Rogar

L’astrologue est un « technicien »

Histoire « nout zansèt »

Jean Fabrice Nativel / 18 mai 2013

La transmission de « la relijion zansèt » est l’une des vocations des associations Zangoun Pratiquants des Servis et Miaro. Lors d’un “pique-nique culturel” à l’aire de Stella Saint-Leu, ces officiants invitaient au 4ème thème le dimanche 12 mai.

JPEG - 84.1 ko
Bercer bébé tout simplement.

Petit à petit, on arrivait, se disait bonjour et prenait place autour d’un kiosque aux ballons blancs, rouges et verts pour ce dimanche placé sous le signe “Les servis en général et l’astrologie malgache : quel moment favorable pour telle ou telle action ?”. Ce cycle de la connaissance de « la relijion zansèt » est initié par Zangoun Pratiquants des Servis et Miaro. Ces associations donnent rendez-vous au public autour de cours-échanges. On en est au 4ème. Des suivants on vous informera.

Purification et accueil de Zanahary

Le présent a commencé avec une précision de Charlotte Rabesahala, anthropologue : « Élie était un esclave d’origine malgache ». Cette terre de Saint-Leu a connu une révolte d’esclaves en novembre 1811. Certains y ont laissé leur vie pour la liberté. On ressentait leur présence, on leur a dédié de profondes pensées.

JPEG - 69.9 ko
Café pour Ernestine, la doyenne.

On a formé un cercle autour duquel du rhum a été versé en signe de purification. Et ce, pour l’accueil de Zanahary (Dieu en malgache) et « la réalisation de tous nos projets ». On a souhaité la bienvenue et remercié les bénévoles organisateurs(trices). Un à un, on a été purifié, le regard tourné vers le bleu ciel — on reçoit Zanahary.

On approchait le déjeuner… un autre instant de remerciements des ancêtres et de partage de kari, gato, kafé, nouga et d’amitiés. Et de communes, on en avait. À l’ombre d’arbres, bercés par le vent, la session pouvait débuter.

Extraits :

« Rappelons l’importance de Zanahary, à part, au-dessus de tout. Pour tous les autres, dont l’homme, il y a un ordre du monde auquel ils sont soumis. Cet ordre n’est ni bon, ni mauvais ; il est. L’homme, comme tout être de passage, doit s’y insérer du mieux qu’il peut, dans une continuité qui l’a précédé et qui se poursuit après lui. (…)

JPEG - 36.1 ko
L’importance de se connaître.

L’astrologie malgache traditionnelle est l’héritage de diverses influences asiatiques et dernièrement arabe par l’influence du zodiaque. Mais elle s’est profondément ancrée dans la nature originale de Madagascar et a pris de fortes propriétés endémiques. (…)

Mpanandro, mpanazary , d’ ampanara-bintana

Selon les régions de Madagascar, on parle de mpanandro , « celui qui fait, qui capte le jour ou le destin », de mpanazary , d’ ampanara-bintana qui signifie « celui qui suit le cours des destins ».

JPEG - 84.8 ko
Un moment convivial à l’heure de la connaissance.

Sa science se base sur ce qu’on appelle communément en français l’astrologie, mais qui recouvre à Madagascar des notions plus larges. C’est à l’astrologue justement d’aider à vivre aux mieux son destin. Dès la naissance, il étudie le cas de l’enfant pour mieux connaître et évaluer les avantages et les inconvénients de son « signe ». Il intervient aussi pour la meilleure harmonie entre le « destin » de l’individu et ceux de son entourage. Il lui faut parfois conjurer des destins contradictoires. (…)

Attention : l’astrologue n’est pas le maître des destins, il n’en est que le technicien ! Il les connaît et aide à s’en accommoder au lieu de les ignorer et de simplement les subir.

Cette fonction ne peut-être assurée que par une personne de grande qualité. Outre la science qu’il faut posséder, les astrologues se recrutent parmi les personnes de grande sagesse et de renommée morale en raison des grandes responsabilités qu’elles assument. (…)

Quel éclairage ! Cette religion, on la voit autrement, on la vit même.

Lors du cours 5, on “s’envolera” pour “Apprivoiser l’espace”. Sur son de maloya, on s’est dit à bientôt et « Que Zanahary et nos ancêtres nous protègent et éclairent notre chemin ».

Reportage Jean-Fabrice Nativel


Kanalreunion.com