de « komandèr », l’important est de se retrouver autour de cet art « festif », « sacré » et « social » — une expression de « ce que l’on a en nous ».

www.myspace.com/kiltirmaloya

Tèks é foto Jan-Fabris Nativèl 


Kanalreunion.com