Changement climatique

L’ONU salue le combat de l’Union africaine contre changement climatique

Environnement

Témoignages.re / 1er juillet 2014

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a félicité les dirigeants africains, pour leur engagement à lutter contre le changement climatique, avant un sommet important prévu en septembre en vue de combler les divergences autour de l’adoption d’un traité contraignant sur le changement climatique.

S’adressant aux chefs d’Etat africains dans le cadre du 23ème Sommet de l’Union africaine (UA) en cours à Malabo, en Guinée équatoriale, le patron de l’ONU leur a demandé de mettre en oeuvre un plan en trois points de lutte contre la pauvreté.

"La situation est inégale. Nous devons travailler plus dur. Les Etats doivent convenir d’un nouvel agenda pour le développement durable afin de poursuivre la mise en oeuvre des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD)", a déclaré, jeudi soir, M. Ban, lors d’une conférence de presse, avant de s’envoler pour Naîrobi, au Kenya, afin d’assister à l’ouverture de l’Assemblée de l’ONU-Environnement.

Les dirigeants africains ont mis sur pied une task force dirigée par la présidente du Liberia, Ellen Johnson-Sirleaf, chargée d’élaborer une position commune africaine concernant les nouvelles priorités en matière de développement post-2015.

Les responsables africains ont fait valoir que les OMD ont été imposés par l’ONU et étaient basés sur l’idée que les pays riches débloqueraient une grande part de leurs richesses pour financer les plans destinés à réduire de moitié la pauvreté d’ici à 2015.

"Je vous demande de vous joindre à moi pour porter un message clair sur comment nous pouvons transformer le paysage climatique. Notre priorité absolue doit être de commencer à mobiliser les investissements supplémentaires nécessaires pour limiter l’augmentation d’au moins 2 degrés Celsius des températures globales et de promouvoir les faibles émissions de carbone et un développement résilient face au changement climatique", a poursuivi M. Ban.

Ce dernier a proposé que les pays réfléchissent sur des mécanismes de financement novateurs, notamment un marché des "Green Bonds" (obligations vertes) pour mobiliser 1 trillion de dollars pour lutter contre le changement climatique.

Un sommet de l’UA du Comité sur le changement climatique, présidé par le président tanzanien Jakaya Kikwete, a recommandé de mobiliser tous les ans, 15 milliards de dollars pour aider l’Afrique à faire face aux risques de changement climatique.

Pour le président tanzanien, les compétences et une formation poussée sont nécessaires pour accroître les capacités de l’Afrique à combattre le changement climatique, alors que l’ONU s’inquiète du fait que plusieurs Etats insulaires africains s’enfoncent davantage en conséquence de la montée des océans et sont les plus exposés.

"L’Afrique contribue pour moins de 4% aux émissions de gaz à effet de serre et pourtant, elle sera la plus affectée par les phénomènes climatiques extrêmes tels que les inondations, la sécheresse, l’érosion côtière, les maladies", a constaté la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma.


Kanalreunion.com