Hommage

Auguste Trulès disparaît dans de troubles circonstances

Quelques mois après Albert Sibalo

Jean Fabrice Nativel / 7 janvier 2013

C’est dans des conditions tragiques qu’Auguste Trulès est mort.

JPEG - 28.5 ko
Photo Jean-Fabrice Nativel

Le corps d’Auguste Trulès a été découvert dimanche à 3 heures à proximité de l’église Saint Jacques. Une enquête est menée pour connaître les réelles circonstances de son décès. Qui était cet homme ? Pour l’avoir rencontré plusieurs fois, sa sympathie, convivialité, son bon sens et ses blagues retenaient l’attention. Surtout, primait chez lui le courage.

Sa radio ne le quittait jamais

Lors d’une discussion, il confiait qu’au Plate à Saint-Leu, il a vu le jour. Par beau temps, il dormait aux pieds de cette église sous la protection du saint. Par mauvais temps, il retrouvait un abri tenu secret. Tous les jours, on pouvait le voir sur le banc de cette chapelle discutant avec d’autres SDF.

Un objet ne le quittait jamais : son poste de radio. Il était mini. Là où il allait tantôt avec les écouteurs, tantôt sans, il se tenait informé de l’actualité locale, nationale et internationale. Au programme aussi la musique le rendait joyeux. Souvent, il se baladait sur le front de mer fixant sa route où l’horizon le tempo dans la peau.

Un homme gentil

Tous les jours, il se rendait notamment au centre d’accompagnement des SDF — la ruelle Turpin — où il pouvait faire sa toilette, prendre son café et le déjeuner. Puis, il sillonnait les rues. Et si le samedi soir, le Barachois s’animait, on pouvait le retrouvait à l’occasion de kabar.

En 2012, Albert Sibalo est décédé dans des conditions tragiques — une enquête est en cours pour retrouver l’auteur de l’acte odieux. Début 2013, c’est autour d’Auguste Trulès. Tous les deux sont des personnes âgées. On les sait vulnérables et elles sont victimes d’agressions gratuites.

Gageons que pareille drame ne se reproduise plus !

Jean-Fabrice Nativel


Kanalreunion.com