Hommage

Témoignage

Au Père Jean Cardonnel

Témoignages.re / 25 juillet 2009

Le philosophe Alain passait pour un agnostique. Dans un de ses Propos, il nous dit ce qui l’a amené à « se délivrer de la religion » de son enfance, à « sortir, comme il l’écrit, du catholicisme ». Mais je n’ai lu nulle part ailleurs des pages aussi justes et aussi profondes sur Jésus et sur le christianisme en général. Je ne connaissais pas les opinions religieuses du maire de Montpellier, Georges Frêche, mais comment ne pas être saisi par la manière dont il parle du Père Jean Cardonnel dans sa réaction donnée à Fr3 Sud-Ariège au lendemain de la mort de son ami, l’ami qu’il connaissait depuis près d’un demi-siècle ? Il faudrait réécouter cette interview même si elle est un peu hachée par l’émotion, ou mieux, revoir sur Internet la vidéo diffusée à cette occasion. Je me contenterai ici de reprendre quelques-unes de ses paroles : « C’était un homme extraordinaire… Dans l’histoire de l’Eglise, on pourrait le ranger dans les prophètes (…) c’est un homme qui annonçait l’avenir ». (…) « Il m’a fait revenir vers l’Eglise » que « j’avais quittée à 14 ou 15 ans parce que je considérais qu’elle était à droite et qu’il n’y avait rien à en tirer » (…). « Il a eu un moment une audience immense sur Montpellier et même au niveau national… mais il a été abandonné par sa hiérarchie, il ne pouvait plaire à sa hiérarchie, on l’a supporté pendant un certain temps et puis on l’a exécuté : il a été chassé de la pièce où il vivait… C’est assez courant dans l’histoire de l’Eglise… Mais ce sont des gens comme ça qui changent la face du monde »… C’est lui qui « à son poste modeste, a changé l’acceptation du XXème siècle par l’Eglise (…) Pour moi, qui me suis posé sur l’Eglise des questions existentielles, il était l’homme de Dieu au sens véritable du terme, sans compromission. J’ai connu beaucoup de gens d’Eglise, des archevêques, des évêques, le nonce apostolique, mais je n’ai connu personne de sa dimension spirituelle. C’est vraiment l’honneur de l’Eglise d’avoir des gens comme lui… » (…) « Il n’a jamais été vieux… il a continué le combat (qu’il avait mené sans relâche pour annoncer la Parole, jusqu’au bout) (...). C’était un homme merveilleux qui portait en lui une flamme… Tant que le christianisme aura des gens comme lui, le christianisme sera une religion d’avenir » (…) « Ce n’est pas les fonctionnaires de l’Eglise qui font avancer l’Eglise, c’est les prophètes comme lui : il annonçait ce que les gens n’attendent pas d’une administration bordée, bien habillée, en ordre de marche… » (…) « Je ne peux parler de Dieu, je n’ai pas l’autorité. Mais pour moi, si Dieu s’est incarné parfois dans des hommes, c’est dans des hommes comme lui… Vraiment, lui, il m’a rapproché de l’Eglise… Mais peu importe, je pense qu’il est allé en paix vers Dieu et qu’il a servi Dieu mieux que beaucoup d’autres ».

Georges Benne


Kanalreunion.com