Changement climatique

L’adaptation : une priorité pour les îles de la COI

Des pays très vulnérables

Témoignages.re / 11 juillet 2012

Le site d’Acclimate rappelle que nos îles sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique. L’adaptation est donc primordiale.

Les pays membres de la COI sont tous particulièrement vulnérables au changement climatique.
Cette vulnérabilité est due à des raisons aussi bien physiques (forte exposition aux catastrophes naturelles, écosystèmes fragiles, espaces restreints…) que politiques et socioéconomiques : concentration de la production économique, de la population et des infrastructures sur le littoral, économies peu diversifiées, urbanisation rapide, faiblesse des capacités institutionnelles, économiques, scientifiques et technologiques, forte dépendance des populations aux ressources naturelles, etc.
Cyclones et chikungunya

Du fait du changement climatique, dont certains effets sont déjà nettement perceptibles dans le monde et dans notre région, les populations des îles de la COI vont devoir composer dans un plus ou moins proche avenir avec des phénomènes extrêmes plus intenses (cyclones, inondations, sécheresses…), à une salinisation des terres et des réserves d’eau douce, déjà limitées, à une propagation plus rapide des maladies infectieuses (paludisme, chikungunya, dengue…), à une accélération de l’érosion des terres agricoles sur les côtes et dans les bassins versants, aux glissements de terrain, au blanchiment des coraux.
L’impact de ces phénomènes sur nos secteurs économiques clefs comme l’agriculture, la pêche, le tourisme, et sur la biodiversité, déjà mise à mal par d’autres pressions d’origine anthropique comme la pollution, la destruction des habitats naturels et la surexploitation des ressources naturelles, pourraient être considérables. De plus, il est attendu que le changement climatique continue de s’accentuer et, ce faisant, il en aggraverait encore les manifestations et il affecterait durablement l’environnement, l’économie et les moyens de subsistance de nos populations, surtout les plus pauvres, menaçant ainsi l’équilibre fragile des États de la région, et conditionnant la pérennité de leur développement.
L’adaptation au changement climatique est donc pour les îles de la COI une priorité absolue. Elle nécessite la mise en place d’actions appropriées et — dans les pays en développement — un soutien important de la part de la communauté internationale.

Le projet Acclimate

A maintes reprises, les États membres de la COI ont affirmé leur volonté de lutter contre leur vulnérabilité et de s’adapter aux effets du changement climatique. La problématique transversale de la lutte contre le changement climatique a ainsi été intégrée progressivement aux actions, projets et programmes de la COI depuis une quinzaine d’années.

Faisant écho à la prise de conscience mondiale sur la gravité du phénomène et la vulnérabilité climatique particulière des Petits États insulaires en développement (PEID), la COI a renforcé sa mobilisation et a procédé en 2008 au lancement d’une initiative structurée d’adaptation au changement climatique. C’est ainsi qu’Acclimate, premier projet de ce genre dans la région, a été mis en place pour :

- mieux comprendre les évolutions climatiques à l’échelle de la région,

- identifier les vulnérabilités aux impacts du changement climatique,

- et ébaucher une stratégie régionale d’adaptation efficace et porteuse d’opportunités de développement.


Les réalisations d’Acclimate

Essentiellement conçues autour du slogan « comprendre, informer, adapter », les principales réalisations d’Acclimate sont les suivantes :

- analyse régionale des tendances climatiques,

- inventaire des systèmes d’alerte aux catastrophes et risques naturels dans la région,

- bilan régional de la vulnérabilité et de l’adaptation, aboutissant à l’élaboration d’une stratégie régionale d’adaptation,

- contribution au protocole de gestion intégrée des zones côtières,

- études de faisabilité d’une base régionale de données climatologiques, d’une simulation climatique régionale et des conditions de mise en œuvre d’un projet de recherche régional sur le climat,

- actions de formation, d’information, d’éducation et de communication.

Le projet a contribué à l’amélioration des connaissances dans ce domaine et à leur partage, ainsi qu’à sensibiliser les publics. A cet effet, et outre ses actions susmentionnées, il a créé un site Internet d’information sur l’adaptation à destination des pays de la COI.


Nos îles sont des "territoires sentinelles"

Dès 2009, Acclimate a initié la réalisation d’études fondatrices pour fournir des clés de compréhension et d’analyse du changement climatique dans la région, et identifier les défis et les enjeux majeurs de l’adaptation. Réalisée de 2010 à 2011, une étude dite de « vulnérabilité des pays membres de la COI » a montré que ces États insulaires peuvent être considérés comme des « territoires sentinelles » des effets du changement climatique à l’échelle globale.

Cette étude a été conduite dans chaque État membre de la COI par un expert local et un expert international en consultation avec les différents acteurs et politiques nationaux. Ses conclusions ont été validées lors d’un séminaire régional participatif, qui a établi une hiérarchie des secteurs prioritaires à l’échelle régionale :

- Gestion intégrée des ressources en eau

- Préservation de l’environnement (milieux terrestres, milieux marins)

- Planification, gestion des risques, infrastructures et urbanisme

- Agriculture, sécurité alimentaire

- Pêche

- Santé publique, maladies à vecteurs

Des orientations ont été formulées afin de trouver des réponses régionales, nationales et locales et de mettre en œuvre des actions adaptées. Elles permettent de donner un cadre partagé pour un futur plan d’action d’adaptation.


Kanalreunion.com