Culture et identité

Un musée de l’âme du peuple réunionnais à portée internationale

Inauguration de la Sculptothèque de Marco Ah-Kiem à l’Ilet Quinquina

LB / 2 décembre 2013

Samedi dernier, une nouvelle étape très importante a été franchie pour faire connaître et valoriser les richesses du génie collectif réunionnais, en particulier à travers les œuvres créées par nos divers artistes. Il s’agit de l’inauguration sur la route de l’Ilet Quinquina, peu après Domenjod, d’un mini-musée riche de trésors artistiques à visiter dans les années à venir. Ce sont les œuvres du sculpteur Marco Ah-Kiem réalisées au cours des sept dernières années, avec des messages très forts inscrits en trois dimensions dans la pierre réunionnaise.

JPEG - 125.7 ko
L’entrée de la Sculptothèque au bord de la rue de l’Ilet Quinquina, après Domenjod, à la sortie Est de Saint-Denis, où le public était accueilli par des danseuses et le groupe Génération Pont Neuve de Jean-Pierre Gourville.

Plus d’une centaine de personnes ont participé, enchantées, à cette inauguration de la Sculptothèque de Marco Ah-Kiem à l’Ilet Quinquina, soutenue notamment par plusieurs associations culturelles comme Quartier Ilet Quinquina, Rasine é Basalt, la Promotion du Génie Collectif Réunionnais, Rasine Kaf, etc. ainsi que le Parc national de La Réunion. Plusieurs personnalités comme Alain-Marcel Vauthier et des responsables politiques, dont les dirigeants du PCR Élie Hoarau et Ary Yee Chong Tchi Kan, ainsi que René-Louis Pestel, l’adjoint au maire de Saint-Denis délégué à la Culture, sont également venus exprimer leur soutien à cette action.

JPEG - 63.5 ko
Dans une prison, une esclave enchaînée.

La cérémonie a commencé par une allocution de Marco Ah Kiem, qui a organisé cet événement malgré une blessure au pied il y a quelques jours et qui a exposé avec force le sens profond qu’il veut donner à ses créations artistiques, « en traduisant dans la pierre » les idées à transmettre aux autres. René-Louis Pestel l’a félicité pour « cette œuvre de génie » rendue publique à l’occasion du 350ème anniversaire du peuple réunionnais.

JPEG - 50.4 ko
Parmi les personnalités réunionnaises venues féliciter Marco Ah-Kiem pour son travail, Gélita Hoarau.

Gélita Hoarau a également pris la parole pour remercier « ce sculpteur qui nous donne l’âme de notre peuple » et qui nous montre à quel point « nou lé diféran, mé nou lé uni ». Outre ses diverses sculptures que Marco Ah-Kiem a ensuite présentées au public, d’autres œuvres étaient exposées, en particulier des documents de Rasine Kaf sur l’histoire du peuple réunionnais durant l’esclavage et de belles peintures d’Iréné Nassibou, avec des portraits des grands chanteurs réunionnais disparus.

JPEG - 71.4 ko
Outre les sculptures de Marco Ah-Kiem, on a pu voir des peintures d’Iréné Nassibou avec des portraits d’artistes réunionnais comme Benoîte Boulard.

Pendant la tournée du mini-musée, les pauses devant les statues furent l’occasion pour Marco Ah-Kiem d’expliquer pourquoi et comment il les a réalisées, notamment afin de cultiver notre mémoire historique concernant l’esclavage, le marronnage et le maloya. Il y a eu également plusieurs lectures émouvantes de poèmes anti-esclavagistes par des jeunes du quartier et une présentation très intéressante du lien entre notre histoire et notre environnement naturel par Fabrice Picard, médiateur pour le patrimoine au Parc national de La Réunion.

JPEG - 135.3 ko
Lecture d’un poème anti-esclavagiste d’Évariste de Parny ("Chansons madécasses", 1787) par Nicole Chow-Yuen-Min, élève en classe de 3ème au collège Bourbon de Saint-Denis.

La dernière de ses œuvres présentée par Marco Ah-Kiem fut "La Cène", où l’on voit le prophète rebelle Jésus entouré de ses douze apôtres lors de son dernier repas la veille de son assassinat sur la croix et où, la main gauche sur le cœur, il lève le doigt en lançant son appel : « Aimez-vous les uns les autres ». Et face à lui, son traître et diviseur, Judas, tourne la tête en refusant d’écouter ce sermon pour la solidarité, la justice et la paix.

JPEG - 99.4 ko
Des statues de Marco Ah-Kiem sur le maloya.

Il y aurait encore bien d’autres choses à dire sur toutes ces œuvres de Marco Ah-Kiem, qu’il faudra faire connaître au niveau mondial. Le public a pu venir les admirer ce dimanche, où plusieurs animations artistiques étaient prévues, et "Témoignages" informera ses lecteurs sur les horaires des prochaines visites de cette magnifique Sculptothèque de l’Ilet Quinquina.

L.B.


Kanalreunion.com