Hommage

René Payet, journaliste à "Témoignages"

L’œuvre exemplaire d’Olivier Thienbo

Manuel Marchal / 15 septembre 2011

C’est sous le pseudonyme d’Olivier Thienbo que le Père René Payet a écrit de nombreux articles en tant que journaliste à "Témoignages".

C’est en 1987, à l’âge de 65 ans, après 40 ans de vie sacerdotale, que René Payet décida de pousser encore plus loin son engagement pour la cause de son pays. Il décide de devenir journaliste à "Témoignages", tout en restant au service de l’Église le week-end.
C’est donc à un âge où beaucoup prennent leur retraite que René Payet a franchi une étape supplémentaire dans son engagement au service de son peuple. Il avait en effet constaté les limites de l’action de l’Église contre les injustices, il avait donc choisi d’aller plus loin en intégrant la rédaction du journal fondé par le Docteur Raymond Vergès.
Tous les jours pendant trois ans, il était sur le front de l’actualité, à la rencontre des Réunionnais qu’il avait fait le choix de défendre jusqu’au bout.
Son œuvre est immense, et il est bien évident que ce ne sont pas ces quelques pages qui pourraient résumer tout le travail de René Payet, journaliste de "Témoignages".
Travailleurs, planteurs, femmes, jeunes, inventeurs, syndicalistes… nombreux ont été les combats et les scènes de la vie quotidienne décrites sous la plume de celui qui avait choisi le pseudonyme d’Olivier Thienbo.
De tous ces articles, nous en avons choisi trois qui illustrent des causes pour lesquelles le Père René Payet n’a pas ménagé sa peine pendant ces décennies d’engagement au service de son pays.
Ces articles traitent de la pauvreté extrême des Réunionnais obligés d’aller à la voirie pour se nourrir, de la vie dans un bidonville habité par des Réunionnais d’origine comorienne, et de la lutte pour le respect des femmes.
Deux ans plus tard, c’est un engagement encore plus fort que le Père René Payet consent. À 70 ans, il devient le président du Mouvement des Réunionnais pour l’égalité, la démocratie, le développement et la nature, et l’année suivante, il est candidat de l’Alliance des Réunionnais aux législatives.

M.M.


Malgré l’opposition de sa hiérarchie

Ce choix a provoqué la colère de sa hiérarchie dès que le Père René Payet l’eut informé de son projet. Dans un communiqué, Mgr Aubry estimait que « s’engager régulièrement dans une expérience de journaliste au quotidien d’un parti politique (…) est incompatible avec l’exercice du ministère pastoral ».
Aussitôt, René Payet a bénéficié du soutien fraternel des pères Jeannick Fontaine, Nelson Courtois, Jean Welment, Philippe Lauret et Reynolds Michel. « Comment l’autorité ecclésiastique, qui se fait championne du respect de la dignité et de la liberté chez l’homme, peut-elle ainsi refuser à un prêtre qui s’est donné au service de l’Église à La Réunion le droit de partager son temps (alors qu’il a l’âge de la retraite) entre d’une part un ministère réduit, et d’autre part un "métier"qui l’a toujours passionné et qu’il exerce depuis plusieurs années (Croix Sud, TCR, Témoignages). Ce qui hier n’était pas incompatible le serait-il soudainement devenu ? ».
Pour sa part, le Père René Payet se dit « atterré » : « je suis désigné à toute l’opinion publique, dans tous les organes de presse, comme un insoumis. Voilà ce que c’est de vouloir jouer franc jeu ».
Après son expérience de journaliste à plein temps, le Père René Payet eut la charge de la paroisse de Piton Saint-Leu. Puis il donna une autre forme à son engagement en devenant un militant politique.


Kanalreunion.com