Hommage

Josselyn Flahaut, un homme apprécié

Nos peines

Témoignages.re / 1er décembre 2010

L’émotion était palpable hier devant l’hôtel de ville de Saint-Paul. Une centaine de personnes, familles, collègues, camarades militants, amis et sympathisants étaient venus accompagner Josselyn Flahaut vers sa dernière demeure.
Une veillée avait été organisée dès hier soir dans la salle du Conseil municipal. Paul Vergès et son fils Pierre, Élie Hoarau et Claude Hoarau y sont venus porter leurs derniers hommages à ce camarade de longue date. Vers 14h30, le cortège s’est formé autour du corps pour se diriger vers l’église de Saint-Paul. L’église pleine à craquer n’a d’ailleurs pas pu recevoir toute la foule venue accompagner cet homme apprécié. Son fils, le sous-préfet de Saint-Paul Thomas Campeaux et la députée-maire Huguette Bello ont exprimé leurs peines et leurs regrets face à cette disparation douloureuse. Le corps a ensuite été inhumé au cimetière marin de Saint-Paul aux côtés de noms qui, comme lui, auront marqué l’histoire de la Commune.


Huguette Bello : « Tous les choix de son existence témoignent de son goût des autres »

Voici des extraits du discours de l’hommage rendu à Josselyn Flahaut par Huguette Bello à l’Eglise de Saint-Paul hier.

« Mes chers amis,
Josselyn Flahaut était notre ami. Sa disparition brutale bouleverse tous ceux qui l’ont connu, apprécié, admiré. À sa compagne Jacqueline, à leurs enfants, à sa mère, à son frère unique, nous ne voulons pas seulement dire ensemble notre grande sympathie et notre affection, mais aussi l’estime profonde dans laquelle nous le tenions.
Lorsque quelqu’un de la qualité de Josselyn disparaît, il reste présent dans le faisceau d’émotions qui rassemble tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, l’ont aimé. (…)
Tous les choix de son existence témoignent de son goût des autres. On ne décide pas par hasard, à dix-neuf ans, de se faire infirmier psychiatrique, de prendre le risque de rencontrer des douleurs humaines si difficilement apprivoisables et dont la brûlure, on le devine très tôt, n’épargne pas le soignant. On ne travaille pas vingt-trois ans dans une structure de santé mentale sans sonder, en soi comme dans les autres, les tourments de l’âme humaine. (…)
C’est naturellement que la vie de cet homme fut une vie de militant. Les circonstances lui dictèrent certains de ses choix. Il participa de manière exemplaire aux activités de l’Accro, où je sais qu’il laisse d’infinis regrets. Et c’est naturellement encore, et au nom de la même passion pour la vie, qu’il s’est engagé dans le combat politique.
Je l’ai bien connu dans cette dernière circonstance. (…)
Il était un homme libre et, je crois, un homme heureux. Ce fut pour moi, comme pour tous nos collègues, une joie et un honneur de travailler avec lui.
Et c’est avec la plus grande émotion, et non sans espérance, que nous le conduirons au Cimetière marin de Saint-Paul, son dernier rendez-vous avec l’eau ».


• La Section communiste de Sainte-Suzanne
Ayant appris avec tristesse la disparition de Jocelyn Flahaut, Maurice Gironcel et la Section communiste de Sainte-Suzanne tiennent à adresser à toute sa famille, à ses proches, à ses camarades de la Section communiste de Saint-Paul leurs condoléances les plus sincères et leurs salutations fraternelles.

• Marc Kichenapanaïdou
Madame,
Vous vous étonnerez peut-être de me lire. Sachez que je viens d’apprendre avec tristesse la disparition de votre compagnon et les diverses épreuves que le destin vous a infligées.
S’il est une vérité que chacun de nous peut expérimenter, c’est bien la souffrance.
On peut dire que nul ne se connaît s’il n’a pas connu quelque souffrance. Chacun en a eu sa part. Se connaître, c’est croire qu’il existe aussi des joies et des bonheurs dans toute vie : ce sont des moments qui doivent nous donner l’énergie pour supporter les moments difficiles.
C’est en espérant qu’ils fortifient notre courage.
Une chose est sûre, Dieu nous aime d’un amour extraordinaire. Tout ce qui nous arrive nous prépare à vivre au-delà.
Une chose aussi est certaine : Jésus nous a sauvés par sa croix. Il n’est pas venu pour supprimer la souffrance, mais pour nous aider à porter notre croix avec lui.
Cette conviction de notre foi justifie notre Espérance et nous donne du courage pour vivre dans la présence de Dieu.
« Notre seule fierté est la croix de notre Seigneur Jésus-Christ. En lui, nous aurons le salut et la vie et la résurrection. Par lui, nous sommes sauvés et délivrés ». (Saint Paul aux Galates)
Bon courage, Madame Jacqueline et à votre fils Rémy !
Ma prière vous accompagne,

• Daniel Tevanin Singaïny, Président de la Société Jeune Tamoul de Villèle - Sapèl la Mizèr
A la famille Flahaut,
C’est avec beaucoup d’émotion et de peine que nous avons appris le décès de Monsieur Jocelyn Flahaut. Nous imaginons la douleur qui vous étreint et à laquelle nous prenons bien part.
Quand une vie s’en va, un grand vide se creuse derrière elle.
Nous sommes profondément émus par ce deuil qui vous frappe.
Dans cette difficile épreuve, l’Association Chapelle la Misère vous présente ses plus sincères condoléances.
A travers ces quelques lignes, puissiez-vous trouver le réconfort et le soutien qui vous permettent de surmonter votre chagrin.


Kanalreunion.com