Culture et identité

Une histoire à redécouvrir

Bicentenaire de l’attaque de Saint-Paul par les Anglais

Cinthia Fontaine / 17 septembre 2009

Ce week-end, en parallèle des Journées du Patrimoine, se tiendra le samedi 19 septembre à Saint-Paul et le dimanche 20 à Villèle la commémoration de l’attaque de Saint-Paul par les Anglais, le 21 septembre 1809.

Ces manifestations sont organisées grâce à l’initiative du Comité d’organisation du bicentenaire de l’attaque de Saint-Paul par les troupes britanniques, constitué en février 2009. « Nous avons désiré mettre en avant cet événement historique qui concerne La Réunion dans son entier et qui est une partie de l’Histoire de France », a précisé Bernard Marek, historien et membre du comité. « C’est le point de départ d’un compte à rebours commémoratif vers 2010 et le bicentenaire de l’attaque et de l’occupation de l’île appelée alors île Bonaparte par les troupes anglaises ».
Le comité est composé de Chottin Jean-Pierre, Capitaine de Vaisseau en retraite, de Fontaine Olivier, historien, spécialiste de l’ensemble défensif de Saint-Paul, de Lucas Yvon, Général de gendarmerie du cadre de réserve, de Marek Bernard, historien, de Miranville Alexis, historien, de De Villèle, membre fondateur de la SREPEN, du Musée Historique de Villèle et de l’association Cercle des muséophiles de Villèle (CMV), qui se sont engagés à préparer, coordonner et animer différentes manifestations commémoratives de cet évènement. « C’est un point de départ, un grand travail de recherche reste à faire pour mieux connaître cette époque », a ajouté Olivier Fontaine. La commémoration du bicentenaire a été organisée en partenariat avec la commune de Saint-Paul, le Conseil général de La Réunion, l’Université de La Réunion et la Direction régionale des affaires culturelles de La Réunion (DRAC), dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine.

Une manifestation en 5 actes

Une exposition sur panneaux-bâches a été installée jusqu’au 6 octobre sur le Front de mer de Saint-Paul. Retraçant l’attaque de la ville par les Anglais, les panneaux sont placés au point le plus chaud de la bataille, entre la rue du Général de Gaulle et l’hôtel Lacay (face au débarcadère).
Le samedi 19 septembre, la journée commence à 10h30 avec l’inauguration d’un monument à la mémoire des soldats français, anglais et des civils tués durant la bataille de Saint-Paul. Le monument, œuvre de l’artiste Dolène Fuma, se situera à l’Étang Saint-Paul, là où ont été échangés les premiers coups de feu (derrière l’école primaire de l’Étang). Après le discours du président de la Délégation spéciale de la commune de Saint-Paul, de l’historien Olivier Fontaine, des prières à la mémoire des morts seront dites par les représentants du Groupe interreligieux de La Réunion. L’inauguration sera clôturée par un ballet donné par l’association Korégrafic. « Les noms des morts que nous avons pu retrouver sont inscrits sur la stèle, nombreux sont ceux dont le nom reste pour l’instant inconnu », a commenté Alexis Miranville.
L’après-midi se tiendra, à l’Espace culturel Leconte de Lisle à Saint-Paul, une conférence sur les circonstances et le déroulement de l’attaque de Saint-Paul par les Anglais, avec les interventions d’universitaires de La Réunion et de l’Ile Maurice. Ouvertes au public, les interventions se dérouleront de 13h30 à 18h30, à noter la présence de Prosper Eve, professeur d’Histoire Moderne à la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de La Réunion, et de Jocelyn Chan Low, professeur à la Faculté des sciences sociales et humaines de l’Ile Maurice au Réduit. « C’est l’occasion pour les étudiants ou les enseignants ou tous ceux qui s’y intéressent d’apprendre plus sur cette histoire qui a été longtemps oubliée. Elle donne un véritable sens à ce patrimoine que l’on voit, tels que les canons de la Baie », a ajouté Bernard Marek ».
Le dimanche 20, une synthèse de la conférence sera donnée au Musée de Villèle de 10h30 à 11h30, après présentation de la donation faite au Musée de Villèle par Monsieur De Villèle. À 13h30, Olivier Fontaine animera une visite guidée de l’ensemble défensif de Saint-Paul dont le départ se fera devant l’Hôtel de Ville.
Ce week-end sera l’occasion pour tous les amateurs de patrimoine et d’histoire de faire la découverte d’une histoire souvent méconnue.

C.F.


Programme du colloque du 19 septembre 2009

Lieu : Espace culturel Leconte de Lisle, 5 rue Eugène Dayot, de 13h30 à 18h30.
Thème : Circonstances et déroulement de l’attaque de Saint-Paul par les Anglais en septembre 1809.
13h30 : Ouverture du colloque, la situation géopolitique dans l’océan Indien à l’entrée du XIXème siècle, par Bernard Marek.
14h00 : La stratégie britannique dans l’océan Indien aux XVIIIème siècle et début du XIXème siècle, par Jocelyn Chan Low.
14h45 :
Saint-Paul en 1809, données géographiques, historiques, économiques et sociales, par Alexis Miranville.
15h30 : Pause.
16h00 : L’attaque de Saint-Paul, mythes et réalités par Olivier Fontaine.
16h45 : Heurts et malheurs de Saint-Paul, les dégâts subis par la ville en 1809, par Albert Jauze.
17h30 : La présence anglaise à Saint-Paul en 1809, par Prosper Eve.
18h15 : Remerciements et clôture du colloque, par Bernard Marek.


Le contexte historique de la commémoration

Depuis 1803, la France est à nouveau en guerre contre l’Angleterre. Le 21 juillet 1809, la frégate “La Caroline” jette l’ancre en baie de Saint-Paul en ramenant avec elle deux vaisseaux anglais capturés sur la côte du Bengale. Ces deux navires prisonniers sont pleins de richesses que les Français s’empressent de mettre à l’abri dans les entrepôts de Saint-Paul. Les Anglais décident alors d’attaquer la ville.

Chronologie de l’attaque

Phase 1 : Dans la journée du 20 septembre 1809, une escadre anglaise composée de six navires fortement armés apparaît au large de Saint-Paul.
Phase 2 : Dans la nuit du 20 au 21 septembre, l’escadre débarque six-cents soldats anglais à l’embouchure de la rivière des Galets.
Phase 3 : 80 soldats anglais s’emparent de la vigie du Piton pour qu’elle ne puisse pas donner l’alerte. Les autres soldats se divisent en deux colonnes et marchent sur Saint-Paul ville. La première colonne longe le bord de mer, la seconde suit la Chaussée Royale.
Phase 4 : Le 21 septembre à l’aube, les deux colonnes anglaises attaquent les batteries (fortifications abritant des canons) du bord de mer. Surpris, les défenseurs français doivent abandonner les batteries et se replier.
Phase 5 : Les Français contre-attaquent et tentent de stopper l’avance anglaise, mais ils sont trop peu nombreux, à peine 200 hommes.
Phase 6 : Les Anglais utilisent les batteries abandonnées pour canonner les navires français présents dans la baie et leurs prises.
Phase 7 : L’escadre anglaise entre dans la baie et attaque les navires français.
Phase 8 : Le 21 septembre à midi, les Français débordés abandonnent la ville de Saint-Paul et se replient autour de la Poudrière de Grande Fontaine. Les Anglais incendient quelques entrepôts et menacent de mettre le feu à la ville si les Français ne se rendent pas. Devant l’absence de secours de Saint-Denis et face à la pression des Saint-paulois inquiets du sort de leurs biens, le Capitaine Saint-Mihiele, commandant militaire français de Saint-Paul, décide de déposer les armes le 23 septembre, après signature avec l’ennemi d’un protocole d’accord en 10 points.

D’après les sources actuellement disponibles, les combats de Saint-Paul ont fait environ 200 morts, une centaine du côté anglais, une soixantaine du côté français, une quarantaine de civils et autour de 300 blessés.


Kanalreunion.com