Hommage

« Vous rencontrer a changé ma vie »

Discours de Ginette Ramassamy en hommage à Laurence Vergès

Témoignages.re / 7 novembre 2012

J’étais étudiante en Sociologie lorsque j’ai rencontré Laurence, il y a près de 38 ans.

JPEG - 35.2 ko

Cette rencontre avec toi, Laurence, et ta famille a changé ma vie.

J’ai alors milité au sein du PCR à Saint-Denis et Laurence me fit connaître l’UFR, l’Union des Femmes de La Réunion.

A travers nos discussions, elle m’enseigna l’importance et le rôle des femmes dans la société, la différence entre être femme et être mère. Auprès d’elle, j’ai connu de grandes femmes de La Réunion comme Isnelle Amelin, Clélie Gamaleya, Odette Mofy, Mme Ferrard et tant d’autres.

Nous avons défilé ensemble, fait du porte-à-porte ensemble. Nous avons fait beaucoup de choses ensemble. J’ai partagé bien des combats avec toi.

Je suis fière d’avoir participé avec toi à l’organisation des conférences au sein de notre association Commission Culture Témoignages (CCT). Laurence, tu en étais le pivot. Tu as mis au profit de l’association tes grandes qualités d’organisation et d’écoute. Tous nos invités ont apprécié d’avoir été si bien accueillis et tous dans leur lettre de remerciements ont témoigné du merveilleux souvenir qu’ils gardaient de toi.

Laurence, tu étais aussi une grande intellectuelle. Tu échangeais aussi bien avec Jorge Amado qu’avec Albert Jacquard ou Yves Coppens ou encore Jean Ziegler, André Brink ou encore Maryse Condé. Maryse Condé est devenue ton amie, notre amie. Maryse a aussitôt envoyé ses plus fidèles souvenirs lorsqu’elle a appris ta mort, Laurence.

Je garde aussi de toi, Laurence, le souvenir du travail que tu accomplissais pour "Heva", qui fut le 1er journal à La Réunion à valoriser la vie et le travail des femmes. Et là encore, tu en fus le pivot. C’était un journal de grande qualité où tu exerças tes talents de narration et d’écriture. Tu savais raconter, saisir au plus près la vie des femmes que tu interviewais. Quand le journal cessa de paraître, tu reçus une lettre de l’Université de Standford, la grande université américaine, t’en demandant des nouvelles !!

Mais tout cela ne doit pas effacer ce que tu fus avant tout pour moi, une amie. Laurence, tu as toujours été d’une grande fidélité. On se voyait ou se téléphonait régulièrement. Tu me faisais partager tes nombreuses lectures. Tu lisais les livres de notre île, d’ailleurs, du monde entier. Tu aimais découvrir et apprendre sans cesse.

Ensemble nous parlions de tout avec sérénité et en toute confiance. Tu étais très généreuse. Ainsi, tu me fis même la surprise de venir à ma soutenance de thèse à Paris. Tu m’apportas ta présence souriante et chaleureuse dans ce moment de grande tension. Tu as accueilli ma fille Maya avec beaucoup d’amour. Jamais en 38 ans nous n’avons eu un seul conflit. Rares sont les personnes qui sont capables de donner autant d’amitié. Quand j’ai appris ta maladie, j’ai tenu à être auprès de toi pour t’accompagner moi aussi de ma fidélité, de mon soutien et de ma tendresse.

Je pleure une amie, une grande amie, une amie fidèle. Laurence, je t’ai tant aimée. Tu seras toujours dans mon cœur.

Ginette Ramassamy

JPEG - 60 ko
JPEG - 51 ko


Kanalreunion.com