Culture et identité

Un travail pédagogique génial, avec des sculptures pour les enfants pris dans le pénitencier de l’Ilet à Guillaume

Grâce à des enseignants et des élèves du collège de Bourbon

Témoignages.re / 10 mai 2014

Une cérémonie très émouvante s’est déroulée ce mardi 6 mai au collège de Bourbon à Saint-Denis, avec le vernissage d’une exposition de magnifiques sculptures réalisées par une vingtaine d’élèves. Des œuvres magnifiques, pas seulement sur le plan esthétique mais aussi et surtout par le sens humain très fort que leur ont donné ces jeunes artistes et leurs enseignants.

JPEG - 62.1 ko
La statue de l’esclave marron « Ti-Guillaume » réalisée par le sculpteur Marco Ah-Kiem, entouré par les élèves du collège de Bourbon qui ont réalisé avec son aide et celle de leurs enseignants une dizaine de belles sculptures.

En effet, ces créations accomplies par des élèves de 3ème s’inscrivent dans le cadre d’un projet pédagogique d’un an et pluridisciplinaire, intitulé « Enfances (en)volées », « destiné à faire apprendre autrement, à partir du patrimoine culturel ». Ce travail admirable a permis à ces jeunes Réunionnais à la fois de connaître mieux le patrimoine naturel et culturel de leur pays, d’apprendre à sculpter des statues avec des morceaux de basalte et de rendre hommage à de jeunes ancêtres du 18ème siècle qui avaient été enfermés de façon abusive et tragique dans un pénitencier des Hauts de La Montagne à Saint-Denis, à l’Ilet à Guillaume.

Ce qui est également très intéressant dans ce projet pédagogique, c’est que les élèves et les enseignants ont bénéficié de l’aide d’un grand sculpteur réunionnais, le psychologue retraité Marco Ah-Kiem, qui a inauguré sa magnifique « sculptothèque » sur la route de l’Ilet Quinquina le 30 novembre dernier. Le sculpteur a aidé les jeunes artistes du collège de Bourbon à donner un sens très profond à leurs œuvres, une dizaine de sculptures de 30 à 50 centimètres pour faire connaître les épreuves terribles imposées par le gouverneur colonial aux enfants de la misère, détenus au pénitencier de l’Ilet à Guillaume de 1864 à 1879.

C’est d’ailleurs ce qu’a expliqué Nathalie Hermine, professeure de français, une des responsables de cette action, dont les objectifs sont les suivants : « Apporter des éléments de culture et enseigner le patrimoine ; mettre les élèves en contact avec des artistes et des lieux culturels ; rendre les élèves autonomes et responsables ».

Il faut savoir aussi qu’outre les aides apportées chaque jeudi depuis septembre dernier aux jeunes sculpteurs par Marco Ah-Kiem, celui-ci a également réalisé une nouvelle œuvre très symbolique, que l’on a pu admirer lors de ce vernissage : une statue émouvante intitulée « Ti Guillaume » et qui est celle de l’esclave marron ayant par son combat laissé son nom à l’ilet du pénitencier. Signalons enfin que ce travail éducatif a été réalisé avec le soutien de plusieurs partenaires institutionnels, comme le Conseil général et le Parc national de La Réunion.

En conclusion, si vous souhaitez avoir plus d’informations à ce sujet, nous vous transmettons les liens pour découvrir à la fois le blog de la classe : http://www.weblettres.net/blogs/index.php?w=Enfancesenvole et le travail de Marco Ah-Kiem : http://marco.patrimoine-reunion.org/


Kanalreunion.com