Changement climatique

Comment nous adapter au changement climatique ?

Un défi du siècle

Manuel Marchal / 23 juin 2010

Le 8 décembre dernier, une concertation s’est ouverte pour déboucher sur un plan national d’adaptation au changement climatique. Paul Vergès, président de l’ONERC et coordonateur de la concertation, a fait le point au terme de la première étape des travaux de ce plan sans équivalent dans le monde. L’adaptation au changement climatique est un défi du siècle, car c’est tout un modèle qui est à repenser.

Plus de 10 ans après l’adoption de la proposition de loi présentée par Paul Vergès faisant de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre une priorité nationale, c’est un autre volet de cette loi qui se concrétise : la France met en œuvre un plan d’adaptation aux effets du changement climatique. Cette démarche donne à la France un rôle de chef de file dans ce domaine, car c’est la première fois qu’un État met en place une stratégie cohérente dans ce domaine. Commencée le 8 décembre dernier, la concertation a pour objet d’arriver à une série de recommandations qui pourront ensuite se traduire par des règlements, et par un projet de loi qui serait donc la première loi d’adaptation au changement climatique.

Et dans l’Outre-mer ?

Lors d’une rencontre avec la presse hier, Paul Vergès, président de l’Observatoire national sur les effets du changement climatique (ONERC) et coordonnateur de cette concertation nationale, a fait le point sur les dernières avancées. La semaine précédente à Paris en présence de Chantal Jouanno, secrétaire d’État à l’Écologie, et Paul Vergès, les experts des trois groupes de travail ont rendu les 200 premières recommandations pour ce plan d’adaptation. Maintenant, va débuter dans les régions une consultation des partenaires institutionnels, des ONG et des socio-professionnels afin d’enrichir ces 200 recommandations. Cette méthode concerne les régions De France.
Pour l’Outre-mer, c’est l’État qui pilote une consultation dans chaque région. Les réflexions et préconisations doivent être remises le 30 juin.
Les Réunionnais connaissent déjà les mesures d’atténuation du changement climatique. Ce sont par exemple les 100.000 chauffe-eau solaires, ou la réflexion menée dans le domaine de la construction. Pour l’adaptation, ce sont d’immenses chantiers. C’est l’aménagement du pays qui doit tenir compte de modifications inéluctables, ce qui demandera des moyens considérables et une nouvelle réflexion.
Avec le changement climatique, la hausse des températures va faire fondre des glaces stockées aux pôles. La conséquence pour notre île, c’est une hausse du niveau de la mer d’au moins un mètre. Cette augmentation concerne tout ce qui est près du littoral, et notamment les aéroports de Gillot et Pierrefonds.
Le changement climatique augmente le volume d’eau des océans, et il provoquera des cyclones plus violents. L’évaporation sera plus intense, et donc la quantité d’eau amenée par ces phénomènes battra des records. Il est donc primordial de protéger la population du danger des eaux.

Des cyclones plus violents qu’en 1948

Or, à ce jour, seule la rivière des Galets est endiguée jusqu’à son embouchure. De plus, les radiers sont loin d’être éradiqués et constituent un danger permanent en cas de submersion.
Le président de l’ONERC rappelle que le dernier cyclone très intense qui a touché notre île avait tué 165 personnes, c’était en 1948 alors que La Réunion comptait 250.000 habitants.
60 ans plus tard, les Réunionnais sont 800.000, et l’urbanisation est partie à l’assaut des pentes. La mise en sécurité de notre île est donc un investissement considérable.
Devant ce défi, le président de l’ONERC explique que l’objectif est d’abord d’informer l’opinion afin qu’elle puisse approfondir sa prise de conscience et sa connaissance. Ensuite, le but est d’amener les élus à intégrer les mesures d’adaptation au changement climatique dans leur esprit.
Ce plan d’adaptation est donc le premier à l’échelle d’un État, ce qui veut dire que ce qui sera réussi pourra inspirer tous les autres, car aucun État ne pourra faire l’économie de l’adaptation au changement climatique.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com