Rogar

Maximin Boyer : « Revisiter notre Histoire, c’est revisiter nos ancêtres »

Ce soir et demain au Lazaret de la Ravine à Jacques

Témoignages.re / 24 août 2013

Ce soir et demain toute la journée, le Comité Éli invite les Réunionnaises et les Réunionnais à commémorer le « 350ème anniversaire de la naissance de notre peuple » et la « Journée internationale de la traitre négrière » au Lazaret de la Ravine à Jacques, à la Grande Chaloupe Saint-Denis.



JPEG - 53.4 ko
Le premier lazaret a été construit à proximité du Cap Bernard Saint-Denis. Carte postale du début du XXème siècle. (Collection Antoine Roussin)

Cette association voue ses actions à la (re)connaissance de l’Histoire de La Réunion, sa préservation et transmission à l’exemple de la révolte de Saint-Leu (1811). Ce lazaret, le deuxième construit après celui du Cap Bernard (Saint-Denis) rasé pour la réalisation de la route du littoral, reste méconnu. C’est pourquoi le Comité Éli, depuis quelques années, œuvre pour sa réhabilitation.

« À La Réunion, terre d’immigration, “lazaret” renvoie à la fois à la fonction de léproserie et de lieu de quarantaine. Sous la Révolution, des lazarets sont créés à Saint-Denis au pied du Cap Bernard et à Saint-Paul dans le lit de la rivière des Galets. Le premier est transféré à la Ravine à Jacques en 1827, puis à la Grande Chaloupe en 1846. En 1852, une léproserie est installée à la Ravine à Jacques où existent un centre de soins, un pénitencier pour enfants, un atelier de discipline et un lieu de quarantaine rapidement surchargé par l’afflux d’immigrants remplaçant les esclaves. Au milieu du 19 ème siècle, l’essor de la canne à sucre et la venue d’une main-d’œuvre indienne engagée, estimée à plus de six mille travailleurs par an, imposent la construction de nouveaux bâtiments. Ceux-ci sont conçus comme des lieux de quarantaine ou de “séquestration” pour “empêcher la diffusion de maladies pestilentielles…” (là) se trouvent suspendues la liberté individuelle, la propriété et dans une très grande mesure les lois… », explique Michèle Marimoutou [1].

Un espace de quarantaine

« Le lieu de débarquement officiel des arrivants étant le Barachois jusqu’à l’ouverture du port de la Point des Galets en février 1886, c’est à Saint-Denis que le premier lazaret est édifié au début de l’époque révolutionnaire, non loin de la falaise du Cap Bernard. Un deuxième lazaret est construit à la Ravine à Jacques (…). La carte postale figurant le lazaret de la Ravine à Jacques laisse apparaître les deux grands bâtiments d’accueil des immigrants construits parallèles au cours d’eau. Ils sont de même longueur et n’ont pas d’étage. Ils n’ont pas la même largeur. Le plus vaste est doté d’un toit à double pente et l’autre a un toit à une seule pente. Ils sont bien aérés, puisqu’ils disposent de treize portes et quatre fenêtres. Deux autres petites maisons sont nettement perceptibles. L’une doit servir au gardien du site et l’autre au personnel sanitaire (médecin, infirmier…) », décrit Prosper Eve [2].

Dimanche, d’autres détails seront donnés sur le Lazaret de la Ravine à Jacques. En effet, comme le dit Maximin Boyer, « revisiter notre Histoire, c’est revisiter nos ancêtres » . En attendant, à ce soir pour la veillée.

Reportage Jean-Fabrice Nativel

• Le patrimoine du Lazaret de la Ravine à Jacques se situe dans le prolongement de la Gare de la Grande Chaloupe en suivant la falaise dans le sens Possession-Saint-Denis : à 10 minutes environ.

Programme

Samedi 24

• 20h : veillée

(Les personnes qui le désirent peuvent dormir sur place)

Dimanche 25

• 8h : accueil

• 8h30 – 9h30 : visite du site

• 9h30 – 10h30 : hommage aux ancêtres et offrandes de fleurs à la mer

• 10h30 – 12h : discussion et débat

• 12h – 14h : piknik partaz

• 14h – 18h : konsèr kabar fonkèr

Contacts

• Maximin Boyer : 0692-42-24-70

• Ivrin Rosalie : 0692-07-10-30 – 0692-53-85-02
• Jeudi 29 août 2013 : "Jeudi de la Faculté" : à l’initiative de Thierry Malbert et du DU de Médiation Familiale, conférence de Martine Lani-Bayle (Pr à Nantes) : "La transmission entre générations est-elle ce que l’on croit ?", en amphithéâtre Élie, à partir de 18h00.


Kanalreunion.com