Changement climatique

L’Antarctique se réchauffe plus vite que prévu

+2,4 degrés en 50 ans

Témoignages.re / 26 décembre 2012

Selon une étude publiée dans la revue Nature Geoscience, l’ouest de l’Antarctique s’est réchauffé de 2,4 degrés depuis un demi-siècle, c’est le triple de la moyenne mondiale. Cette région abrite d’importants glaciers qui reposent sur un lit rocheux situé en dessous du niveau de la mer. Si les glaces de cette partie du monde fondaient, alors cela augmenterait de plus de 3 mètres la hausse prévue du niveau de la mer. Après la menace de la libération des gaz à effet de serre contenus dans le sol gelé en permanence des régions les plus au nord, c’est du sud que provient cette nouvelle alerte. Aucune région du monde n’est épargnée par le changement climatique, que faisons-nous pour nous y adapter ?

L’Antarctique va contribuer plus que prévu à la hausse du niveau de la mer que nous allons observer dans les années à venir. C’est ce que révèle une étude de chercheurs de l’université de Colombus dans l’Ohio, publiée par la revue "Nature Geoscience". Ce résultat se base sur l’observation des températures dans la station de Byrd, située dans le centre de l’Antarctique de l’Ouest. Cette partie du continent gelé est celle qui est proche de l’Amérique du Sud. Elle se situe en grande partie sous le niveau de la mer et elle est couverte par des glaciers d’une épaisseur de plusieurs kilomètres.
Mais ce continent de glace est lui aussi touché par les effets du changement climatique. Depuis 1957, les températures relevées dans cette région ont augmenté en moyenne de 2,4 degrés. C’est le triple de la hausse moyenne dans le monde, mais c’est surtout le double ce qui était la base des prévisions scientifiques.

JPEG - 72 ko

Cette hausse inattendue renforce les craintes au sujet de la fonte accélérée des glaces aux pôles et de la montée du niveau de la mer qui en résulte. La glace recouvrant l’Atlantique occidental, si elle devait fondre dans sa totalité - ce qui prendrait des siècles - provoquerait une montée du niveau des mers d’au moins 3,30 mètres.
Le réchauffement rapide constaté dans la région antarctique « accroît encore les inquiétudes relatives à la contribution future de l’Antarctique à la montée des eaux », a déclaré le professeur de géographie David Bromwich, qui a dirigé l’étude.
Selon les auteurs, il arrive de plus en souvent que des températures positives surviennent durant l’été austral. On devrait donc observer à l’avenir des fracturations plus nombreuses des glaciers s’écoulant à la surface de l’océan. Ce sont donc des icebergs géants qui pourront s’échapper et fondre dans l’océan, favorisant une montée du niveau de la mer et pouvant perturber la marche des courants marins.


Kanalreunion.com