Changement climatique

Afrique du Sud : pire sécheresse depuis plus d’un siècle

Phénomène climatique extrême dans notre région

Témoignages.re / 16 janvier 2016

L’Afrique du Sud connaît sa pire sécheresse depuis plus d’un siècle, entraînant une destruction des cultures et laissant présager une hausse des prix des denrées alimentaires et de plus en plus de voix s’élèvent pour demander au gouvernement de déclarer l’état de catastrophe naturelle.

JPEG - 191.9 ko
Photo Toniox

En Afrique du Sud, les niveaux des barrages sont faibles dans toutes les provinces, avec un taux de remplissage de 57 % de leurs capacités contre 82 % pour la même période l’année dernière.

Selon les analystes, cette situation constitue une crise humanitaire et économique majeure car la sécurité alimentaire est menacée et les moyens de subsistance des acteurs du secteur agricole sont en danger.

D’après le South African Weather Service, le pays a enregistré l’année dernière son taux de précipitations annuelles le plus faible en 112 ans.

Troupeaux réduits jusqu’à 80 %

L’agriculture de subsistance et l’agriculture commerciale sont toutes deux affectées. Beaucoup de fermiers ont été contraints de réduire les tailles de leurs troupeaux en dernier recours - jusqu’à 80 % pour certains fermiers du nord du Cap. Cela fait suite à une annonce du gouvernement, rendue publique en novembre, dans laquelle, il exhorte les éleveurs de bovins, de caprins et d’ovins à réduire la taille de leurs cheptels.

Selon la députée Annette Steyn, l’augmentation des prix des denrées alimentaires, particulièrement pour le maïs et le blé, qui sont les denrées de base de nombreux Sud-Africains, pose de sérieux problèmes aux pauvres des centres urbains et des zones rurales.

Hausse générale des prix

La sécheresse mettra sous pression les prix des denrées alimentaires, entraînant des hausses à tous les niveaux de la chaîne, du maïs aux céréales, en passant par la viande, les produits laitiers et les produits à base de volaille.

L’Alliance démocratique, le parti d’opposition officiel, a demandé, vendredi, au gouvernement de déclarer l’état de catastrophe naturelle.

S’exprimant jeudi lors du briefing aux médias, le ministre des Finances, Pravin Gordhan, a affirmé que la sécheresse était « une priorité immédiate » de son gouvernement.


Kanalreunion.com