Changement climatique

L’être humain au centre de toute action

Rapport du Fonds des Nations Unies pour la population

Témoignages.re / 28 janvier 2010

Le rapport du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) recadre le débat sur les changements climatiques, dans la mesure où le document place la population en son centre, en mettant un visage humain sur la question du changement climatique, a estimé, mardi à Dakar, Rose Gakuba.

« Le changement climatique dépasse le cadre simple de rendement énergétique ou d’émission de gaz à effet de serre, mais aborde le problème de la dynamique démographique, de la pauvreté et de l’équité entre les sexes », a souligné la représentante résidente du FNUAP lors de la cérémonie de lancement du rapport lundi à Dakar.
Citant les conclusions du rapport, elle a relevé que les pauvres affrontent les pires effets du changement climatique et, parmi eux, les femmes sont particulièrement vulnérables, notant que la majorité des personnes vivant dans le monde avec un dollar par jour, au nombre de 1,5 milliard, sont des femmes.
Axé sur “L’état de la population qui change : les femmes, la population et le climat”, le rapport de 2009 du FNUAP invite ainsi à planifier d’avance pour accentuer la réduction des risques causés par les changements climatiques et à renforcer la préparation aux catastrophes naturelles, selon toujours la représentante du FNUAP.
« Des sécheresses prolongées et sévères chassent davantage les populations des zones rurales vers les villes pour y chercher une meilleure qualité de vie », alors que ce même phénomène « favorise la prolifération des résidents des taudis urbains dans les zones exposés aux cataclysmes naturels », a-t-elle rappelé.
Le rapport atteste ainsi du rôle fondamental de la femme à faire face aux changements climatiques et maintient que les politiques, les programmes et les initiatives diverses auront plus de chance d’atténuer « les pires effets de ces changements s’ils prennent en compte les droits et les besoins des femmes », note le document présenté en résumé par le Chargé de programme population du FNUAP, Pape Madiop Diop.
Les investissements dans l’éducation et les soins de santé de la femme et de la fille, notamment la santé reproductive, favorisent le développement économique et contribue à réduire la pauvreté, assure le document du FNUAP. Cela devrait permettre de « mieux faire face aux conséquences des changements climatiques ».
Le rapport estime ainsi que les accords internationaux sur les changements climatiques et les politiques nationales ont une meilleure chance de réussir à long terme s’ils prennent en considération la dynamique de la population, les relations entre les sexes, le bien-être des femmes et l’accès aux services.
Le FNUAP publie chaque année un rapport sur l’état de la population mondiale en ciblant un thème d’actualité relatif aux interrelations entre la population et le développement. Le document est accompagné d’un supplément jeunesse qui relate l’histoire des jeunes face à l’évolution du climat.


Kanalreunion.com