Changement climatique

L’Australie en pleine canicule

Vague de chaleur exceptionnelle

Témoignages.re / 20 janvier 2014

Une vague de chaleur s’abat sur l’Australie depuis plusieurs semaines, laissant envisager des incendies de brousse, considérés les plus virulents depuis 2009 lorsque les feux avaient fait des dizaines de morts.

JPEG - 81.4 ko
Les effets de la sécheresse s’étaient faits sentir à La Réunion l’an dernier. Photo Toniox

Le pays devrait vivre d’importants incendies, tels que le 7 février 2009, jour baptisé « samedi noir », car les feux ont entrainé la mort de 173 morts et détruit plus de 2.000 habitations. Ces épisodes de canicule se sont intensifiés ces dernières années, entre décembre 2012 et janvier 2013 l’été avait été torride dans le sud de l’Australie, avec des températures de 40°C à l’ombre.

Jusqu’à 47°C

Cette année les températures ont atteint des records absolus de chaleur, avec près de 45°C dans la région de Mebourne et 40°C à Adélaïde. La Tasmanie est également touchée par cette vague de chaleur avec 35°C mesurés à Hobart. L’État de Victoria, région de Melbourne, est en état d’alerte, d’autant que les températures dépassent actuellement 47 °C par endroit. D’ailleurs, des dizaines de milliers de pompiers ont été mobilisés pour faire face aux feux.

Les services météo ont prévenu que les États de Victoria et d’Australie méridionale allaient connaître cette semaine « une canicule sévère à extrême », avec des températures dépassant les 40 degrés Celsius pendant plusieurs jours consécutifs. Cette vague de chaleur provient de l’ouest, où un incendie a détruit 52 maisons dimanche à Perth et fait un mort.

Les incendies de brousse sont fréquents en Australie pendant l’été austral, en raison des températures élevées et d’une végétation sèche. Ils sont de plus en plus violents et les températures ne cessent d’augmenter.

Des températures de plus en plus élevées

Karl Braganza, responsable des études sur le climat au Bureau de météorologie, a expliqué à Le Monde qu’« autour de 2030, 2013 apparaîtra comme une simple année moyenne, explique », d’autant que « d’ici à 2080, elle sera considérée comme une année froide ». Une réalité mise en avant par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui a expliqué que la hausse de la température pourrait atteindre jusqu’à 4,8 °C d’ici à 2100, au niveau mondial.

Pour Corey Watts, responsable du Climate Institute pour la région de Melbourne, « cette évolution a des répercussions dans de nombreux secteurs ». Les vagues de chaleur ont des conséquences directes sur la santé. Par exemple, en 2009, près de 400 personnes ont perdu la vie en raison de la canicule dans le Victoria et des médecins reçoivent des personnes fragilisées psychologiquement. Des répercussions économique également, avec la hausse des prix des matières premières telles que le blé, maïs et le riz mais aussi la dégradation des infrastructures à cause de la sécheresse et des pluies diluviennes.


Kanalreunion.com