Changement climatique

Changement climatique : état des lieux inquiétant

Rapport publié par le gouvernement des Etats-Unis

Céline Tabou / 9 mai 2014

La Maison Blanche publiée mardi 6 mai un rapport réalisé par une centaine d’experts, dressant un état des lieux des effets physiques et économiques du changement climatique aux Etats-Unis.

JPEG - 106.2 ko
Le plus puissant cyclone jamais mesuré s’est abattu l’an dernier aux Philippines. Les Etats-Unis ne sont pas à l’abri d’une telle catastrophe.

Face aux résultats, la Maison Blanche s’est dite convaincue de l’« urgence » à réagir face au phénomène. « Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire » contre le réchauffement, a déclaré le président Barack Obama à l’antenne de CBS. Ce dernier a ajouté que « cela ne va se produire que si les Américains et les gens dans le monde entier s’attaquent sérieusement à ce dossier ».

Des effets évidents aux Etats-Unis

Le rapport a analysé région par région, secteur par secteur d’activité établissant un diagnostic précis du changement climatique et les effets de ces derniers. Ces effets sont physiques et économiques, le rapport met en évidence un accès à l’eau menacé, des incendies de plus en plus tôt dans le Sud Ouest, la fonte des glaciers et notamment la côte de Floride attaquée par la montée de l’océan, et le réchauffement accéléré en Alaska qui « s’est réchauffé deux fois plus vite que le reste des Etats-Unis », a noté le rapport.

En dépit d’un impact inégal sur le territoire américain, qui s’étend sur 9,6 millions de km², aucun Etat n’est épargné. L’eau va devenir un enjeu majeur pour le pays, que ce soit pour un usage domestique, que pour les océans.
Le but de ce rapport est un « état des lieux national sur le climat », basé sur quatre années d’analyse menée par des centaines de scientifiques.

Le rapport fournit « des informations aux Américains d’une façon compréhensible et exhaustive, pour qu’ils comprennent mieux les effets du changement climatique sur leur région », a expliqué à la presse, le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney. Des effets sanitaires, car le changement climatique est l’une des raisons du nombre de « morts liés aux fortes chaleurs », qui « devraient augmenter parmi les personnes incapables de récupérer la nuit des températures subies le jour ».

Les publics concernés sont principalement les jeunes enfants, les personnes âgées et/ou fragiles, touchées par l’asthme par exemple. Le rapport met en évidence des dysfonctionnements, notamment les infrastructures censées protéger des coups de chaud, comme l’air conditionné, qui pourraient ne plus fonctionner, à cause de la montée des températures.

L’économie menacée

D’après le rapport, Une bonne partie des équipements, nécessaires au bon fonctionnement de l’économie du pays, sont menacés de la montée des eaux ou de l’accroissement constaté du nombre de cyclones tropicaux. La semaine dernière, des images ont montré une route s’effondrée dans l’est du pays. Une situation qui pourrait se reproduire, comme l’a indiqué le rapport, la route numéro 1 en Louisiane dans le sud, ligne stratégique pour la production pétrolière, « est en train de s’enfoncer, alors que le niveau de l’eau monte ».

Le rapport a estimé à 7,8 milliards de dollars les pertes possibles pour l’économie américaine si cette seule route était inutilisable pendant trois mois. Globalement, « le changement climatique augmentera les coûts des systèmes de transport du pays », prévoient les scientifiques. Ces derniers proposent des « mesures d’adaptation importantes » pour les surmonter. D’ailleurs, l’un des secteurs les plus touchés est l’agriculture, qui sera contrainte par des hivers plus courts et des sécheresses de plus en plus rudes.

« Les conclusions de cet état des lieux sur le climat soulignent la nécessité d’agir d’urgence face à la menace du changement climatique, de protéger les Américains et les collectivités et d’œuvrer à un avenir durable pour nos enfants et petits-enfants », a annoncé la Maison Blanche. Le rapport vient appuyer les promesses de campagne de 2008 de Barack Obama pour faire progresser un programme de lutte contre le réchauffement, refusé par le Congrès.

Point central de la politique américaine en matière d’environnement, le projet de loi a été rejeté à de plusieurs reprises par le Congrès et est désormais à la Chambre des représentants, entre les mains des républicains. De nombreux conservateurs ont d’or et déjà repoussé les nouvelles lois fédérales sur les émissions polluantes. En juin 2013, Barack Obama a souhaité réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales au charbon et développé les sources d’énergie propre. Le but serait de réduire d’ici à 2020 les émissions de gaz à effet de serre de 17% par rapport à leur niveau de 2005.

Céline Tabou


Kanalreunion.com