Culture et identité

Soyons fidèles à nos compatriotes réunionnais combattants de la liberté

72ème anniversaire de la libération de La Réunion du nazisme

Témoignages.re / 24 novembre 2014

Ce dimanche 23 novembre, sur le square situé à l’entrée du cimetière marin du Port, le Collectif de la Mémoire Portoise a organisé une cérémonie commémorative d’un événement très important de l’histoire du peuple réunionnais : la libération du pays des colonialistes collaborateurs des nazis par les Forces Françaises Libres le 28 novembre 1942, avec le soutien décisif des forces vives du pays, mobilisées par le militant communiste Léon de Lépervanche.

JPEG - 64.5 ko
La chorale a été fort applaudie et encouragée par les camarades : photo souvenir pour cette cérémonie du souvenir.
(photos A.D.)

Plusieurs dizaines de personnes, « attachées aux valeurs de résistance et de liberté », ont répondu à l’appel du Collectif pour cette cérémonie, animée par Mémouna Patel, qui a rappelé l’importance de ce rappel historique et de « notre devoir de mémoire » car « ces combats devront inspirer les nouvelles générations ». D’ailleurs, l’historien Eugène Rousse a rappelé en détails les circonstances — à la fois héroïques et parfois tragiques — dans lesquelles s’est déroulée l’arrivée au Port du contre-torpilleur ‘’Le Léopard’’ avec les résistants français anti-nazis en novembre 42.

Jean-Yves Langenier, co-secrétaire de la Section communiste du Port, a également souligné l’importance de rendre hommage à ces militants réunionnais qui après le passage du ‘’Léopard’’ se sont rendus en France pour libérer le pays du nazisme. C’est le cas par exemple de Paul Vergès, qui était présent à la cérémonie et qui a cité plusieurs enseignements à tirer du combat de Léon de Lépervanche et de ses camarades.

Minute de silence

Le sénateur communiste a notamment souligné le courage et la détermination dont ont fait preuve les Réunionnaises et Réunionnais obligés d’obéir au pouvoir colonial de l’époque, qui soutenait le fascisme. Ces compatriotes — syndicalistes, militants communistes et autres — ont refusé d’obéir aux colonialistes et nous devons aujourd’hui rester fidèles à ces Réunionnais combattants de la liberté, face aux nouvelles formes d’oppressions et d’injustices mises en place par la bourgeoisie.

JPEG - 62.7 ko
Recueillement sur la tombe de Léon de Lépervanche, pour entretenir la flamme de l’esprit de résistance…

Après ces interventions très intéressantes, une minute de silence a été observée en mémoire des trois victimes portoises de cette libération du pays lors de l’arrivée du ‘’Léopard’’ : Maria Rouzoumbo, décédée à 21 ans ; Diamouni Bikini, épouse de Julien Rebela, décédée à 32 ans ; le cheminot Maurice Odon, décédé à 33 ans. Ensuite, deux chants ont été proclamés par le public avec une chorale animée par le musicien et sportif Philippe Paviel : ‘’Le Chant des Partisans’’ (de Joseph Kessel, Maurice Druon et Anna Marly, 1943) et ‘’Le Chiffon Rouge de la Liberté’’ (Michel Fugain, 1977).
La cérémonie s’est terminée par des dépôts de fleurs dans le cimetière, sur les tombes des trois personnes citées plus haut et sur celle de Léon de Lépervanche.


Kanalreunion.com