Culture et identité

Une histoire d’habitants

Collecte de patrimoine à La Rivière des Galets

Jean Fabrice Nativel / 17 août 2011

Au Collectif des habitants de La Rivière des Galets revient l’idée de recueillir auprès des personnes des objets anciens afin de les préserver et les valoriser. L’aventure a débuté il y a 20 ans de cela.

Tasses à café, grèg, mangeoire — confectionné à partir d’un rail —, fer à repasser, perceuse manuelle, robe de baptême, poudrière, lampe à pétrole… tour à tour, Martin Nassibou a sorti et exposé avec délicatesse tous ces objets d’autrefois.

Chacun d’entre eux est préservé en lieu sûr. Pour certains, ils ont été donnés, et pour d’autres, prêtés. Au Collectif des habitants de La Rivière des Galets revient l’initiative de ramasser le patrimoine matériel auprès des uns et des autres.

Avec le DSQ !

Cet éclairage est signé Ninine et Martin. La première citée précise qu’un tel projet a vu le jour au début des années 1990 avec le Développement social des quartiers (DSQ). Un collectif est monté en 1991 avec différentes commissions — aménagement, animation, école, emploi-formation, communication et patrimoine. Au sein de cette dernière germe la cueillette de ces pièces d’Histoire.

Petit à petit, la famille de ces raretés s’agrandit. A l’occasion de journées thématiques, le public, avec ravissement, les (re)découvre. Ne pas confondre le fer à repasser et le karo ! “Témoignages” attend de ses lecteurs quelques explications.

Chaque objet est porteur d’une histoire. Dans ces tasses à café en fer blanc, comme son nom l’indique, on appréciait ce breuvage et également le pouss kafé. On ne mangeait pas son pousse, mais on buvait in kou’d sèk. Et ainsi de suite.

A vous maintenant, en regardant ces clichés, d’écrire vos souvenirs.

Texte et photos Jean-Fabrice Nativel
temoignages.jfn@gmail.com


Kanalreunion.com