Changement climatique

« L’action sur les changements climatiques est urgente »

Nouvelle hausse des émissions de gaz à effet de serre

Céline Tabou / 22 septembre 2014

D’après le rapport annuel du Global Carbon Project (GCP), l’humanité aura épuisé son "quota" restant d’émissions de CO2, dans trente ans, dans le but de limiter à 2°C le réchauffement planétaire d’ici à la fin du siècle.

Les experts ont estimé à 2,3% l’augmentation en 2013 des émissions de dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre, généré par la combustion de carburants fossiles et la filière ciment. Après avoir atteint un record de 36 milliards de tonnes de CO2 en 2012, les émissions devraient encore augmenter de 2,5% cette année, selon le GCP, réseau international de scientifiques.

Publié dans le mensuel Nature Geoscience, dimanche 21 septembre, le rapport précède la conférence sur le climat de mardi 23 septembre, à New York, présidée par le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, afin de préparer la conférence mondiale Paris2015. Les Nations Unies se sont fixés comme objectif de limiter le réchauffement à 2°C, par rapport à l’époque pré-industrielle. Les pays membres devraient conclure fin 2015 à Paris un accord de réduction des émissions qui entrerait en vigueur à partir de 2020.

Le "quota" épuisé

Le rapport assure qu’avec « les taux actuels (2014), le quota restant avant que l’on dépasse les 2°C de réchauffement sera épuisé dans environ 30 ans », soit « une génération ». Ces donnée contribue au contexte déjà alarmant présenté par les derniers rapports du GIEC, affirmant que le réchauffement a des impacts sévères, généralisés et irréversibles pour la planète d’ici à la fin du 21ème siècle.

« Si c’était un relevé bancaire, il dirait qu’on arrive à court de crédit », a traduit le professeur Dave Reay, de l’université d’Edimbourg, auprès de l’Agence France Presse. « Nous avons déjà utilisé les deux tiers du volume de CO2 qu’il nous était permis d’utiliser et, pour échapper à un changement climatique périlleux, il va maintenant falloir faire des choix très difficiles », a-t-il ajouté.

Une question est revenue suite à la publication de ce rapport, quel est la répartition équitable entre pays du "quota" restant d’émissions. D’autant que les principaux émetteurs peinent à mettre en place des politiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. La Chine est devenue le plus gros pollueur en 2006 et a accru ses rejets de CO2 de 4,2% en 2013, selon le GCP, de leurs côtés, les États-Unis de 2,9% et l’Inde de 5,1%.

Seule l’Union européenne a réduit ses émissions d’1,8%, sur la même période malgré un retour de l’utilisation du charbon en Pologne, Finlande et Allemagne. Pour Glen Peters du Centre de recherche international sur l’environnement et le climat d’Oslo (Cicero), « les émissions globales requerraient une réduction continue et sans équivalent d’environ 7% par an pour qu’on ait une chance raisonnable de rester à l’intérieur du quota ».

La réduction des émissions enterrées à La Réunion

Le Secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, a assuré que « l’action sur les changements climatiques est urgente », précisant deux objectifs visant à cet effet : la mobilisation de la volonté politique nécessaire pour trouver « un accord climatique universel et significatif l’an prochain à Paris » et l’adoption de « mesures ambitieuses pour réduire le niveau des émissions de gaz à effet de serre et renforcer la résilience ».

Les experts du rapport du Global Carbon Project s’accordent avec le secrétaire général de l’ONU, indiquant qu’il "faut de toute urgence rompre avec la tendance actuelle des émissions". Dans un contexte mondial, où l’ensemble des dirigeants, à toute les échelles, sont appelés à mener des politique énergétique conforment aux objectifs fixés, à La Réunion, la construction de la nouvelle route du littoral vient enterrer des projets en matière de développement durable.

Des projets qui auraient pu contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre de la France, hôte de la prochaine grande conférence mondiale sur le climat, qui devra aboutir impérativement à des mesures concrètes pour mettre en avant les énergies renouvelables et réduire la pollution due aux énergies fossiles, comme le pétrole.


Kanalreunion.com