Changement climatique

Grave sécheresse en Somalie

Conséquence du changement climatique dans notre région

Témoignages.re / 21 avril 2016

La grave sécheresse qui sévit en Éthiopie a fait les gros titres. Le nord de la Somalie a pourtant également été touché, et c’est une région bien moins à même de faire face.

JPEG - 79 ko
Photo IRIN

Quelque 385 000 personnes sont déjà aux prises avec une crise alimentaire dans l’État autoproclamé indépendant du Somaliland et la région semi-autonome du Puntland, plus à l’est.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, OCHA, estime qu’environ 1,7 million de personnes - soit 40 pour cent des 4,6 millions de personnes peuplant la région - ont besoin d’une assistance humanitaire et d’un renforcement de leurs moyens de subsistance.

« Faute d’aide, 1,3 million d’entre elles risquent de sombrer dans une insécurité alimentaire aiguë », a-t-il prévenu.

Ali Sheik Omar Qabil, le directeur du département Santé familiale du ministère de la Santé, a dit à IRIN que plus de 650 000 personnes étaient touchées par la sécheresse liée au phénomène El Niño au Somaliland, et que la situation était particulièrement critique à l’ouest du territoire. « Les populations souffrent de la faim, de maladies et de taux élevés de malnutrition », a-t-il dit.

Bien que le nombre total de personnes dans le besoin en Éthiopie voisine soit nettement plus important - on estime à 16 millions le nombre de personnes susceptibles d’être affectées par la sécheresse d’ici le milieu de l’année, sur une population de près de 100 millions d’habitants - la Somalie est un pays nettement plus pauvre, doté d’un gouvernement moins efficace et d’un accès humanitaire bien plus restreint.

Décès par malnutrition

En raison d’El Niño, le Somaliland et le Puntland ont été consécutivement privés de deux saisons des pluies.

Les zones les plus gravement touchées du Somaliland sont les régions broussailleuses d’Awdal et de Selel. En temps normal, leurs cours d’eau peu profonds abreuvent le sol aride lorsqu’il pleut, créant ainsi du pâturage pour le bétail.

Les prévisions concernant les pluies Gu (d’avril à juin) « sont loin d’être favorables », selon un communiqué d’OCHA. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies a lancé un appel de fonds d’un montant de 105 millions de dollars pour renforcer d’urgence l’aide « indispensable, vitale » et accroître la résilience dans le nord de la Somalie. « Si l’on n’obtient pas ces fonds maintenant, les conséquences seront graves », a-t-il ajouté.

Des décès imputables à la malnutrition ont déjà été signalés au Somaliland. « Nous savons qu’environ 12 personnes sont mortes de malnutrition et de faim dans les zones touchées par la sécheresse de la région », a dit Mohamoud Ali Ramah, le gouverneur d’Awdal, à IRIN.

Voir en ligne : http://www.irinnews.org/fr/analyses...


Kanalreunion.com