Changement climatique

Eau : les pouvoirs publics confrontés à des risques croissants

Alerte sur une ressource nécessaire à la vie

Témoignages.re / 3 septembre 2013

Trop rare ou trop abondante, l’eau engendre des risques, comme en témoignent sécheresses et inondations. D’ici 2050, plus de 40% de la population mondiale sera soumise à un stress hydrique prononcé, et près de 20% exposée aux inondations. La valeur économique des actifs menacés par les inondations devrait être de quelque 45.000 milliards de dollars en 2050. La pollution de l’eau s’accroît elle aussi, accentuant l’incertitude qui pèse sur la disponibilité de la ressource à l’avenir.

Ces risques sont exacerbés par le changement climatique. Les pouvoirs publics doivent les maîtriser, de façon à ce qu’ils ne mettent pas en péril des populations croissantes et les grandes villes, l’expansion économique et la sécurité alimentaire ou énergétique.

« Les pouvoirs publics ne doivent pas se contenter de réagir aux crises de l’eau, mais évaluer, cibler et gérer les risques à l’avance », estime Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE. « Nous savons à quoi nous en tenir : il ne fait aucun doute que ces risques augmentent. Nous devons maintenant nous doter de stratégies de gestion des risques qui préviennent les pénuries d’eau et la pollution de la ressource, et qui nous protègent contre les sécheresses et les inondations qui menacent les vies humaines, les écosystèmes et l’économie ».

Évaluer les risques liés à l’eau

Un nouveau rapport de l’OCDE intitulé “Water Security for Better Lives” présente une approche de la sécurité de l’eau novatrice et fondée sur le risque, et propose des mesures concrètes pour la mettre en œuvre.

Ce rapport souligne que la sécurité de l’eau consiste fondamentalement à établir un niveau acceptable de risque lié à l’eau, en mettant en regard les coûts d’une amélioration de la sécurité de l’eau et les bénéfices qui en sont attendus, et en veillant à ce que les réponses soient proportionnées à l’ampleur des risques. Importante, la souplesse permet d’ajuster le niveau de risque acceptable à l’évolution de la situation. Ainsi, suite au cyclone Sandy, la ville de New York est en train de réévaluer son niveau de protection contre les inondations et investit des milliards pour éviter de futures catastrophes.

Moyennant cette approche fondée sur le risque, un autre nouveau rapport intitulé “Water and Climate Change Adaptation : Policies to Navigate Uncharted Waters” est consacré aux initiatives prises par différents pays pour adapter la gestion de l’eau au changement climatique. Il indique que presque tous les pays projettent une aggravation des risques liés à l’eau sous l’effet de ce changement. Trente ?deux pays classent les événements extrêmes (inondations et/ou sécheresses) parmi leurs principales préoccupations et 23 considèrent le manque d’eau comme un problème majeur.

Adapter la politique de l’eau au changement climatique

Environ la moitié des pays étudiés estiment que les incidences du changement climatique sur l’approvisionnement en eau et l’assainissement sont très inquiétantes et ils sont aussi nombreux à être préoccupés par ses retombées sur la qualité de la ressource.

Les pays sont en train de réunir des données pour étayer leurs décisions au sujet des risques liés à l’eau, mais confrontés aux effets du changement climatique, ils devraient faire davantage pour mieux les cibler et les gérer plus efficacement.

Outre leur utilité évidente pour les responsables de l’action publique dans les domaines de l’eau et du changement climatique, ces deux publications constitueront des contributions essentielles de l’OCDE à la Semaine mondiale de l’eau qui se déroulera à Stockholm du 1er au 6 septembre.

Les résultats de l’enquête sur les initiatives des pays membres de l’OCDE visant à adapter la politique de l’eau au changement climatique sont disponibles en ligne à l’adresse suivante : www.oecd.org/env/resources/waterandclimatechange.htm.


Kanalreunion.com