Changement climatique

80% de l’effort aux pays riches

Réchauffement climatique : Réduire de 50% d’ici à 2050 les émissions de gaz à effet de serre

Sanjiv Dinama / 4 décembre 2009

Plusieurs grands pays émergents ont formé un front commun lors d’une réunion à Pékin à quelques jours de l’ouverture du Sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique, le 7 décembre. Des représentants chinois, indiens, sud-africains, brésiliens et soudanais se sont mis d’accord sur les principaux dossiers.

« L’objet de la réunion était de se préparer et de contribuer à une issue positive, ambitieuse et équitable à Copenhague », précise le communiqué publié à l’issue de la rencontre. Ils réclament en particulier l’aide financière et technologique des pays occidentaux pour aider les pays en voie de développement à participer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Les cinq pays exigent que le possible Accord de Copenhague s’inscrive dans la continuité du Protocole de Kyoto, et ne soit pas une simple déclaration. Ils demandent que le cas des plus pauvres (États insulaires et Afrique) soit pris en compte.

« Ce texte est un minimum, pas un idéal, mais il exprime nos préoccupations », a précisé Jairam Ramesh, ministre indien de l’Environnement, dans “The Hindustan Times”. Le document serait présenté cette semaine par la Chine à l’occasion d’une rencontre ministérielle organisée par la présidence danoise. Celle-ci proposerait aux négociateurs de Copenhague de réduire de 50% d’ici à 2050 les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. Un effort qui incomberait à 80% aux pays riches qui sont aujourd’hui les plus gros pollueurs avec une « responsabilité historique ».

D’après le quotidien indien “The Hindustan Times”’, le principal négociateur chinois sur les questions climatiques, Xie Zhenhua, présentera au Sommet de Copenhague le document de 10 pages mis au point à la réunion de Pékin.

Les îles, les premières touchées par le réchauffement climatique

Il est important d’arriver à un accord à Copenhague. Les premiers a être touchés par le réchauffement climatiques sont les insulaires. Des îles de l’océan Indien comme les Maldives sont actuellement en danger. De même, les cyclones et autres tempêtes seront de plus en plus puissants.
Il faut que chaque pays face un effort en termes de réduction de CO2. C’est une des raisons pour laquelle le tram-train est une nécessité. Il faut faire de La Réunion un exemple avec le tram-train et l’objectif d’autonomie énergétique en 2025 à partir des énergies renouvelables.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com