Changement climatique

Accord de Paris : premier test à Bonn

Sauvegarde de l’environnement et des droits de l’homme

Témoignages.re / 14 mai 2016

Les signataires de l’Accord de Paris sur le climat sont sur le point de rencontrer un premier obstacle la semaine prochaine, lorsqu’ils se réuniront à Bonn, en Allemagne, pour négocier un nouveau mécanisme de financement des projets d’adaptation au climat, a mis en garde vendredi un expert des droits de l’homme des Nations Unies.

JPEG - 97.2 ko

« Le premier test de l’engagement des États envers les principes de l’Accord de Paris aura lieu la semaine prochaine », a déclaré dans un communiqué de presse le Rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l’homme et l’environnement, John H. Knox.

Lors de cette réunion, convoquée du 16 au 26 mai dans la ville allemande par la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les représentants des gouvernements signataires seront amenés à négocier les termes d’un nouveau mécanisme international pour transférer des fonds des pays développés vers les pays en développement à destination de projets contribuant à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre et au développement durable.

« Il n’y a plus de place pour la complaisance », a déclaré le Rapporteur spécial. « Le fait que 177 États aient signé l’Accord de Paris en moins d’un mois est très bon signe, mais le travail acharné pour la sauvegarde de l’environnement et des droits de l’homme ne fait que commencer ».

Prendre en compte les droits humains

Le nouveau fonds devrait être le successeur du Mécanisme de développement propre créé dans le cadre du protocole de Kyoto, qui a été très critiqué pour avoir contribué à certains projets hydroélectriques ayant engendré des violations des droits de l’homme, y compris le déplacement de communautés autochtones, sans la moindre transparence ni consultation préalable.

« Le principal problème avec le Mécanisme de développement propre a toujours été qu’il manque de garanties efficaces pour s’assurer que les droits humains soient pris en compte », a dit M. Knox.

« L’urgence de la lutte contre le changement climatique ne justifie pas de violer les droits de ceux qui vivent et travaillent à proximité des projets », a-t-il ajouté, soulignant qu’au contraire, des garanties sont nécessaires non seulement pour protéger les droits de l’homme, mais aussi pour éviter les abus qui peuvent faire échouer les projets et nuire à ceux-là mêmes qu’ils sont censés aider.

Pour des garanties sociales

L’expert a ainsi noté que, durant l’élaboration du nouveau mécanisme, qui a été officieusement surnommé ’Mécanisme de développement durable’, les États devraient se tourner vers des modèles plus récents, tels que le Fonds pour l’adaptation, qui comportent de fortes garanties sociales et environnementales.

« Si le Mécanisme de développement propre allait trop souvent à l’encontre des droits de l’homme, le moment est venu pour que le nouveau Mécanisme de développement durable soient un champion des droits humains », a déclaré le Rapporteur spécial.


Kanalreunion.com