Hommage

Messages de condoléances

Disparition de Jacques Vergès

Témoignages.re / 17 août 2013

JPEG - 44.1 ko
Jacques Vergès aux côtés de son frère Paul. C’était du dernier voyage à La Réunion du célèbre avocat réunionnais, pour les obsèques de Laurence Vergès.

Jacques Vergès, un rêve de justice jamais assouvi

Toute sa vie, Jacques Vergès, qui nous a quittés dans la nuit de jeudi à vendredi, aura été un combattant extraordinairement pugnace contre tous les grands systèmes d’oppression qui ont frappé l’histoire de notre temps. Ce combat entamé dès sa dix-huitième année quand il rejoint la France Libre, il l’aura mené contre le fascisme, le colonialisme, l’impérialisme. De sa profession d’avocat, il aura fait le champ de ce combat. De son talent brillant et unique, il aura forgé une arme redoutable et redoutée par ceux qu’il combattait.

Son courage était exceptionnel, et entraîne le plus profond respect. Qu’on songe à l’audace que demandaient, en pleine Guerre d’Algérie, ses plaidoiries “de rupture” pour défendre la cause des combattants algériens à Alger, ville aux mains des pires tenants de la répression et des assassinats.

La dimension de sa vie est à l’échelle des luttes menées par les peuples opprimés du monde : immense. Celle d’une personnalité qui aura lié son destin personnel au grand rêve révolutionnaire mondial pour la justice, sur tous les continents.

Cette “présence au monde” de Jacques Vergès n’en rend que plus émouvant le lien très fort qui l’unissait à La Réunion. Un lien intime qui faisait partie de sa personnalité, comme un jardin secret, une richesse, une fidélité à l’enfance.

Un grand Réunionnais vient de s’éteindre, et la Section communiste du Port lui rend hommage avec affection, en étant solidaire de ses combats. Elle exprime ses condoléances attristées à toute sa famille, dont son frère, notre camarade Paul Vergès.

La Section communiste du Port

• Un « avocat redoutable et redouté »

La Section communiste de Saint-André a appris avec peine le décès de Jacques Vergès. Avocat redoutable et redouté, fascinant, personnage clé de la justice française et qui a marqué l’Histoire.

A l’échelon local, les communistes de Saint-André se souviennent encore l’éclat avec lequel, au Palais de Justice de Saint-Denis, il avait assuré la défense des militants injustement poursuivis suite aux graves incidents et violences survenus à Cambuston, à l’occasion de l’élection cantonale partielle du 29 août 1985.

La Section communiste de Saint-André adresse à Paul et Pierre Vergès et leur famille ses sincères condoléances.

Pour la Section PCR de Saint-André,

Jacky The Seng

Paul Dennemont
«  Épris de justice et brillant avocat »

J’ai appris avec tristesse le décès de Jacques Vergès. Ma famille et moi-même tenions à adresser nos sincères condoléances à la famille Vergès. Au-delà de la mort et des combats, c’est bien à l’Homme qu’était Jacques que je pense aujourd’hui : épris de justice et brillant avocat, Jacques était aussi capable de réflexions hors-normes sur les sujets de société touchant au sens de vie. A titre personnel, j’éprouve beaucoup de respect et de reconnaissance pour Jacques et pour les conseils précieux qu’il a su me donner, notamment dans les années 70. Mes sincères condoléances.

Daniel et Jeanine Singaïny
Un Réunionnais qui a « rayonné à travers le monde »

Suite au décès de Jacques Vergès, j’adresse mes sincères condoléances à Monsieur Paul Vergès ainsi qu’à ses proches. Tous, nous reconnaissons le grand avocat et l’écrivain qui, tout au long de sa vie, a eu pour conviction que chaque personne, quel que soit la faute commise, devait avoir droit à un procès juste et équitable. Aujourd’hui, je tiens plus particulièrement à rendre hommage à la mémoire d’un Réunionnais, qui n’a jamais oublié ses racines, et qui a su utiliser ses richesses culturelles multiples pour se construire et rayonner à travers le monde.

Thierry Robert, Député-maire de Saint-Leu
• La perte d’un grand homme

J’apprends avec une grande tristesse la disparition de Jacques Vergès, qui s’est éteint cette nuit à l’âge de 88 ans.

Jacques Vergès fut un grand avocat, au talent immense reconnu par l’ensemble de ses pairs. Il fut aussi un avocat courageux, accordant le droit d’être défendus même à ceux qu’il avait combattus, et un avocat de conviction, au service notamment des causes anti-colonialistes.

Il avait aussi rejoint la Résistance et la France Libre, aux côtés de son frère, Paul, mettant ainsi en pratiques les valeurs qui ont toujours sous-tendu son action, malgré les apparentes provocations.

Il était aussi un immense lettré, d’une très grande érudition.

La Réunion, mais au-delà, la France tout entière perd un grand homme. J’adresse mes plus sincères condoléances à la famille, et notamment à son frère, Paul, et à son neveu, Pierre, que j’assure de mon entier soutien.

Nassimah Dindar,

Présidente du Conseil général
Jacques Vergès est mort : La Réunion perd un de ses fils

C’est un grand homme qui nous a quittés. Jacques Vergès, fils de Raymond et frère de Paul, est mort à 88 ans ce jeudi 15 août à Paris. Ce Réunionnais, qui s’est notamment illustré comme un anticolonialiste et un résistant actif, a été une figure incontournable sur le plan international.

Célèbre avocat, il s’est distingué par la stratégie dite de "défense de la rupture". Face à ses nombreux détracteurs, il maniait avec talent l’ironie et excellait dans l’art de la rhétorique.

« Avocat du diable », « avocat des indéfendables », « avocat de la terreur »... Les formules médiatiques utilisées pour le désigner ne manquaient pas. A cela, il répondait en se qualifiant lui-même de « salaud lumineux », histoire de ne laisser à ses "adversaires" ni le privilège du maniement dialectique, ni le monopole de la formule inédite.

Son parcours sera marqué par un engagement indéfectible pour les grandes causes du 20ème siècle. Il restera fidèle jusqu’au bout à sa ligne de conduite, dénonçant sans relâche les "bien-pensants" et les "hypocrites" qui s’accommodent de l’ordre établi et ferment les yeux sur des crimes commis notamment au nom du colonialisme.

Comme son frère Paul, il quitte La Réunion après l’épisode du “Léopard” (28 novembre 1942) pour s’engager dans les Forces Françaises Libres. La part d’ombre qu’il revendiquait sera un trait marquant et récurrent de son parcours. Invité vedette des plateaux de télévision où l’on attendait toujours de lui qu’il adopte une posture provocatrice, il ne livrait cependant jamais les clés permettant de dénouer les légendes et mystères de son existence.

Aujourd’hui, La Réunion perd un de ses fils. Nous le pleurons. Et c’est avec émotion que nous présentons à son frère Paul Vergès, ses nièces et neveu, Claude, Françoise et Pierre, à ses proches, nos condoléances les plus sincères.

La municipalité du Port
«  Jacques Vergès était un avant-gardiste »

C’est avec une triste émotion que j’ai appris le décès de Jacques Vergès.

Connu comme l’un des plus illustres avocats contemporains, Jacques Vergès était un avant-gardiste qui a su bousculer les stéréotypes de l’institution judiciaire.

Sa notoriété et son charisme rayonnaient bien au-delà des prétoires.

Esprit subversif et révolutionnaire, il a été un combattant pour la liberté, pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, pour le respect de la dignité humaine.

Par ailleurs, il cultivait son amour des Arts et des Lettres, ses talents d’écrivain sachant manier l’humour et l’autodérision avec subtilité. C’est une personnalité entière, libre, haute en couleur qui s’en va aujourd’hui, mais qui continuera à éclairer notre vision du monde.

A Paul, Pierre, Françoise et Claude, à tous les proches de Jacques Vergès, j’adresse mes sincères condoléances avec l’expression de mon soutien amical.

Michel Séraphine
•  «  C’est la voix d’un grand Réunionnais qui s’éteint »

J’ai rencontré la première fois Jacques Vergès, il y a un peu plus de vingt-cinq ans : il défendait un des accusés dans le procès des assassins du juge Michel devant la Cour d’Assises d’Aix en Provence. Il avait eu la sympathique idée de convier un soir quelques étudiants réunionnais autour d’une table. Je garde en mémoire sa gentillesse, son humour et son érudition. À la barre (j’ai eu la chance de plaider dans quelques-unes des rares affaires qu’il a plaidé ici, à La Réunion), il faisait preuve d’un rare courage ce qui est la marque des pénalistes d’exception. Souvent cassant à l’audience, il savait se montrer exceptionnellement chaleureux dans la vie. Mais sa dimension intellectuelle a débordé le barreau. Avocat engagé, il aura été le militant de grandes causes qui l’ont mené de la France libre aux combats pour les Palestiniens en passant par l’affaire algérienne. C’est la voix d’un grand Réunionnais qui s’éteint.

Jean-Jacques Morel
«  Chaque être humain, quels que soient les faits qui lui sont reprochés, a droit à une défense »

C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris ce matin le décès de mon confrère Jacques Vergès.

Homme engagé, avocat intransigeant, tout au long de sa vie, Jacques Vergès ne laissait jamais personne indifférent, tour à tour séduisant par son intelligence ou choquant par sa volonté d’être un provocateur.

Jacques Vergès avait su, de manière éclatante, par l’acceptation des causes les plus difficiles, appliquer ce principe fondamental dans une démocratie, selon lequel chaque être humain, quels que soient les faits qui lui sont reprochés, a droit à une défense.

Par ailleurs, tous les échanges que j’ai pu avoir avec cet homme riche d’une culture vaste et éclectique, m’ont laissé un profond souvenir.

A tous ses proches et notamment à son frère Paul Vergès, j’adresse mes plus sincères condoléances.

Michel Lagourgue
Lettre de Victorin Lurel à Paul Vergès

C’est avec une immense tristesse que j’ai appris le décès de votre frère, Jacques. Je tiens en ces moments douloureux et au vu des liens qui vous unissaient à vous exprimer mes condoléances les plus émues et les plus sincères.

C’est à la fois un combattant de la France Libre, une figure du barreau, un militant engagé et une fierté pour les ultra-marins qui s’en est allé. Son action restera, indubitablement, inscrite dans nos mémoires.

Je vous souhaite, ainsi qu’à votre famille et à vos proches, tout le courage nécessaire afin de surmonter cette épreuve.

Victorin Lurel
Un homme « de combats, de controverses et de mystère »

Vendredi 16 août. Je viens d’apprendre la mort, hier jeudi, de Jacques Vergès.

De cet homme, avant tout commentaire et tout jugement, on pourra dire : « Il a vécu ». Engagé très jeune dans les Forces françaises libres, militant anticolonialiste, témoin et acteur de la Guerre d’Algérie, brillantissime avocat du Barreau de Paris, Jacques Vergès s’est nourri de combats, de controverses et de mystère.

« J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans »  : c’est le vers de Baudelaire qu’il avait donné comme titre à l’un de ses ouvrages.

J’adresse mes sincères condoléances à son frère Paul Vergès, à sa famille, à ses proches, à tous ceux qu’affecte cette disparition.

Huguette Bello,

Députée-Maire de Saint-Paul


Kanalreunion.com