Hommage

Pour les 94 ans de notre camarade Théophane Lauret

Témoignages.re / 29 novembre 2011

C’était hier le 69ème anniversaire de l’arrivée au large du port de la Pointe des Galets du contre-torpilleur "Léopard" venu inviter la jeunesse réunionnaise qui le souhaitait à rejoindre le combat que le Général de Gaulle entendait mener contre l’occupation nazie dans ce qui s’appellerait "la Seconde Guerre mondiale".
Avec la foule de ceux et celles qui, dans les rues de la ville, se mobilisaient alors autour de Léon de Lépervanche, de Sylvia Laugier, des frères Letoullec, de Raoul Fruteau, d’Albin Tertre, de Saül Vitry, de Marc Grosset, d’Adelbert Malet, d’Auguste Lakermance et de nombreux autres pour inscrire dans l’Histoire de notre île et de sa population leur attachement aux valeurs de justice et de liberté, un jeune homme originaire de la Ravine des Cabris et de Trois-Bassins et fiancé à une jeune portoise, prenait lui aussi (« tout modestement » aime-t-il dire) sa part dans la révolte populaire face aux troupes que le représentant vichyste avait envoyées de Saint-Denis pour tenter, bien vainement, de contrer le débarquement patriotique. Nous étions le 28 novembre 1942.
C’est dans cette atmosphère de guerre civile qu’il n’a jamais oubliée que, ce jour-là, notre jeune fiancé fêtait ses 25 ans. Un mois plus tard, le 26 décembre 1942, Théophane Lauret épousera Marie Eva Cerveaux. Ils auront neuf enfants, dont huit sont toujours là.
Hier, lundi 28 novembre 2011, pour la première fois depuis de très nombreuses années, Théophane n’était pas aux côtés d’Eugène Rousse au cimetière du Port sur la tombe de Léon de Lépervanche pour l’évocation, avec des écoliers, de ce grand moment d’Histoire de la ville qu’il a adoptée et qui le lui a bien rendu.
Hier, son aînée l’avait emmené à Saint-Benoit, chez une de ses filles et son époux, en présence de quelques-uns de ses petits enfants. Et, ce n’est pas sans une grosse émotion (qu’il sut, en vieux militant qu’au fil du temps il est devenu, parfaitement maîtriser !) qu’il vit arriver Dominique Atchicanon, adjoint au maire de la Ville, venu saluer, lui dira ce dernier, « un camarade de toujours, dont la fidélité à son Parti et à ses dirigeants n’a jamais été prise à défaut ».
Le gâteau d’anniversaire qui avait été préparé pour ses 94 ans d’une vie de travail et d’engagement sans faille avait hier cette saveur particulière que l’on ressent quand on a conscience que la vie vous rend beaucoup de ce que vous lui avez apporté. Jamais il n’avait une seule fois pensé que, sur ses vieux jours, il aurait eu un tel honneur. Celui de l’accolade fraternelle d’un jeune élu du « pays où le soleil apparait chaque matin à son île ». Celui d’un élu de la cité bénédictine venu lui remettre le plus beau des cadeaux pour l’amateur de lecture qu’il n’a jamais cessé d’être : un ouvrage sur la ville de Saint-Benoit riche en images du dynamisme de là-bas.

Correspondant


Kanalreunion.com