Hommage

Paul Fotsé Njomgang : hommage de la famille Njomgang

Son père voulait lui offrir « le ciel comme limite »

Témoignages.re / 14 septembre 2009

Hier se sont déroulés les obsèques du Docteur Paul Fotsé Njomgang à Saint-Benoît en présence du président de la Région. Les parents de Paul Fotsé, vivant au Cameroun, aux États-Unis et en France, ont adressé à "Témoignages", via son site, un hommage au disparu. Voici ce texte.

« Paul, notre frère, est né à Batoufam, la terre de ses ancêtres. Aîné d’une famille de 9 enfants, il a très vite pris sur lui les responsabilités. Fils d’un haut administrateur de la fonction publique camerounaise, Paul a été élevé par son père en particulier. Saah tie Fotse Paul a Batoufam, le village dont il est originaire, est responsable d’un clan dont symboliquement il est le patriarche. Paul Fotsé Njomgang, notre frère très aimé par sa famille et adoré par son père, a excellé dans ses études primaires et secondaires au Cameroun. Conduit par l’ambition et le désir d’offrir à son fils le ciel comme limite, notre père bien aimé, Isaac Njomgang, a pris sur lui financièrement et émotionnellement la décision de lui offrir la possibilité de devenir le meilleur de lui-même. Son succès et sa popularité dans votre communauté en témoignent. Notre père a ouvert devant lui de plus grands horizons en lui offrant le moyen d’étendre ses ailes plus loin que le Cameroun, jusque dans cette île, ici, chez vous, plus loin que son père n’avait pensé (Nous vous remercions de lui avoir offert cette opportunité).
Brillant étudiant en médecine en France, il a couronné ses études avec l’obtention d’un Doctorat en médecine avec mention honorable. Docteur Paul Fotsé Njomgang, comme vous l’avez connu, dès sa tendre jeunesse s’est toujours affirmé par sa grande éthique, son amour pour le travail dur, sa persévérance et surtout sa grande bonté de cœur. Notre frère était peu bavard, rare en mots, mais riche en affection et en idées. Comme Saint-Exupery le disait, « La distance ne fait pas l’éloignement ». Le fait que Paul se soit installé ici, loin de sa famille, n’avait pas entamé nos liens et encore moins réduit l’amour que nous avons pour lui. Depuis sa disparition, notre famille entière est dans le désarroi.
C’est un grand malheur qu’aucun mot ne peut exprimer qui s’est abattu sur nous. C’est une perte irremplaçable dont vous ne pouvez mesurer l’effet. Par son travail, son intelligence et ses dédicacions pour son prochain, il s’était imposé parmi vous. Nous remercions de tout cœur chacun d’entre vous, en particulier pour les soins que vous lui avez apportés, pour l’amour au quotidien que vous lui avez donné et l’appréciation que vous lui avez exprimée. Très cher Paul, une fois encore, le mystère de la mort s’impose à notre humanité.
Dans la douleur atroce de la séparation définitive sur cette terre, nous regardons devant près du très haut les retrouvailles à venir. Dans l’espoir d’une réconciliation prochaine, nous te disons à bientôt !!! Parce que tu étais né d’une graine éternelle, la graine de Dieu, tu as produit des fruits d’une grande splendeur, Xavier, Benoît et Pauline. En concert avec nos ancêtres, notre père Isaac Njomgang et notre mère Nono Marthe qui t’ont précédé, nous prions que les dieux de Batoufam te protègent ou que tu sois ; Que le seigneur Jésus-Christ soit clément avec toi et t’accorde sa grâce ».

Famille Njomgang, Batoufam (Cameroun), France (Lille, Toulouse, Grenoble), Washington (USA)


Kanalreunion.com