Changement climatique

La Bretagne toujours sous les eaux

Inondations

C.T. / 11 février 2014

Depuis plusieurs semaines, le nord-ouest de la France est sous les eaux. Parmi les départements les plus touchés, ceux de la Bretagne, qui voient depuis dimanche, le niveau de ces cours d’eau diminuer lentement.

Des crues inondent les rues de la Bretagne, notamment à Vilaine aval, où l’alerte rouge a été maintenue car la crue devrait se poursuivre jusqu’à lundi. Dans le Var et les Bouches-du-Rhône, les alertes sont passées en vigilance orange inondations.
Les trois départements de l’Ille-et-Vilaine, du Morbihan et de la Loire-Atlantique étaient maintenus en vigilance rouge « crues » dimanche soir, car le niveau de l’eau a continué à monter, passant d’une cote de 4,31 mètres dimanche à 4,70 m prévus lundi.

Une décrue qui se fait attendre

Pour le fleuve breton Blavet « une lente décrue est amorcée », mais « les pluies annoncées dans la nuit de dimanche à lundi pourraient provoquer une remontée des niveaux », a expliqué l’organisme Vigicrues à la presse. L’affluent qui rejoint la Vilaine en aval du centre-ville, appelé l’Oust « est à une très lente décrue » mais les pluies de dimanche soir « ralentiront la décrue avec localement sur les amonts quelques remontées peu significatives ». La situation est comparable à celle de janvier 2011, car l’affluent de certains cours d’eau « est équivalent voire supérieur à la plus forte crue observée sur l’Oust de janvier 2001 », a expliqué l’AFP.

Plusieurs communes de la région ont toujours les pieds dans l’eau comme Josselin ou Pontivy. De plus, 48 routes sont coupées par les inondations dans le Morbihan et la préfecture demande à la population de ne « pas s’approcher des rivages, cours d’eau ou ouvrages de protection contre la mer ou les rivières » et de proscrire « les promenades en forêt, près de secteurs boisés ou sur les sites concernés par les inondations ». La préfecture du Morbihan a également prévenu que « de fortes perturbations des transports scolaires, ainsi que de la circulation en général, sont d’ores et déjà à prévoir pour la journée de lundi sur le département du Morbihan ».

Les choses avancent lentement

Dans le Finistère, le fleuve côtier Laïta a inondé une partie de Quimperlé (12.000 habitants). La ville fait face depuis le mois de décembre, à des inondations, qui devraient diminuer dans les prochains jours. Cependant, Météo-France prévoit de nouvelles perturbations en provenance de l’Atlantique, plaçant depuis dimanche le Var et les Bouches-du-Rhône en vigilance orange, le premier pour « pluies-inondations » et le second pour les inondations.

D’après la préfecture d’Ille-et-Vilaine, le pic de crue est attendu à Redon en milieu de journée autour de la cote 4,65/4,75 m. « On est sûr du moins pire que ce qu’on avait pensé. On attend encore 12 mm de pluie demain mais ça ne devrait pas faire bouger les lignes, même si la décrue va être très très lente » a expliqué la préfecture, qui affirme que « la situation est en train de se stabiliser, voire de s’arranger ».

Des entreprises situées dans la zone portuaire sont aussi envahies par les eaux et la circulation a été coupée sur certains axes. La ville de Redon, en Ille-et-Vilaine à la limite du Morbihan et de la Loire-Atlantique, « n’est pas coupée du monde mais on ne peut rejoindre directement le Morbihan en raison de la crue de l’Oust, il faut faire un détour par la Loire-Atlantique », a expliqué le maire-adjoint de la commune.


Kanalreunion.com