Culture et identité

Un vibrant hommage à nos ancêtres chinois victimes de l’esclavage et de l’engagisme

La Réunion présente en Chine pour la dernière étape des "Routes de l’esclave et de l’engagé dans l’océan Indien"

Témoignages.re / 14 octobre 2013

Comme annoncé mercredi dernier dans "Témoignages", pas moins de 140 Réunionnaises et Réunionnais ont participé ce week-end à Guanzhou et à Meizhou dans la province de Canton en Chine — aux côtés de frères et sœurs Mauriciens, Seychellois et bien sûr Chinois — à un événement très important pour cette année, où nous célébrons le 350ème anniversaire de notre peuple. Il s’agit de rencontres et de cérémonies organisées en 2013 en Chine, dans le cadre du programme lancé il y a une dizaine d’années au nom de l’UNESCO par l’historien réunionnais Sudel Fuma sur la commémoration des "Routes de l’esclave et de l’engagé dans l’océan Indien". Cet événement a été marqué notamment par des rencontres très chaleureuses entre des représentants de divers peuples de notre région et par des échanges très riches entre ces personnes pour renforcer les liens d’amitié entre nous dans le cadre d’un co-développement régional solidaire.



JPEG - 76.4 ko
Sudel Fuma avec He Bai Jun (à gauche), l’artiste qui a réalisé la stèle, avec son jeune frère He Fa Jun (à droite).

Le temps fort de cette commémoration a été bien sûr l’inauguration hier matin d’une magnifique stèle à Song Kou, un port fluvial de la commune de Meizhou, d’où sont partis des millions de Chinois en tant qu’esclaves, puis engagés et enfin personnes libres, notamment à destination des îles de l’océan Indien : Maurice, La Réunion, les Seychelles, Madagascar… Lors de son allocution avant le dévoilement de la stèle, Sudel Fuma a notamment fait un rappel historique de ce parcours parfois extrêmement pénible des migrants chinois et l’importance de cultiver la mémoire de ces épreuves. (voir en encadré le texte de son intervention)

Trois autres personnes sont intervenues à cette occasion : tout d’abord Joseph Tsang Man King, l’ancien ministre mauricien de la Culture, qui a rappelé comment il a coordonné ce projet entre les différents partenaires ; ensuite Mukesh Choonee, actuel ministre de la Culture à Maurice, qui a plaidé pour un renforcement des liens entre les peuples de l’océan Indien, en particulier pour « faire connaître les richesses de nos cultures ». Enfin, le maire de Meizhou, Tan Juntie, qui a fortement contribué avec son équipe à la réussite de ce projet.

Échanges de cadeaux

Après l’inauguration de la stèle par l’ensemble des autorités présentes, le public a pu visiter un nouveau musée très intéressant, qui présente à la fois les diverses étapes de la Route de l’esclave et de l’engagé dans l’océan Indien mise en œuvre par l’UNESCO avec Sudel Fuma et bien d’autres partenaires ainsi que des images passionnantes sur les divers pays concernés par cette route, dont La Réunion. Cette visite a été suivie par un repas convivial et un magnifique spectacle de danses et de chants offert par de jeunes artistes sur une grande scène.

Il est toutefois important d’évoquer également en quelques lignes un autre événement très émouvant qui s’est produit la veille à Guanzhou, au Musée de Guandong des Chinois d’Outre-mer, avec une cérémonie présidée par Feng Guang Jun, directeur du Bureau des Affaires des Ressortissants Chinois de Canton. Lors de cette cérémonie, a été présentée une grande banderole de bienvenue aux Réunionnais et des échanges de cadeaux se sont déroulés entre les divers partenaires, comme ce dimanche, où six statues réalisées par la sculpteuse réunionnaise Dolaine Fuma-Courtis, ont été distribuées.

« La Réunion, notre nouvelle patrie »

À cette occasion, plusieurs personnalités réunionnaises ont donc pris la parole samedi au musée de Guandong afin de remercier les autorités chinoises pour leur soutien à cet hommage à nos ancêtres. Elles ont notamment souligné, comme Daniel Thiaw Wing Kai, président de la FAC-Réunion, à quel point « nos ancêtres ont transmis leurs connaissances et leurs valeurs à leurs descendants, qui continuent à les cultiver à La Réunion, une terre de métissage et de tolérance, dont nous avons fait notre nouvelle patrie ».

Yolland Velleyen, vice-président de la Région délégué au patrimoine culturel, a mis l’accent sur le fait qu’ « il y a une nouvelle dynamique dans la coopération entre La Réunion et la Chine » et que depuis la naissance du peuple réunionnais il y a 350 ans, « les Chinois ont joué un grand rôle dans la construction de notre île ». Quant à André Thien-Ah-Koon, représentant du Département à cet événement, il a exprimé son émotion devant les difficultés qu’ont dû affronter beaucoup de nos ancêtres chinois — comme bien d’autres Réunionnais — et il a plaidé en faveur d’un « meilleur vivre ensemble à La Réunion, main dans la main » .

La visite du musée, qui a marqué cette matinée de samedi avec la vision de documents historiques d’une grande richesse, a montré à quel point nous avons encore bien des enseignements à tirer de notre Histoire pour construire vraiment un avenir meilleur.

L. B.

Sudel Fuma : « Il existe un pont entre nos pays »

Sudel Fuma, directeur de la Chaire UNESCO de l’océan Indien et coordonnateur du projet de la route de l’esclavage dans l’océan Indien, est intervenu avant l’inauguration de la stèle de Meizhou en tant que porteur de ce projet mais aussi en tant que représentant de La Réunion. Il a d’abord salué le secrétaire du Comité du parti pour la municipalité, le maire de Meizhou et les dignitaires de cette province ainsi que les dignitaires des pays de l’océan Indien et bien sûr les compatriotes de La Grande Chine et des îles de notre région. Il a ensuite tenu une allocution, dont voici le texte intégral avec les inter-titres de "Témoignages".

« Quelle immense joie pour moi de vivre aujourd’hui avec vous — en ma qualité de représentant de la Chaire UNESCO de l’océan Indien et de coordonnateur général du projet de la route de l’esclave et de l’engagé de l’océan Indien — la fin de ce programme international de l’UNESCO, qui relie désormais les peuples de l’océan Indien et de La Grande Chine de nos ancêtres... Quel immense plaisir de vivre sur le sol de Chine ce jour de commémorations, de mémoires en l’honneur de nos ancêtres — ceux de la diaspora chinoise, engagés ou libres — partis de toute la Chine — de Canton, du Fukien, de Meixian et d’autres régions encore de Chine, vers les îles de l’Océan Indien, l’île Maurice l’île de La Réunion, les Seychelles et Madagascar !

Comment ne pas aujourd’hui honorer leurs mémoires, celles de vies de labeurs, de courage, de patience, de duretés de conditions d’existence dans des régions d’accueil où existaient encore le colonialisme, la discrimination raciale et l’esclavage...

Promouvoir l’interculturalité

Le programme de l’UNESCO — de La Route de l’Esclave et de l’Engagé, que j’ai eu la charge de conduire — se termine aujourd’hui en Chine, sur cette terre qui nous est si chère à tous et qui nous accueille comme ses propres enfants...

Commencé à Madagascar en 2004, ce programme a concerné tous les pays de l’océan Indien : Madagascar, La Réunion, le Mozambique, l’île Maurice, les Comores, l’Inde — avec un objectif essentiel : promouvoir l’interculturalité, les échanges entre nos populations, la paix et le respect de nos diversités culturelles. Partout notre message a été entendu...

Il existe un pont entre nos pays, un pont qui n’est pas une fiction, mais une réalité objective, matérialisée en ce jour par cette stèle mémoire qu’un artiste chinois a réalisée.

Créer des lieux de mémoire

Mais je voudrais surtout remercier Monsieur le Maire qui a su nous écouter et comprendre la demande des pays de l’océan Indien et des représentants de la diaspora chinoise ; je voudrais remercier tous ses collaborateurs qui nous ont aidés, et particulièrement le Comité de direction régional pour la culture et le tourisme de la ville de Meizhou, dans la province de Canton.

Comment ne pas être reconnaissant aussi aux habitants de nos îles, les Cantonnais et Hakkas, qui ont travaillé ensemble pour faire aboutir ce projet et qui continueront dans l’avenir à faire vivre ce lieu de mémoire et à en créer d’autres ?

Comment ne pas remercier notre président coordonnateur, Joseph Tsang Mang Kin, homme de conviction, homme de valeur et d’écoute qui a accepté de coordonner cette étape de l’UNESCO dans le cadre de ce Comité Commémoration océan Indien ?

Le déplacement de nombreux Réunionnais

Comment ne pas remercier le Conseil régional de La Réunion, représenté par Monsieur Yoland Velleyen, et le Conseil général de La Réunion, représenté par Monsieur André Thien-Ah-Koon, qui ont participé au financement de ce Mémorial ?

Comment ne pas remercier l’Université de Zhou Jia Ying, qui a consacré un séminaire d’études sur la diaspora chinoise à l’occasion de notre séjour ?

Comment ne pas remercier mes proches collaborateurs, en particulier Madame Charline Allane Cheung, présidente de l’AROC, qui a organisé le déplacement de nombreux Réunionnais ici présents ?

Zhongguo wansui !

J’exprime également ma reconnaissance à la Fédération des Associations Chinoises de La Réunion, notamment à Monsieur Daniel Thiaw Wing Kai, son président, et à celles de Maurice et des Seychelles, qui se donnent la main pour rendre hommage à nos ancêtres. Merci à vous.

Comment enfin, ne pas remercier vous tous, frères mauriciens, seychellois, réunionnais et frères chinois de ce grand pays que nous aimons, unis aujourd’hui sur cette terre, qui nous rend fiers d’être ce que nous sommes, c’est-à-dire ses héritiers, ses enfants...

Soyons fiers de nos ancêtres et de notre histoire...

Honneur à La Réunion, honneur à l’Ile Maurice, honneur aux îles de l’océan Indien et honneur à La Grande Chine ! Zhongguo wansui ! ».


Kanalreunion.com