Changement climatique

Climat : encore loin des 100 milliards de dollars par an

Etude de l’OCDE sur le financement du fonds d’adaptation

Témoignages.re / 8 octobre 2015

Dans un communiqué diffusé le 7 octobre, l’OCDE présente le résultat d’une étude sur le financement d’un fonds d’adaptation au changement climatique. Décidé lors de la COP16 de Cancun en 2010, ce fonds devait être abondé à hauteur de 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020. Les contributeurs arrivent pour le moment à verser un peu plus de la moitié de l’engagement prévu en 2020. Voici la présentation de cette étude.

JPEG - 112.1 ko

Les financements publics et privés mobilisés par les pays développés à l’appui d’actions climatiques dans les pays en développement ont atteint 62 milliards USD en 2014 contre 52 milliards USD en 2013, soit en moyenne 57 milliards USD par an au cours de la période 2013-14, selon une nouvelle étude de l’OCDE réalisée en collaboration avec la Climate Policy Initiative (CPI).
 
Intitulée Climate Finance in 2013-14 and the USD 100 billion goal (seulement disponible en anglais), cette étude présente une estimation solide et actualisée des financements climatiques publics et privés mobilisés par les pays développés pour honorer l’engagement pris en 2010 à Cancun dans le cadre de la CCNUCC, à savoir mobiliser ensemble 100 milliards USD par an d’ici à 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement, dans l’optique de mesures concrètes d’atténuation et d’une mise en œuvre transparente, pour lutter et s’adapter au changement climatique.
 
« Nos estimations montrent des progrès encourageants. Elles chiffrent à 62 milliards USD au total les financements climatiques mobilisés par les pays développés en 2014. Nous sommes au milieu de la période d’engagement et nous avons fait plus de la moitié du chemin en termes de financement, mais il reste clairement des progrès à accomplir », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, lors de la présentation à Lima de l’estimation à la veille d’une réunion ministérielle sur le financement climatique.
 

Elément important pour la COP21

L’estimation des financements climatiques a été préparée à la demande des gouvernements péruvien et français agissant en leur qualité de présidents actuel et futur de la Conférence des Parties (COP) à la CCNUCC. Les apports de financement climatique sont un élément important des négociations menées dans l’optique de la COP21 à Paris, au cours de laquelle on s’attend à ce que les pays concluent un nouvel accord universel sur les réponses à apporter au changement climatique après 2020.
 
Le rapport présente une estimation globale préliminaire des financements climatiques publics et privés mobilisés en 2013 et 2014. Il propose une représentation objective des apports de financements, établie sur la base de données communiquées spécialement par les pays et les institutions financières. Les financements en rapport avec des projets liés au charbon ne sont pas pris en compte.
 
L’estimation de l’OCDE comprend les fonds publics fournis par les gouvernements des pays donneurs par le biais de différents instruments et institutions, y compris les prêts non assortis de conditions de faveur. Elle englobe aussi les financements privés de projets liés au climat qui ont été directement mobilisés par des interventions financières publiques des pays développés. Il y a une reconnaissance du rôle important joué par le renforcement des capacités, les interventions de politique publique et la mise en place de conditions favorables, même si les interpréter en termes quantitatifs représente un véritable défi.
 

70 % financés par les fonds publics

Les financements publics bilatéraux et multilatéraux confondus ont représenté plus de 70 % des apports durant la période 2013-14, tandis que les financements privés mobilisés ont représenté plus de 25 % et les crédits à l’exportation, la part restante. Plus de trois quarts du total estimé des financements climatiques ont soutenu des activités d’atténuation, un sixième environ a été consacré à l’adaptation et une faible proportion a appuyé les deux objectifs.
 
Le rapport est publié avant la COP21 afin de rendre compte de façon plus transparente des progrès réalisés par rapport à l’objectif de mobilisation de 100 milliards USD par an. Il fait fond sur d’autres initiatives internationales menées récemment pour améliorer le suivi des financements climatiques, notamment dans le cadre du Comité permanent du financement de la CCNUCC. Les enseignements de cet exercice pourraient éclairer utilement les efforts visant à rendre plus transparents et exhaustifs la mesure, le suivi et la notification de ces financements. L’OCDE est prête à soutenir ces efforts.


Kanalreunion.com