Changement climatique

2011 : une des années les plus chaudes

L’état du climat publié par l’agence d’observation de l’atmosphère des États-Unis

Témoignages.re / 12 juillet 2012

Nouvelle confirmation de l’aggravation du changement climatique avec un rapport venu des États-Unis. Les concentrations de gaz à effet de serre ont continué à augmenter, explique un article d’“Actu environnement” dont voici un extrait.

Dans l’ensemble, 2011 a été une année de phénomènes climatiques extrêmes — depuis les sécheresses historiques en Afrique de l’Est, au Nord du Mexique et au Sud des États-Unis à une saison des cyclones bien supérieure à la moyenne dans l’Atlantique nord et la fin d’une période de deux ans très humide pour l’Australie, d’après ce qu’ont rappelé les scientifiques de l’Administration nationale océanique et atmosphérique des États-Unis et du Met Office de Grande-Bretagne.

Dans le cadre du 22ème rapport annuel “Etat du climat”, les experts ont également indiqué que l’Arctique se réchauffait deux fois plus vite que le reste de la planète en moyenne, la mer de glace Arctique atteignant peu à peu sa deuxième plus petite taille jamais enregistrée.

Les concentrations de gaz à effet de serre — dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote, entre autres — ont continué à augmenter l’an dernier, et les concentrations moyennes mondiales atmosphériques pour le dioxyde de carbone sont passées au-dessus du seuil des 390 parts par million pour la première fois, soit une augmentation de 2,1 ppm en 2010.

« Chaque phénomène climatique qui se produit actuellement a lieu dans le contexte d’un environnement mondial en plein changement », a déclaré le Vice-administrateur de la NOAA, Kathryn Sullivan, dans un communiqué. « Ce rapport annuel fournit aux scientifiques et aux citoyens une analyse de ce qui s’est produit et nous pouvons tous nous préparer à ce qui va se produire ».


Réchauffement rapide dans les régions polaires

Selon le rapport, la banquise a reculé comme jamais en 2011. Son étendue est tombée à 80% sous la moyenne. Le pôle Sud n’a pas été en reste : il a battu son record de chaleur de tous les temps avec -12,3 degrés Celsius le 25 décembre dernier.


44% du territoire des États-Unis touché

Et 2012 est déjà une année record pour les extrêmes climatiques aux États-Unis. Plus de 44% du territoire des États-Unis (sans l’Alaska et Hawaii) a vécu un extrême climatique dans les six premiers mois de l’année, un record depuis 1910. La sécheresse et la chaleur sont les extrêmes les plus répandus.
De plus, les 13 derniers mois sont les plus chauds consécutifs jamais enregistrés aux États-Unis. Chacun de ces mois a été un des trois plus chauds depuis 1895. « Les chances que cela soit dû au hasard sont de 1 sur 1 million 594.323 », précise la NOAA.


Kanalreunion.com