Changement climatique

Adapter La Réunion aux catastrophes à venir

Inondation de Port-Louis

Céline Tabou / 2 avril 2013

Depuis plusieurs années, les experts mettent en avant l’impact des changements climatiques dans le monde, et particulièrement dans les territoires insulaires. La Réunion n’est pas exempte de ces phénomènes, d’autant que le territoire connait une hausse démographique nécessitant une politique d’adaptation et de prévention, en vue des catastrophes naturelles qui peuvent venir.

JPEG - 46 ko

A La Réunion, plusieurs infrastructures ont été construites ces dernières décennies, afin de faire face à ces changements et ainsi permettre un écoulement des eaux plus efficaces et un aménagement du territoire, évitant des pertes humaines et des dégâts financiers onéreux.

Faire face au climat

Les changements climatiques ont plusieurs effets, notamment la hausse du niveau de la mer. Une étude publiée le 22 juin 2012, le Conseil national de la Recherche (NRC), a revu à la hausse ses estimations vis-à-vis de la montée du niveau des mers au cours du 21e siècle. D’après ses résultats, le niveau moyen des eaux à l’échelle mondiale devrait augmenter de 8 à 23 centimètres d’ici 2030 (par rapport au niveau de 2000), de 18 à 48 cm d’ici 2050, et de 50 à 140 cm d’ici 2100. Cette montée des eaux peut avoir de graves conséquences pour le littoral réunionnais, zones les plus peuplées de l’île.

En effet, des villes peuvent être surprises par les eaux et subir des inondations importantes lors d’un cyclone, ou d’une tempête tropicale.

Dernièrement, La Réunion a connu une montée des eaux record, notamment à Saint Paul, où plusieurs habitations et commerces ont été inondés à hauteur de plus d’un mètre. Cette situation pourrait se reproduire chaque année, si un système d’évacuation des eaux n’est pas rapidement mis en place afin d’éviter la stagnation des eaux dans les habitations, commerces et infrastructures. Les études menées depuis des années permettent aux politiques d’anticiper les effets des changements climatiques et de mener une politique d’adaptation et d’aménagement, pour tenir compte de la hausse démographique qui demandera de nouvelles infrastructures et pour sécuriser les existantes.

Un aménagement efficace et sécurisé

Pour éviter les embouteillages importants, qui ont eu lieu récemment à l’île Maurice, suite aux pluies diluviennes, un aménagement routier est nécessaire pour permettre aux transports de circuler en toute sécurité.

D’un point de vue routier, la construction de tunnels, parkings souterrains ou encore le projet d’un boulevard Nord construit sous le niveau de la mer pourrait mettre des vies en danger, s’il n’était pas tenu compte de l’impact des pluies diluviennes.

Un tunnel situé sous le Barachois nécessite un coût financier conséquent et des normes de sécurité indispensables pour les usagers. Tunnels et parkings souterrains doivent prévoir une évacuation des eaux efficace. 

C’est dans un tel contexte, qu’une politique des déplacements et des infrastructures routières ou de transport devrait être mise en place pour répondre aux critères de sécurité et d’anticipation climatique. Parmi les propositions faites au cours des dernières années, de nombreuses voix s’élèvent pour la relance du chantier du tram-train répondant aux exigences sécuritaires et environnementales. Ce transport ferroviaire propre et durable peut permettre aux Réunionnais de circuler en toute sécurité et de manière écologique, réduisant ainsi les effets des changements climatiques dans l’île.

Céline Tabou


Kanalreunion.com