Changement climatique

Jacques Chirac lie l’aide à la lutte contre les changements climatiques

Forum mondial sur le développement durable

Témoignages.re / 12 octobre 2009

L’ancien président français, Jacques Chirac, a estimé dimanche à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, que l’aide financière accordée par le Nord aux pays pauvres pour leur développement était un moyen efficace de faire face aux conséquences des changements climatiques.

"Il est stérile d’opposer la lutte contre la pauvreté à la prévention du changement climatique. L’aide au développement, qui combat la misère, facilite aussi la transition vers de meilleurs équilibres agricoles, pastoraux et énergétiques. C’est un outil indispensable à la prévention climatique", c’est ce qu’a déclaré Jacques Chirac au Forum mondial sur le développement durable de Ouagadougou.

"Ni la crise économique, ni le climat ne doivent servir de prétexte à relâcher l’effort de développement. Seules des économies fortes et des Etats organisés pourront affronter les défis du changement climatique", a ajouté M. Chirac, président de la fondation qui porte son nom.

S’exprimant au cours de l’ouverture du septième forum mondial sur le développement durable, il a plaidé pour l’accélération du combat pour le développement, la sécurité alimentaire et la santé.

"Aucune organisation de l’environnement, fût-elle mondiale, ne viendra se substituer aux Etats", a affirmé l’ancien président français.

Selon lui, lorsque la misère des hommes les conduit à détruire la forêt, à appauvrir la biodiversité, à polluer les eaux, c’est le climat de la planète toute entière qui en subit les conséquences.

Il a estimé que les pays les plus fragiles souffriront le plus des conséquences des changements climatiques.

"Les populations et les Etats, s’ils sont trop affaiblis, n’auront pas la capacité de faire face aux effets des changements climatiques", a dit M. Chirac.

"C’est pourquoi, la première des priorités est plus que jamais d’accélérer la sortie de tous ces Etats de la pauvreté. Les pays les moins avancés méritent un effort de solidarité exceptionnel et particulier à la fois pour arracher leur population de la pauvreté, mais aussi pour réaliser les investissements nécessaires à prévenir les risques liés aux changements climatiques", a-t-il ajouté.


Kanalreunion.com