Culture et identité

« Soyons fidèles à nos ancêtres marrons »

Une très belle réussite d’Atidamba 2016

Correspondant Témoignages / 14 décembre 2016

Ce dimanche 11 décembre sur le plateau du Dimitile à l’Entre-Deux, les associations Miaro, Zangoun Servis et Capitaine Dimitile ont organisé la célébration du 13e anniversaire de la cérémonie Atidamba, « la fêt nout zansèt maron ». Un événement qui a connu une très belle réussite, tant par le nombre de participants, l’ambiance chaleureuse, la qualité des échanges et les perspectives ouvertes à l’avenir du peuple réunionnais.

JPEG - 139.2 ko
Une partie de la foule dans le Camp Marron du Dimitile durant l’allocution de Charlotte Rabesahala, une des responsables de Miaro. (photo Jean-Claude Legros)

En effet, « autour de 900 personnes », selon les organisateurs, venues de tout le pays, ont participé à cette rencontre, qui fut à la fois très émouvante, riche en méditations et forte en réflexions sur les enseignements à tirer des combats pour la liberté menés par nos ancêtres esclaves. Comme le dit l’invitation à cette cérémonie commémorative, « Atidamba entend honorer la mémoire des ancêtres malgaches reposant en terre réunionnaise ainsi que celle de tous les marrons qui n’ont reçu ni honneurs funèbres ni sépulture ».

Cela s’est fait notamment « en revêtant d’un linceul blanc la stèle dédiée à la reine Sarlave, au roi Laverdure et au guetteur Dimitile, symboles de la résistance des marrons à la traite négrière et à l’esclavage ». Cet événement a été marqué aussi pour la qualité des prestations musicales et spirituelles en hommage aux ancêtres ainsi que par le haut niveau des interventions des organisateurs, comme par exemple celle de Charlotte Rabesahala, une des responsables de Miaro.

« Je veux que tu vives en moi »

Cette anthropologue et docteure en civilisations a publié récemment un ouvrage très intéressant sur ‘’La religion malgache ancestrale pratiquée’’, où elle souligne que « cette religion permet à l’homme vivant de garder des liens forts avec ses ascendants les plus lointains puis en tant qu’ancêtre avec ses descendants. Dans son allocution, elle a notamment lancé un vibrant rappel sur la nécessité et l’importance de cultiver la mémoire de notre histoire, en particulier afin que nous « soyons fidèles à nos ancêtres marrons » afin construire un avenir meilleur pour le peuple réunionnais.

La cérémonie s’est terminée par la proclamation en malgache, en créole réunionnais et en français de la traditionnelle ‘’Charte de Dimitile’’. Une charte proclamée par toute la foule et qui déclare notamment aux ancêtres marrons : « Je veux que tu vives en moi. Ton courage, ta rage de liberté, je veux les faire miens. Et c’est dans tes pas, sur la terre retrouvée, que je trouve ma libération ».

Correspondant


Kanalreunion.com