Changement climatique

6 mètres d’augmentation du niveau de la mer : l’union pour l’adaptation

La NASA a déjà préparé les cartes

Manuel Marchal / 26 juin 2015

Mercredi, Paul Vergès a annoncé une donnée qui remet tout en cause. L’analyse des observations des satellites qui scrutent les calottes glaciaires des Pôles Nord et Sud permet d’en déduire une conclusion : le niveau des mers, et donc de l’océan Indien, augmentera d’au moins 6 mètres au cours du prochain siècle. La NASA a déjà publié les cartes qui annoncent la catastrophe : l’engloutissement de la moitié des Pays-Bas dont Amsterdam, la submersion du Sud de la Floride dont Miami, la disparition d’une grande partie de la Louisiane dont la Nouvelle Orleans. Les régions les plus peuplées de l’Indonésie seront aussi immergées, ainsi que le delta du Mékong.

JPEG - 64.7 ko
En rouge, les régions de l’Europe du Nord-Ouest qui seront submergées par une montée de 6 mètres du niveau de la mer. (photo NASA Climate Change website)

Lors de sa dernière conférence de presse mercredi dernier, Paul Vergès a insisté sur un élément qui remet tout en cause. La fonte des glaciers des pôles est enclenchée, et elle est bien plus rapide que prévu. C’est ce qu’indique l’analyse des observations faites par les satellites chargés de surveiller l’évolution des régions polaires.

Paul Vergès a précisé que sur la base de cette analyse, les commentaires font état d’une hausse du niveau de la mer de 6 mètres d’ici un siècle. Cette donnée nouvelle remet en cause les prévisions. Jusqu’à présent, elles faisaient état d’une montée du niveau des océans de 82 centimètres. À La Réunion, les calculs du projet de la nouvelle route en mer ont été effectués sur la base des anciennes mesures, et non pas en anticipant une montée de 6 mètres du niveau de l’océan Indien.

Prise de conscience

Au-delà de ce projet mal engagé, cette donnée montre également toute la vulnérabilité de l’aménagement du territoire de La Réunion. Une part importante de la population se concentre sur le littoral, dans les régions qui sont menacées de submersion. C’est également là qu’il est prévu de construire une ville nouvelle de 40.000 habitants, dans la plaine de Cambaie vouée à être inondée.

C’est pourquoi lors de sa conférence de presse, Paul Vergès a appelé à une prise de conscience générale de la population et des responsables politiques. Cette prise de conscience peut se traduire par un rassemblement des couches sociales pour réussir à relever le plus grand défi que connaîtra La Réunion dans son histoire : comment faire face à une montée de 6 mètres du niveau de l’océan Indien. La première étape pourra être de demander à l’État de faire une étude pour évaluer l’impact de ce phénomène. De cette étude pourront découler les mesures à prendre pour se préparer, afin de protéger la population actuelle et de préserver l’avenir pour les générations futures.

Les cartes de la NASA

À quelques milliers de kilomètres de La Réunion, la NASA a déjà tiré les premiers enseignements des observations des satellites. Elle a publié une série de cartes montrant quelles seront les terres submergées par la montée de 6 mètres du niveau des océans. Ces cartes concernent le Sud-Est des États-Unis, l’embouchure de l’Amazone, le Nord-Ouest de l’Europe, le Sud-Est de l’Asie. Elles décrivent une géographie totalement bouleversée. En Europe, les régions les plus peuplées des Pays-Bas seront engloutis, dont Amsterdam, plus grande ville de Hollande. Les États-Unis peuvent se préparer à faire une croix sur Miami, le Sud de la Floride, la Louisiane et la Nouvelle Orleans.

Quant à l’Indonésie, elle est menacée par la disparition de zone densément peuplée. Le delta du Mékong est voué au même destin.

L’océan ne connaît pas de frontière, La Réunion sera également touchée. Tout est donc remis en cause.

JPEG - 36.4 ko
Le Sud des Etats-Unis avec 6 mètres de plus : les zones en rouge seront sous la mer, dont Miami et la Nouvelle Orleans. (photo NASA Climate Change website)
JPEG - 41.3 ko
Dans l’Asie du Sud-Est, le Sud du Vietnam et les régions littorales de l’Indonésie seront sous les eaux avec la montée de 6 mètres. (photo NASA Climate Change website)



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Et si tout le monde s’était trompé, si ces élucubration n’était qu’un mensonge pour abuser tout le monde. pouvons nous nous fié à la NASA de l’impérialisme Etats Unien. Certains spécialistes prétendent le contraire, et donne une autre explication.
    http://fr.sott.net/article/17221-La-fuite-en-avant-du-GIEC

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Refuser de construire une route sur la mer ou refuser l’aménagement de 50 ha à St Paul ou dans d’autres villes situées en bord de mer au motif que le niveau de la mer s’élèvera d’environ 6 mètres d’ici la fin du siècles , c’est faire preuve de sagesse et démontrer que l’on se soucie de l’utilisation des deniers publics même sur un très long terme .Mais c’est anticiper aussi un peu trop vite sur un phénomène dont la réalisation n’est pas absolument certaine , surtout si les hommes se mobilisent pour empêcher sa concrétisation .

    Le niveau de la mer s’élèvera certainement encore d’ici la fin du siècle car il est impossible de changer radicalement la façon de vivre de toute l’humanité en quelques années , mais les hommes pourraient ralentir et peut être même arrêter le réchauffement climatique si des mesures suffisamment efficaces étaient prises . Comme par exemple stopper très rapidement la consommation des combustibles qui émettent des gaz à effet de serre , arrêter immédiatement la déforestation des poumons de la terre situés en zone équatoriale et intertropicale , et commencer très rapidement à reverdir les grands déserts situés en Afrique , en Australie, en Amérique et en Asie, et enfin mettre en place au niveau planétaire une politique démographique qui empêche la surpopulation de la terre . Comme dirait le Pape François dans sa nouvelle encyclique , cela relève d’une gouvernance mondiale qui exige des moyens internationaux et une nouvelle conception de la fraternité humaine, mais ce n’est pas impossible .

    Pour ma part je pense que c’est sur ces priorités que nous devons tous nous mobiliser avant de vouloir empêcher la réalisation de telles ou telles opérations sous prétexte que le niveau de la mer va monter de 6 mètres . Certes, on ne doit pas rester indifférent à la menace de l’élévation du niveau de la mer , mais l’anticipation que nous pouvons avoir aujourd’hui contre ce phénomène c’est surtout en priorité de nous unir tous contre le réchauffement climatique avant de lutter contre ses conséquences . Bien entendu cela ne doit pas nous empêcher pas de modifier les conditions de réalisations de nos équipements pour tenir compte de l’élévation prévisible du niveau de la mer mais sans pour autant les supprimer .

    La prise en compte de l’élévation du niveau de la mer pour la nouvelle route du littoral pourrait consister à obliger les constructeurs à la surélever de quelques mètres au lieu d’arrêter sa construction ; de la même manière , au lieu d’arrêter l’occupation de certaines zones littorales on pourrait réglementer leurs utilisation de manière à éviter d’y dépenser des sommes énormes mais également de manière à préserver les vies humaines en cas d’inondation. Ce serait une erreur de geler ces surfaces maintenant en prévision d’une éventuelle montée des eaux qui se réaliserait progressivement sur plusieurs dizaines d’années , il suffirait de les affecter autrement .

    Mais si on ne peut pas faire autrement , alors oui , il faut arrêter la nouvelle route du littoral sur la mer et la construire en tunnel ou en hauteur comme je l’ai déjà proposé .Oui il faut éviter de gaspiller de l’argent dans une zone qui sera inondée . La principale capacité de l’homme c’est d’anticiper certains événements et de modifier son comportement en conséquences . On se trouve justement devant cette problématique pour ce qui concerne la nouvelle route du littoral et la zone de Cambaie

    Concernant le réchauffement climatique , nous sommes en phase de vigilance depuis quelques années , il est temps de passer en phase alerte danger imminent et même en phase de danger immédiat justifiant certaines interdictions comme nous le faisons pour la surveillance des cyclones , des tsunamis ou des éruptions volcaniques. Mais la mobilisation ne concerne pas que les réunionnais , il faut que toute la terres se mobilise. C’est une question de survie pour les générations futures .

    Joseph Luçay Maillot

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Salut à tous

    Cette augmentation de 6 mètres du niveau d la mer n’est absolument pas démontré. Augmentation oui. De 6 mètres non.

    le fait d’en faire un argument contre la NRL, sent la politique partisane et rend l’article douteux, à mes yeux ?.
    Ceci n’empêche pas qu’il faille prendre des mesures pour éviter l’effet de serre et la hausse des températures. Il faut diminuer les énergies polluantes au niveau de l’effet de serre.
    Les verts font certainement avoir de l’urticaire, en lisant cela, mais l’énergie nucléaire n’augmente pas l’effet de serre. Ceci au contraire du fuel, du charbon.je ne sais pas pour la bagasse.
    un progrés tout de m^me. la coche d’ozone, au cessus des pôles a recommencé à se former. Du probablement à l’arret du fréon dans les frigos et les bombes aérosols.

    Enfin il est vrai que les positions du GIEC sont discutables.

    J’espère que mon message va paraître.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Cher Guirun, en cherchant bien vous trouvez la démonstration. Tout est dit dans un article du Point.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com