Hommage

Adrien Larivière : une vie exemplaire

Hommage à un grand militant communiste

Témoignages.re / 28 mars 2017

Adrien Larivière, fidèle et infatigable militant du Parti communiste réunionnais, est décédé hier. Un dernier hommage lui a été rendu hier à l’église de Quartier français, avant son inhumation au cimetière de Champ Borne. Voici le discours prononcé Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, au domicile d’Adrien Larivière avant le départ du convoi funéraire pour l’église.

JPEG - 54.5 ko
Élie Hoarau, président du PCR, et Maurice Gironcel, secrétaire général, recouvrent le cercueil d’Adrien avec un drap rouge, symbole de toutes les luttes vécues par le camarade.

Au nom de tout notre Parti et en mon nom personnel, il me revient de rendre un dernier hommage à un grand militant.

Plus qu’un devoir indispensable, rendre hommage à notre camarade Adrien Larivière exige un passage obligé par une intense émotion. 80 ans de vie, de vie difficile dans l’enfance, d’une vie marquée très tôt par une prise de conscience de classe particulièrement lucide, qui l’amena très jeune à la lutte politique au sein du Parti Communiste Réunionnais.

Issu de milieu modeste, Adrien Larivière affronte très tôt la vie active, aidant son père dans sa profession d’ouvrier agricole. Un père fervent partisan du Dr Vergès. Adrien travaille comme apprenti menuisier, avant d’être embauché comme manœuvre à l’usine de Bois-Rouge. Il va exercer aussi la profession de chauffeur de poids lourd pendant plusieurs années.

JPEG - 89.5 ko
De nombreux camarades étaient présents devant la case d’Adrien pour lui rendre hommage.

Une vie de luttes

Interpellé par la situation politique qui prévaut chez nous, au début des années 60, il participe aux différentes réunions et autres rassemblements du PCR dans l’Est, et intègre la Section PCR de Saint-André en 1967, dirigée alors par Ary Payet. Une époque où les élections se déroulent dans un climat de terreur : insultes, agressions, fraudes, expulsions des assesseurs des bureaux de vote…etc

D’ailleurs, Adrien Larivière avait toujours gardé en mémoire le film de cette journée électorale, du dimanche 10 décembre 1967, à Saint-André, où il fut contraint pour sa sécurité de fuir vers 13 heures le bureau de vote où il était assesseur de Paul Vergès, candidat à l’élection municipale partielle face au Dr Dubard. Un dimanche tristement célèbre au cours duquel le sympathisant communiste Edouard Savigny a été battu à mort par les nervis.

JPEG - 57.2 ko
Maurice Gironcel a retracé en termes émouvants la longue vie militante d’Adrien.

Au service des autres

Militant exemplaire, membre du Comité Central, Adrien Larivière sera de tous les combats. Elu conseiller municipal en mars 1983, sur la liste de Laurent Vergès, il siège dans l’opposition, puis dans la majorité municipale élue en mars 2008 jusqu’en 2014.

Père de neuf enfants, Adrien Larivière a aussi milité dans le milieu associatif, comme la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d’Elèves) où il a siégé pendant 20 ans.

Fidèle parmi les fidèles, Adrien fait partie de ces Réunionnais qui par leur vie exemplaire, résolument vouée au service des autres, ont contribué à faire la grandeur de notre Parti et faire avancer les causes du peuple réunionnais. En tant que communiste et tout simplement en tant que Réunionnais, nous lui devons des remerciements.

C’est une fierté pour nous de l’avoir eu comme camarade de lutte.

Aussi, c’est avec beaucoup d’émotion que nous nous inclinons devant lui et présentons à toute sa grande famille l’expression de nos fraternelles condoléances.

Notre combat continue plus que jamais !


Kanalreunion.com