Culture et identité

Un 20 Désanm sur le thème des “Résistances et esclavage”

Une semaine de festivités à Saint-André

Témoignages.re / 11 décembre 2010

La Fèt du 20 Désanm prend de l’ampleur à Saint-André cette année avec une multiplicité de manifestations culturelles au Parc Lacaussade, dans les quartiers et les centres culturels. La Municipalité veut en faire un moment d’unité et de découverte de notre histoire.

Le 20 Désanm ne se résume pas aux roulèr, kayanm et aux robes à fleurs des danseuses de maloya et de séga. Ce jour de fête est l’occasion de parfaire notre connaissance sur un passé pas si lointain que cela, qui a contribué à forger notre identité réunionnaise.
Après le Dipavali, fête de la Lumière, la Ville de Saint-André a voulu donner une réelle dimension culturelle à la fête de la Liberté. Les festivités ont commencé hier et se poursuivront jusqu’au 20 décembre en ville et dans les quartiers sur le thème des “Résistances et esclavage”.
Dans une île métissée, la commémoration de la deuxième abolition de l’esclavage ne concerne pas seulement le Cafre, car les ancêtres esclaves étaient originaires d’Afrique, de Madagascar, de Malaisie, d’Inde... ils étaient aussi créoles.
Face au succès de la Fèt du 20 Désanm à la Maison Valliamé l’année dernière, la Municipalité a décidé de transférer la manifestation au Parc Lacaussade (à côté de la médiathèque), un lieu plus approprié et symbolique.
Pour le maire Éric Fruteau, il s’agit d’une « semaine décisive pour Saint-André ». Au-delà du devoir de mémoire, la Fèt du 20 Désanm est l’occasion de refuser « l’exploitation de l’Homme par l’Homme » et « l’esclavage psychologique ». « Notre société est encore fragile, car l’esclavage peut prendre d’autres formes, comme les violences faîtes aux femmes, aux enfants, la société de consommation aussi », affirme Éric Fruteau. Le 20 Désanm, c’est également un moment de « reconnaissance de nos racines pour construire l’unité réunionnaise ».

Une statue d’envergure en hommage aux esclaves

Sur le thème “Résistances et esclavage”, c’est le combat pour la liberté qui est mis en exergue. Plus de 35 associations et 400 marmailles ont contribué à l’événement. « Grâce aux quartiers, le 20 Désanm i rayonne sur Saint-André », souligne Michèle Caniguy, adjointe déléguée à la Culture.

Un village, un défilé, des expositions et conférences, des manifestations dans les quartiers et à la médiathèque sont au programme. Mais l’un des moments forts cette année sera sans doute au Parc Lacaussade, l’inauguration d’un monument et de six plaques sur lesquelles seront inscrits les noms des esclaves de Saint-André, affranchis en 1848. Avec l’association Nout Byin Nout Memwar, la Municipalité a demandé au sculpteur David Imaho la réalisation d’une statue représentant une femme taillée dans du basalte et tenant les plaques. Une statue dévoilée le soir du 20 décembre.

Le grand kabar final, avec la participation gracieuse d’artistes comme Lindigo, Simangavole, Kiltir... aura lieu à partir de 20 heures. Jimmy Toave a d’ailleurs composé une chanson spécialement pour ce 20 décembre à Saint-André. A ne pas manquer également le défilé à partir de 16h30 avec plus de 400 jeunes et des artistes, de la place de la Mairie au Parc Lacaussade, en passant par l’avenue Ile de France. Un défilé élaboré par le metteur en scène Mickaël Fontaine, avec un travail sur les noms des esclaves marrons et affranchis.
Le village installé au Parc Lacaussade propose cette semaine des ateliers au public (goni, cannage, pilon, gâteaux lontan, écriture créole, vacoas, instruments de musique), le spectacle des écoles. Et pour la première fois, un concours de maloya le 18 décembre, à partir de 14 heures. 18 candidats ont été présélectionnés et montreront de quoi ils sont capables sur scène, sous la présidence de notre tantine Zaza, l’artiste Françoise Guimbert en concert le soir même.

EP


Des expositions et des conférences

Du 10 au 20 décembre Médiathèque Auguste Lacaussade :

- Exposition d’instruments de musique en collaboration avec l’association Cimendef.

- Exposition des sculptures du collège de Cambuston avec Madame Soucramanien Indira.

Du 13 au 22 décembre Bibliothèque de Champ-Borne

- “Les archives de l’esclavage”, exposition des Archives départementales qui porte sur la traite, les conditions de vie des esclaves, le marronnage et l’abolition de l’esclavage.

Du 13 au 22 décembre Parc Lacaussade – Village du 20 Désanm

- Expositions des écoles et collèges “Mémoire des lieux de vie, des femmes et des hommes d’exception”, exposition réalisée avec les enfants des Mercredis Jeunesse et l’association Nout Byin Nout Memwar pour la mise en valeur du patrimoine de Saint-André.

Le 14 décembre Auberge le Désert, 18h

- Conférence “Le désert, espace de transcendance” par Prosper Eve.

Le 16 décembre Parc Lacaussade, 18h

- Conférence “Le corps des esclaves à Saint-André” par Prosper Eve.

Le 18 décembre Médiathèque Auguste Lacaussade, 17h30

- “Le moringue, un art guerrier” mené par Jean-René Dreinaza et Sudel Fuma.


Kanalreunion.com