Changement climatique

Changement climatique : les vents les plus puissants depuis 1000 ans dans l’océan Austral

Nouvelle illustration de la crise environnementale

Manuel Marchal / 13 mai 2014

Une étude de l’Australian National University révèle que dans l’océan Austral, au Sud de La Réunion, les vents n’ont jamais aussi forts depuis 1000 ans. Ce phénomène est lié à la hausse des émissions de gaz à effet de serre, responsable du réchauffement de la température moyenne du globe qui contribue au changement climatique. À 18 mois de Paris2015, cette information confirme l’urgence d’agir pour le climat.

GIF - 69.8 ko

À 18 mois de la conférence de Paris 2015 sur le climat, rares sont maintenant les journées où une information ne vient pas confirmer les conséquences du changement climatique.

Hier, l’Australian National University a dévoilé le résultat d’une étude publiée dans Nature Climate Change. Elle porte sur la vitesse des vents dans l’océan Austral, également appelé océan glacial Antarctique. Cette étendue d’eau sépare le continent antarctique de l’Australie et de l’Amérique du Sud. Situé au Sud de La Réunion, il abrite notamment les îles Kerguélen. Cet océan a la particularité de faire le tour de la Terre, aucun continent ne vient donc interrompre la circulation des vents et des courants marins. Cet océan joue donc un rôle essentiel dans la régulation du climat de la Terre.

Sécheresse et canicule en Australie

D’après les scientifiques australiens, « le renforcement de ces vents a été particulièrement net au cours des 70 dernières années, et en combinant nos observations avec les modèles climatiques, nous pouvons clairement lier ce phénomène à la hausse des gaz à effet de serre ». Ils sont aujourd’hui « plus fort que jamais depuis 1000 ans ».

Ce changement a des conséquences désastreuses pour l’Australie. Plus ces vents sont puissants, plus ils éloignent de l’île continent les masses d’air susceptibles de provoquer des pluies. L’Australie subit donc des sécheresses qui s’aggravent, de gigantesques feux de forêt, et les périodes de canicules se reproduisent maintenant chaque année. L’été dernier, c’est en Australie que se situait la ville du monde la plus chaude.

Cette situation entraine d’importants bouleversements dans le monde car traditionnellement, l’Australie est un des plus grands exportateurs de produits agricoles. Une baisse drastique de la production en Australie tire les cours mondiaux vers le haut, ce qui alimente le risque d’émeutes de la faim à plusieurs milliers de kilomètres de là.

Les chercheurs notent également que ces vents plus forts favorisent le réchauffement de l’Antarctique, en particulier la péninsule qui pointe vers l’Amérique du Sud. « L’Antarctique défie la tendance. Tous les autres continents se réchauffent et l’Arctique est celui qui se réchauffe le plus vite », estime Nerilie Abram, rapporteur de la recherche.

Cela a un impact sur les manchots, un des rares animaux à s’être adapté aux conditions climatiques de l’Antarctique.

Conséquence des activités humaines

D’après Steven Phipps, chercheur à l’Université de New South Wales en Australie, l’activité humaine est essentiellement responsable de ces changements.
A partir des années 1970, la situation a été aggravée par l’élargissement du trou dans la couche d’ozone. Ce chercheur estime que la tendance va se confirmer au cours de ce siècle, quelles que soient les mesures prises pour atténuer le réchauffement climatique.

Cette étude souligne encore l’importance d’arriver à un accord efficace lors de la conférence de Paris 2015 sur le Climat.
La crise environnementale est en marche, tout doit donc être fait pour ne pas aggraver davantage une situation déjà catastrophique.

 M.M. 


Kanalreunion.com