Hommage

Hommage de Simone Yée-Chong-Tchi-Kan, section PCR de Trois-Bassins

Témoignages.re / 30 avril 2014

Roland ROBERT vient de s’éteindre. C’est pour moi, mais aussi pour les communistes cause d’un immense chagrin.

C’est aussi un jour d’immense tristesse pour toutes celles et ceux qui ont côtoyé, apprécié, aimé, l’homme communiste qu’il était, œuvrant avec passion pour l’émancipation humaine, son combat de toujours.

En cette circonstance douloureuse, mes pensées et celles des militants (es) de la section PCR de Trois-Bassins vont à, son épouse Mireille, à son fils Philippe, à ses filles, à sa famille et à ses proches dont je sais la douleur immense, nos plus sincères condoléances.

Roland était un homme d’engagement, toujours au service des autres, des plus humbles en étant de toutes les luttes, de tous les combats pour le développement de la Réunion et non d’une commune.

Aujourd’hui, je perds, nous perdons un camarade, un camarade de combat.

Ce premier combat électoral où il n’a pas hésité à venir croiser les fers à Saint-Leu avec la maire Mademoiselle Marie-Thérèse de Châteauvieux aux cantonales du 8 mars 1970.A cette époque où le combat était rude.
Son courage a créée en moi le désir de « m’engager » dans ce combat électoral de ma commune. Je n’avais pas encore l’âge de voter, adolescente j’ai parcouru à ses côtés les diverses portes à portes des quartiers de Saint- Leu. Je garderai de lui le souvenir d’un homme de combat et de cœur.

La vie de Roland est intimement liée aux combats menés par le PCR pour la justice sociale et l’émancipation humaine.

Sa vision collective, sa force de conviction l’avait aussi mise au service des Possessionnais dont il fût le Maire durant 43 ans. Sa compétence et son honnêteté avec lesquelles il exerça ses mandats et ses responsabilités politiques ont fait de lui une personnalité reconnue bien au-delà de nos rangs.

il a poursuivi cette lutte jusqu’au dernier moment…Il s’en va aujourd’hui, comme il a toujours vécu, modestement mais dans la lutte, et son dernier combat aura été contre la maladie. « Les mots n’y pourront rien »

Puissent le courage, la fidélité dont Roland a fait preuve dans le combat politique de toute sa vie continuer à nous inspirer, à porter son souvenir en travaillant à construire un autre avenir, comme l’a chanté Jean Ferrat « au nom de l’idéal qui nous faisait combattre et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui ».

Adieu Camarade ! Adieu Roland !

Simone YEE-CHONG-TCHI-KAN
Section Pcr Trois-Bassins


Kanalreunion.com