Culture et identité

Un pas de plus pour la reconnaissance de l’égalité des cultures

Pondichéry 2010

Témoignages.re / 12 janvier 2010

A quelques jours du départ tant attendu pour l’Inde, les participants de la mission Pondichéry 2010 se sont retrouvés une dernière fois au Conseil régional. L’occasion de rappeler le sens de ce rapprochement avec l’Inde : un devoir de mémoire envers une partie de nos ancêtres, les milliers d’engagés et esclaves indiens, mais aussi le point de départ d’une coopération fructueuse entre l’Inde et La Réunion. Ce voyage s’intègre ainsi dans la reconnaissance de l’égalité des cultures.

L’hémicycle du Conseil régional était bien rempli hier matin. Ce sont en effet environ 300 personnes qui prendront part au voyage à Pondichéry et plus largement au Tamil Nadu du 20 au 23 janvier. Des associations, des lycéens, des religieux, des universitaires... « Sous l’impulsion des membres du comité, et en raison du caractère historique de l’opération, Pondichéry 2010 s’est étoffé et a séduit au-delà de la population indienne. C’est donc une forte délégation de La Réunion, dans sa diversité et sa richesse, qui rendra hommage à ces ancêtres », précise le Comité réunionnais pour la commémoration des liens historiques entre l’Inde du Sud et les îles et pays de l’océan Indien. Deux poussaris antillais s’ajoutent aux dix poussaris réunionnais, 5 universitaires mauriciens et 3 Métropolitains, 6 Sud-africains, 16 Antillais...
L’initiative est soutenue par le Conseil régional et le Département. L’historien Sudel Fuma, à l’origine du projet, a d’ailleurs souligné « l’intérêt, la passion très forte pour notre culture, notre histoire », exprimés par les deux collectivités. Avec Pondichéry 2010 s’achèvera enfin la route des esclaves et engagés initiée en 2004 avec l’UNESCO et l’association Historun. Cette route de l’esclavage et de l’engagisme a commencé en 2004 à Fort-Dauphin (Madagascar), s’est poursuivie à Saint-Paul de La Réunion en 2005, puis à l’Ile du Mozambique en 2007, à l’Ile Maurice en début d’année et à Mayotte en avril 2009. A chaque fois, des stèles ont été posées au bord de la mer.
Mais au-delà de la commémoration, il s’agit de renouer des relations avec l’Inde du Sud. Comme l’a souligné Nassimah Dindar, « nous devons écrire une nouvelle pages des relations entre l’Inde et La Réunion, prendre un nouveau départ entre deux nouveaux mondes, nous ne partons pas sur les traces du passé, du 19ème siècle, mais sur les traces du 21ème siècle, à préparer avec la France et l’Inde que nous voulons ». Évoquant ainsi les perspectives de coopération en matière de tourisme, d’environnement, de recherche...
Pour Paul Vergès, Pondichéry 2010 va dans le sens de l’effort déployé depuis 1998 pour renouer les liens avec les pays d’origine. « C’est le début d’une stratégie qui doit durer des dizaines d’années », a-t-il affirmé. C’est pourquoi la délégation réunionnaise porte une grande responsabilité. Le moment de constater la richesse de notre culture issue du Tamil Nadu et d’affirmer l’égalité des cultures.

EP 


Retour sur le programme

La journée centrale de Pondichéry 2010 sera celle de l’inauguration de la stèle, le 22 janvier. Cette journée débutera par une cérémonie en l’honneur des ancêtres menée par des poussaris (prêtres) de La Réunion. Une cérémonie semblable aura lieu le 13 février à La Rivière des Galets pour permettre aux Réunionnais d’y assister.
Conçue à partir d’une esquisse de l’Ecole des Beaux Arts de La Réunion et réalisée par l’École des Beaux Arts de Pondichéry, la stèle en hommage aux engagés et esclaves sera inaugurée dans les jardins de l’auditorium de l’Université de Pondichéry. S’en suivra un concert de Ziskakan sur le front de mer de Pondichéry.
Un colloque international sur la « diaspora indienne et l’interculturalité dans l’histoire des îles et pays de l’océan Indien » aura lieu le 20 janvier à l’Université de Pondichéry, avec la participation de l’Université de La Réunion.
Les lycées Ambroise Vollard, Mahatma Gandhi et Georges Brassens seront également du voyage. Ils seront à l’origine de plusieurs expositions sur “Inde-Réunion : traits d’Union”, les pratiques culturelles indiennes à La Réunion, ou encore l’implication dans le développement durable. Le lycée Mahatma Gandhi a d’ailleurs réalisé un travail de collecte (avec la MCUR et le Collectif des Poussaris) des noms des premiers engagés indiens. Une cinquantaine de noms devrait être dévoilée dans le lieu qui servait d’entrepôt aux engagés. Ce travail de recherche devrait aboutir à la publication d’un “Dictionnaire des patronymes indiens”.
L’un des moments forts de Pondichéry 2010 sera sans doute la marche symbolique “Sur les pas des engagés”, du lieu de l’entrepôt à la jetée du port, au son des Tambours sacrés (le 21 janvier).
Pondichéry 2010 s’achèvera le 23 janvier avec la visite du pensionnat financé par le Conseil régional, la CIVIS, Le Port et le Comité Maharastra. Ce pensionnat accueille une quarantaine d’enfants. L’occasion aussi de mettre en place un projet de parrainage d’enfants à Cudalore avec la Fondation AIM for Seva et Seva International Réunion.


Bonjour India

Pondichéry 2010 coïncide avec le festival Bonjour India du 19 au 27 janvier. Ce festival célèbre l’amitié et la coopération franco-indienne. Au programme, spectacles de rue, concerts, opéra, cinéma, danse, mode, carnets de voyage, débats d’idées, expositions de photographies et d’art contemporain. La diversité et la culture réunionnaises y seront présentes avec la danse urbaine de Soul City, les contes de Triveni Sangam, les Tambours sacrés, Ziskakan, Nathalie Natiembé, l’expo itinérante Réunion Offshore...


Kanalreunion.com