Changement climatique

« Accord historique sur les changements climatiques à Paris »

Communiqué final de la COP21

Témoignages.re / 13 décembre 2015

« 195 nations montrent la voie pour maintenir l’augmentation de la température bien en dessous de 2 degrés Celsius » : Un accord historique pour lutter contre le changement climatique et déchaîner mesures et investissements pour un avenir résilient, durable et bas carbone a été adopté par 195 nations samedi à Paris, affirme le secrétariat de la Convention-cadre des Nations-Unies sur le changement climatique. Voici le communiqué final de la COP21.



JPEG - 55.4 ko

L’Accord de Paris rassemble pour la première fois toutes les nations dans une cause commune en fonction de leurs responsabilités historiques, actuelles et futures.

L’objectif principal de l’accord universel est de maintenir l’augmentation de la température mondiale bien en dessous de 2 degrés Celsius et de mener des efforts encore plus poussés pour limiter l’augmentation de la température à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux pré-industriels.

La limite de 1,5 degré Celsius constitue une ligne de défense considérablement plus sûre contre les pires impacts du changement climatique.

De plus, l’accord vise à renforcer la capacité à répondre aux conséquences du changement climatique.

Pour atteindre ces objectifs ambitieux et d’envergure, des flux financiers adéquats seront mis en place, rendant ainsi possible une action plus robuste des pays en développement et des plus vulnérables, en harmonie avec leurs objectifs nationaux.

« L’Accord de Paris permet à chaque délégation et chaque groupe de pays de rentrer chez eux la tête haute. Notre effort collectif vaut plus que la somme de tous nos efforts individuels. Notre responsabilité face à l’histoire est immense » a déclaré Laurent Fabius, Président de la COP 21, la conférence de l’ONU sur le changement climatique, et ministre français des Affaires étrangères.

Le ministre, qui ne pouvait cacher son émotion alors que les délégués se levaient, a donné le coup de marteau final à l’adoption de cet accord, dans une salle plénière où a retenti une acclamation générale et soutenue.

Le président français François Hollande a déclaré : « Vous l’avez fait, vous avez atteint un accord ambitieux, un accord contraignant, un accord universel. Jamais je ne pourrai exprimer plus grande gratitude à une conférence. Vous pourrez être fiers devant vos enfants et vos petits-enfants. »

Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a déclaré : « Nous sommes entrés dans une nouvelle ère de coopération mondiale au sujet d’une des questions les plus complexes auxquelles l’humanité s’est confrontée. Pour la première fois, tous les pays du monde se sont engagés à infléchir la courbe des émissions, à renforcer la résilience et à faire cause commune pour prendre des mesures climatiques communes. C’est un succès retentissant pour le multilatéralisme. »

Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), a déclaré : « Une planète, une chance de bien faire, et nous l’avons fait à Paris. Nous avons écrit une page d’histoire ensemble. C’est un accord de conviction. C’est un accord de solidarité avec les plus vulnérables. C’est un accord de vision à long terme car nous devons transformer cet accord en un moteur de croissance sécurisée. »

« Les générations suivantes, j’en suis certaine, célébreront le 12 décembre 2015 comme la date où la coopération, la vision, la responsabilité, une humanité partagée et une attention pour notre monde ont pris le devant de la scène - confirmant que sous l’égide de l’ONU, le bien peut être obtenu pour les peuples du monde avec de la créativité et de la volonté politique », a-t-elle ajouté.

« Je tiens à saluer la détermination, la diplomatie et les efforts que le gouvernement français ont inoculé dans ce moment remarquable et les gouvernements qui ont soutenu notre ambition partagée depuis la COP17 à Durban, en Afrique du Sud » a-t-elle conclu.

PDF - 760.9 ko
Texte de l’accord traduit en français.

L’Accord englobe tous les éléments pour faire avancer l’action climatique

L’Accord de Paris et les résultats de la conférence climatique de l’ONU (COP21) couvrent tous les domaines primordiaux identifiés comme essentiels à une conclusion emblématique :

  • Atténuation – réduire les émissions suffisamment vite pour atteindre l’objectif de température
  • Un système de transparence et de bilan mondial – comptabilité de l’action climatique
  • Adaptation – renforcer la capacité des pays à faire face aux impacts climatiques
  • Pertes et dommages – renforcer la capacité à se remettre des impacts climatiques
  • Soutien – dont les financements pour que les nations construisent des avenirs propres et résilients
    En plus d’établir un objectif à long terme, les pays devront atteindre le point culminant de leurs émissions dès que possible et continuer à présenter des plans nationaux d’action climat qui détaillent leurs futurs objectifs de lutte contre le changement climatique.

Cela fait suite à l’élan de l’effort sans précédent qui a vu jusqu’ici 188 pays contribuer leurs plans d’action climat au nouvel accord, ce qui va considérablement ralentir le rythme des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Le nouvel accord établit également le principe que les plans climat nationaux à venir ne seront pas moins ambitieux que ceux qui existent déjà, ce qui signifie que ces 188 plans d’action climat fournissent un plancher ferme et le fondement d’une ambition plus élevée.

Les pays soumettront des plans climat mis à jour – nommés contributions déterminées au niveau national (NDC, en anglais) - tous les cinq ans, augmentant ainsi leur ambition à long terme de façon constante.

L’action climatique sera également avancée dans la période pré-2020. Les pays continueront à s’engager dans un processus portant sur les possibilités d’atténuation et mettront l’accent sur les possibilités d’adaptation. En outre, ils travailleront à définir une feuille de route claire pour atteindre les 100 milliards de dollars de financement climatique d’ici 2020.

Ceci est souligné davantage par le système robuste de transparence et de comptabilité de l’accord, qui apportera plus de clarté sur les efforts de mise en œuvre des pays, avec une flexibilité pour les pays de capacités différentes.

« L’Accord de Paris envoie également un signal puissant aux milliers de villes, régions, entreprises et citoyens de par le monde, qui sont déjà engagés à l’action climatique, que leur vision d’un avenir résilient et bas carbone est devenue aujourd’hui le cours choisi pour l’humanité au cours de ce siècle », a déclaré Mme Figueres.

L’accord renforce le soutien aux nations en développement

L’Accord de Paris comprend un soutien adéquat aux nations en développement et établit un objectif global pour renforcer l’adaptation au changement climatique de manière significative grâce au soutien et à la coopération internationale.

Les efforts d’envergure et ambitieux déjà entrepris par les pays en développement pour construire des avenirs propres et résilients au climat seront soutenus par le financement accru des pays développés et par les contributions volontaires des autres pays.

Les gouvernements ont décidé qu’ils travailleraient à la définition d’une feuille de route claire pour faire augmenter le financement climatique à 100 milliards de dollars des États-Unis d’ici 2020 tout en fixant un nouvel objectif sur l’approvisionnement de financements à partir du plancher des 100 milliards de dollars.

Mme Figueres a déclaré : « Nous avons vu des annonces sans précédent en ce qui concerne l’aide financière pour l’atténuation et l’adaptation provenant d’une multitude de sources, tant avant que pendant la COP. Dans le cadre de l’Accord de Paris, l’approvisionnement financier de sources multiples sera clairement élevé à un autre niveau, ce qui est d’une importance critique pour les plus vulnérables ».

La coopération internationale en matière de technologies sûres pour le climat et le renforcement des capacités pour lutter contre le changement climatique dans le monde en développement sont aussi renforcés par le nouvel accord.

Signature de l’Accord de Paris

Après son adoption par la COP (Conférence des Parties), l’Accord de Paris sera déposé aux Nations Unies à New York et ouvert le 22 avril 2016, Journée de la Terre-Mère, pour une durée d’un an afin d’être signé.

L’accord entrera en vigueur après que 55 pays comptant pour au moins 55% des émissions mondiales auront déposé leurs instruments de ratification.

Les villes, provinces, entreprises et investisseurs s’harmonisent

L’accord emblématique d’aujourd’hui a été conclu avec en toile de fond un remarquable raz-de-marée d’action climatique de la part des villes, des régions, des entreprises et de la société civile.

Pendant la semaine d’événements du Plan d’Actions Lima-Paris (LPAA, en anglais) à la COP, la vague d’action de ces parties prenantes a prouvé avec succès la nature irréversible et puissante de l’action climatique déjà en cours.

Les pays ont reconnu importance capitale de ces initiatives, appelant à la continuation et à l’élargissement de ces mesures, qui sont inscrites sur le portail NAZCA de l’ONU, comme une partie essentielle de la prompte mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Le Plan d’Actions et NAZCA ont déjà capturé l’action climatique et les engagements comprenant :

  • Plus de 7 000 villes, y compris les plus vulnérables au changement climatique, dans plus de 100 pays avec une population totale de 1,25 milliard de personnes et environ 32% du PIB mondial.
  • Les États et régions infranationaux comprenant un cinquième de la surface mondiale et un PIB de 12,5 billions de dollars.
  • Plus de 5 000 entreprises provenant de plus de 90 pays qui représentent ensemble une majorité de la capitalisation boursière mondiale et plus de 38 billions de chiffre d’affaires.
  • Près de 500 investisseurs avec un total d‘actifs sous gestion de plus de 25 billions de dollars.
    Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la CCNUCC, a déclaré « La reconnaissance des mesures prises par les entreprises, investisseurs, villes et régions est l’un des résultats clés de la COP 21. Associée au Plan d’Actions, la vague d’action montre que le monde prend la direction inévitable d’un monde durable et bas carbone. »

Plus de détails sur l’Accord de Paris

  • Tous les pays soumettront des communications sur l’adaptation, dans lesquelles ils pourront détailler leurs priorités d’adaptation, leurs besoins et plans de soutien. Les pays en développement recevront un soutien accru pour leurs mesures d’adaptation et la pertinence de ce soutien sera évaluée.
  • Le Mécanisme international de Varsovie relatif aux pertes et dommages sera renforcé de manière significative.
  • L’accord comprend un cadre robuste en ce qui concerne la transparence tant pour l’action que le soutien. Ce cadre fournira des éclaircissements sur les mesures d’atténuation et d’adaptation, en plus de mesures de soutien. En même temps, il reconnaît les circonstances spéciales des Pays les moins avancés et des petits États insulaires en développement. L’accord prévoit un bilan global qui débutera en 2023 pour évaluer les progrès collectifs vers les objectifs de l’accord. Ce bilan sera effectué tous les cinq ans.
  • L’accord comprend un mécanisme de conformité, supervisé par un comité d’experts qui fonctionne de façon non punitive.
    La COP a aussi conclu plusieurs questions d’ordre technique.
  • Dans le cadre du Protocole de Kyoto, il existe maintenant une méthode de comptabilité claire et transparente pour les crédits reportés à la deuxième période d’engagement, créant un ensemble clair de règles.
  • La première partie du processus d’évaluation et d’examen internationaux (IAR) qui a été lancée en 2014 a été finalisée avec succès.
  • Plusieurs questions techniques et de mise en œuvre relatives aux arrangements existants sur la technologie, l’adaptation, l’action pour l’autonomisation climatique et le renforcement des capacités ont aussi été conclues avec succès.


Kanalreunion.com