Changement climatique

2016 : vers un nouveau record de chaleur en juillet

La tendance se confirme

Manuel Marchal / 18 août 2016

Une étude conjointe de a NASA et de l’Université de Columbia annonce que le mois de juillet 2016 est le plus chaud jamais mesuré. Ce ne sera pas sans conséquence pour La Réunion.

JPEG - 44.5 ko
Les données de la NASA et de l’Université de Columbia confirment que la route en mer est condamnée par avance. Pourquoi et pour qui continuer à gaspiller de l’argent en pure perte ?

Avec un écart à la moyenne calculée sur la période 1951/1980 de 0,83°C, juillet 2016 détient le nouveau record du mois, affirme une étude conjointe de la NASA et de l’Université de Columbia. Dans le monde, ce mois de juillet a montré la traduction concrète de ces relevés. D’importants incendies ont touché l’île de Madère. À La Réunion, ce sont les images de la région de Marseille qui ont frappé les esprits. De chaque côté d’une autoroute, des arbres ravagés par les flammes. Une chaleur plus forte que d’habitude apporte un élément perturbateur dans le climat à l’échelle du monde. Cela fait s’interroger sur l’origine des pluies diluviennes qui ont touché la Chine. Sur notre continent, des inondations ont durement frappé le Niger, faisant de nombreuses victimes.

Le niveau de la mer va encore monter

L’année dernière, 2015 était l’année la plus chaude jamais mesurée. 2016 suit cette tendance et confirme une accélération dans l’aggravation du déréglement climatique. Cela aura pour conséquence une plus forte fonte des calottes glaciaires. Le niveau de la mer va encore monter, et La Réunion est directement concernée.

L’essentiel des équipements de notre île est concentré sur le littoral. La tendance au réchauffement rend inéluctable la montée du niveau de la mer. Elle pousse à réaliser au plus vite des mesures d’adaptation.

La Réunion concernée

Malheureusement, cette menace n’est pas prise en compte par les responsables de l’aménagement de La Réunion. Les projets les plus importants sont tout proche ou au milieu de la mer. Ce sont la route en mer dite NRL, la ville nouvelle de Cambaie et le port de Bois-Rouge.

Mais ignorer le changement climatique ne fait pas disparaître la menace. Ces équipements sont condamnés par avance. Alors pourquoi persister dans ces gaspillages alors que La Réunion a besoin de se protéger des effets du changement climatique ?

M.M.


Kanalreunion.com