Changement climatique

Ban Ki-moon se félicite de l’encyclique du pape sur le changement climatique

Préparation de la conférence de Paris

Témoignages.re / 20 juin 2015

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a salué l’encyclique du pape François sur l’écologie humaine, qui a été publiée jeudi et qui a souligné que le changement climatique est l’un des principaux défis de l’humanité. Le pape a également décrit le changement climatique comme un problème moral exigeant un dialogue respectueux avec toutes les parties de la société.

Un communiqué de l’ONU publié jeudi à New York a cité le chef de l’ONU réaffirmant que l’humanité a une obligation importante pour le soin et la protection de notre maison commune, la planète Terre et de faire preuve de solidarité avec les membres de la société les plus pauvres et les plus vulnérables qui souffrent le plus des impacts climatiques.

Il a donc invité les gouvernements à placer le bien commun mondial au-dessus des intérêts nationaux et à adopter un accord climatique ambitieux universel cette année à Paris.

Le Secrétaire général de l’ONU a également salué les contributions de tous les chefs religieux et des personnes d’influence pour répondre au défi climatique et dans le renforcement du développement durable.

« Je me réjouis d’accueillir le pape François à l’ONU en septembre pour s’adresser à l’Assemblée générale de l’ONU », a déclaré Ban.

La PANA rapporte que le pape François a appelé jeudi à une transformation radicale de la politique, de l’économie et des modes de vie individuels pour faire face à la dégradation de l’environnement et au changement climatique.

La vision que le pape a souligné dans le rapport encyclique de 184 pages est large d’ambition et de portée.

Il a décrit une exploitation incessante et la destruction de l’environnement, qu’il a reproché à l’apathie, la quête effrénée de profits, la foi excessive dans la technologie et la myopie politique. Il a également noté que les victimes les plus vulnérables sont les personnes les plus pauvres du monde qui sont disloquées et ignorées.

Le premier pape du monde en développement utilise l’encyclique intitulée : "Laudato Si » ou « Loué sois-tu" pour mettre en évidence la crise posée par le changement climatique, et il a placé la plupart du blâme sur les combustibles fossiles et l’activité humaine, tout en avertissant d’une « destruction sans précédent des écosystèmes, avec de graves conséquences pour nous tous", si des mesures rapides ne sont pas prises.

Il a également déclaré que les pays industrialisés développés étaient principalement responsables et ont été obligés d’aider les nations les plus pauvres face à la crise. "Le changement climatique est un problème mondial aux conséquences graves : environnementaux, sociaux, économiques, politiques et pour la distribution des marchandises et il représente l’un des principaux défis de l’humanité de nos jours », a écrit le pape.


Kanalreunion.com